Les drones de livraison ne ressembleront pas à ce que vous pensez

Rédigé le 13 septembre 2016 par | Nouvelles technologies Imprimer

Comme nous l’avons vu hier, les avions transportant du fret pourraient rapidement se passer de pilote. Ils pourraient aussi faire revenir à la mode les dirigeables.

Drones… dirigeables… c’est bien mais une entreprise a tenté une approche entièrement différente : l’Hyperloop, un autre projet du fantastique M. Musk.

Il s’agit pour l’essentiel d’un train à suspension magnétique dans un tube à vide. En réalité, l’Hyperloop possède plus de points communs avec un avion qu’avec un train conventionnel. Il n’y a pas de contact physique avec le rail, et il doit « voler » dans un air à très basse densité pour atteindre des vitesses élevées et faire diminuer les coûts énergétiques. De plus, sa consommation d’énergie est elle aussi similaire à celle d’un avion.

Hyperloop

L’Hyperloop se déplace dans de l’air à très faible densité pour minimiser le frottement ; un peu comme le font les avions de ligne de haute altitude. Contrairement à un aéronef, c’est le magnétisme qui les maintient en l’air – et non l’aérodynamique.

Musk a évoqué la possibilité d’une version dédiée au transport de marchandises, ce qui permettrait de tester la technologie sans risquer un éventuel accident impliquant des passagers. Une telle phase d’expérimentation devrait ensuite convaincre les passagers de pendre place dans l’Hyperloop. Néanmoins, des tests avec passagers ont déjà été annoncés.

Les drones de livraison, du ciel au plancher des vaches

Pour en revenir à l’air, le passage à des avions « poids-lourds » conventionnels autonomes sera sans doute précédé par l’arrivée de drones « poids-plumes » destinés à la livraison de petits colis. Ceux-ci sont déjà en cours de test grandeur nature. Il ne reste plus qu’à résoudre quelques détails bureaucratiques avant qu’ils ne s’emparent de nos cieux – et n’agacent tout le monde.

Le Royaume-Uni pourrait d’ailleurs être un des premiers pays à voir se déployer ces drones. La réglementation aérienne y est relativement souple et Amazon a annoncé de premiers tests dans le ciel britannique.

Comme toujours, la réalité ne sera pas à la hauteur de notre imagination. Si les drones sont idéaux pour effectuer des livraisons dans des endroits isolés, à l’infrastructure de transport défaillante, la plupart d’entre nous vivent dans des endroits parfaitement accessibles. Dans les villes surpeuplées d’Europe, un décollage et un atterrissage en toute sécurité sont extrêmement difficiles étant donné l’encombrement au sol.

De plus, éviter les collisions risque de poser de sérieux problèmes… qui deviendront de plus en plus graves à mesure que davantage de drones circuleront. Il faut s’attendre à ce que des start-ups capables de limiter les risques liés aux vols prennent elles-aussi leur envol.

Les problèmes listés ci-dessus sont nombreux, mais il est possible que des drones nettement plus banals, se déplaçant sur le plancher des vaches, fassent des livraisons de routine nettement plus souvent que les drones aériens – en tous cas dans un avenir proche.

La plupart des choses que vous achetez – comme vos courses, par exemple – sont lourdes. De plus, la majorité des livraisons n’est pas extrêmement urgente. Ainsi, un drone moins sexy mais plus efficace, qui se déplacerait sur le pavé et dans les rues, est une alternative nettement plus réaliste à un concurrent aéroporté plus cool.

Starship Technologies a mis au point une version préalable de drone « au sol ». Il se déplace déjà dans Londres pour y déposer des paquets, et Swiss Post a l’intention de mettre cette technologie en place d’ici trois ans.

Néanmoins, pour des terrains plus difficiles, dans des zones rurales, il pourrait être intéressant de se pencher sur Matternet, une entreprise petite mais ambitieuse. Elle opère déjà des quadricoptères pour la poste suisse. Pour un paquet de poids limité, qui doit être livré rapidement, c’est sans doute une solution plutôt pratique mais ne soyez pas surpris si le buzz du début n’a pas pour résultat une technologie omniprésente.

Matternet Quadricoptères de Matternet

Des drones multi-usages

Un domaine nettement plus important pour l’utilisation de petits drones (mis à part les usages militaires…), c’est la surveillance des récoltes, des bâtiments, des lignes électriques etc. Des entreprises comme Cyberhawk proposent déjà des services à des tarifs très compétitifs.

Les drones ont également révolutionné le monde du cinéma et de la production télévisuelle. Il était par le passé nécessaire d’utiliser des hélicoptères extrêmement peu pratiques et chers pour les images aériennes. Même les vidéos de promotion d’entreprises à petit budget sont maintenant filmées avec des drones.

Il ne faudra pas longtemps à la police pour se rendre compte des possibilités – ni aux politiciens pour se rendre compte des économies ainsi réalisées. Cela pourrait bien dissoudre le bouchon bureaucratique dans lequel les drones sont aujourd’hui coincés.

Ces technologies d’adoption précoce pourraient être nettement plus présentes que des services de livraison plus futuristes – en tout cas pendant la première décennie d’utilisation. Mais bien sûr, Amazon pourrait tous nous surprendre…

J’espère que vous aurez trouvé ce sujet intéressant. Bien que les petits drones soient assez sexy, il semblerait que la plupart des gens ne pensent pas vraiment au potentiel du fret – même s’il sera l’un des domaines dans lesquels le changement sera le plus important dans les décennies à venir.

Andrew Lockley

Enregistrer

Mots clé : - - - -

Laissez un commentaire