30 septembre 2016 : le jour où la Chine va passer à la vitesse supérieure

Rédigé le 22 septembre 2015 par | Macro éco et perspectives, Pays émergents Imprimer

[NDLR : Petit rappel des événements précédents. Après avoir maintenu le yuan arrimé au dollar (ce que l’on appelle peg en terme technique) à environ 6,2 pour 1 $, Pékin a décidé le 11 août dernier de dévaluer sa devise pour soutenir son économie.

Une décision qui a déclenché un mouvement de panique sur les marchés du monde entier et s’est conclu en krach des actions européennes et américaines. Cela a fait déferler une vague d’instabilité et d’incertitude partout dans le monde, ce qui a abouti à un krach des valeurs américaines. Jim vous explique tout de suite ce qui se cache derrière la décision de Pékin et surtout ce que cela signifie pour les DTS, cette super-monnaie du FMI que la Chine veut à tout prix intégrer].

La tourmente monétaire chinoise a coïncidé avec un report temporaire de la décision finale du FMI concernant l’intégration du yuan au panier des DTS. De nombreux rédacteurs de newsletters avaient prédit "la mort du dollar" pour octobre 2015. C’est la période à laquelle ils pensaient que la décision concernant le yuan serait prise.

Or, il n’a jamais été question de prendre une décision en octobre. Du 9 au 11 octobre prochains se déroulera une réunion annuelle du FMI (à Lima au Pérou), mais ce n’est pas à ce moment-là que la décision concernant les DTS sera prise.

Ces décisions sont prises par le Conseil d’administration du FMI. L’agenda du Conseil d’administration est discrétionnaire, mais la date limite initiale concernant la détermination des modifications du panier des DTS a été fixée au 31 décembre 2015. Il a été programmé que cette question serait examinée par le Conseil d’administration en novembre, ou peut-être début décembre.

Le 29 juillet 2015, le Conseil d’administration a décidé de repousser la date limite de modification du panier des DTS du 31 décembre 2015 au 30 septembre 2016. La raison technique invoquée, concernant ce changement de date, n’a rien à voir avec la Chine mais plutôt avec les difficultés auxquelles auraient pu être confrontés les investisseurs spécialisés dans les indices des DTS, en essayant de rééquilibrer leurs portefeuilles le dernier jour de l’année, moment où les liquidités se font rares.

Mais même si ces raisons techniques sont légitimes, il y a certainement autre chose. Il est très probable que la Chine ait averti à l’avance le FMI et le Trésor américain de son intention de rompre le peg avec le dollar, bien que ces avertissements aient été tenus secrets.

La Chine avait besoin d’une marge de manoeuvre pour ajuster le yuan et sortir de la camisole de force imposée par ce peg avec le dollar. Le report de neuf mois de la date de modification des DTS est une façon de donner à la Chine cette marge de manoeuvre.

Une nouvelle fois, de nombreux analystes interprètent mal cette suite d’événements. En regardant simplement les dates limites, ils supposent que le FMI a décidé de ne pas laisser le yuan intégrer les DTS, et que la Chine s’est vengée en dépréciant sa monnaie.

Ces deux suppositions sont incorrectes. Le yuan pourra intégrer les DTS : la seule chose, c’est que le processus a été rallongé. La dévaluation chinoise n’était pas une vengeance, mais un réglage nécessaire face à la politique du dollar fort, désastreuse, menée par la Fed.

Ces mesures de politique sont de la plus haute importance pour le fonctionnement du système monétaire international. Elles ne sont pas provoquées par de la rancune. Ces mesures vont peut-être surprendre les marchés mais elles sont soigneusement mises au point en coulisses. Les élites, elles, les voient arriver, mais pas les investisseurs lambda.

Que se passe-t-il à partir de là ?
L’idée reçue actuelle, c’est que la question du yuan est mise en sommeil et qu’il ne se passera rien avant septembre 2016, date à laquelle le yuan pourrait intégrer les DTS. Et, une nouvelle fois, cette idée reçue est fausse.

Voici la véritable suite d’évènements à laquelle il faut s’attendre :
novembre 2015 : le Conseil d’administration du FMI vote le report au 30 septembre 2016 de la date effective de révision du panier des DTS. On y évoquera, en termes favorables, les progrès de la Chine en vue d’intégrer les DTS ;

mars 2016 : ce Conseil d’administration vote formellement l’intégration du yuan aux DTS. La pondération qui lui sera attribuée sera d’environ 10%. Cela signifie que la pondération du dollar sera quelque peu diminuée et que l’on diminuera également celle de la livre sterling afin de faire de la place au yuan ;

30 septembre 2016 : le nouveau panier des DTS, intégrant le yuan, entre en vigueur.

Les gestionnaires de portefeuille mettront à profit ce temps, entre mars et septembre, afin de rééquilibrer leurs portefeuilles sans que cela perturbe les marchés monétaires et les marchés d’actifs

Ce qu’il est important de noter, à propos de ce calendrier, c’est la distinction entre la date de décision (mars 2016) et la date d’entrée en vigueur (septembre 2016). C’est une distinction dont les autres analystes ne se sont pas encore rendu compte. Cela signifie que le thème yuan/DTS réapparaîtra à la une des journaux beaucoup plus tôt que prévu.

Tout cela n’a rien à voir avec l’émission de nouveaux DTS. L’émission de DTS, c’est quelque chose que l’on met de côté jusqu’à la prochaine crise des liquidités. L’idée, c’est d’intégrer rapidement le yuan au panier des DTS, de sorte que lorsque le moment sera venu d’émettre de nouveaux DTS, la Chine ait sa place autour de la table, en qualité de membre du "cercle restreint" des DTS.

En matière de DTS, nous sommes les seuls, à Intelligence Stratégique, à être en mesure de vous apporter ces détails et ce niveau de précision. Les conséquences pour les investisseurs sont vastes.

Entre aujourd’hui et le mois de mars prochain, la Chine a carte blanche pour déprécier un peu plus le yuan. Cela va exercer une pression déflationniste supplémentaire sur les Etats-Unis, renforcer le dollar et aboutir à des turbulences sur les marchés actions américains à mesure que les résultats des entreprises seront pénalisés par le dollar fort.

Ce processus, qui débutera en mars prochain, s’inversera à mesure que les gestionnaires de portefeuilles allègeront leur exposition au dollar et augmenteront leur exposition au yuan afin de rééquilibrer leurs portefeuilles avant le 30 septembre 2016, date limite de ce "reset" monétaire mondial.

En attendant, la Chine continue d’acquérir de l’or et des DTS afin de s’émanciper du dollar. Tout cela fait partie des préparatifs chinois en vue de la prochaine crise mondiale des liquidités.

Lorsqu’elle frappera, probablement d’ici 2018, nous assisterons à une émission massive de DTS en accord avec les Etats-Unis et la Chine.

Et c’est ce qui, finalement, déclenchera cette inflation que les marchés redoutent depuis que la Fed a commencé à imprimer de l’argent en 2008.

L’inflation que la Fed n’est pas parvenue à créer sera finalement générée par ce recours du FMI aux DTS, nouvelle monnaie de réserve mondiale. Ce processus sera long et compliqué. Nous en surveillerons chaque étape et vous tiendrons informé, avec une longueur d’avance. Longueur à prendre dans Intelligence Stratégique

Mots clé : -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Laissez un commentaire