Chine/Etats-Unis : le rééquilibrage industriel a-t-il lieu ?

Rédigé le 4 mai 2012 par | La quotidienne Imprimer

▪ J’ai eu un long entretien avec Scott Huff, directeur d’Innovate International, une entreprise dans le développement de produits et la fabrication en sous-traitance pour plusieurs industries. L’histoire de Scott vaut la peine que l’on s’y attarde parce que son parcours sur ces 10 dernières années est plus explicite que n’importe quelles statistiques.

Scott est concepteur. Il a commencé à se rendre régulièrement en Chine au milieu des années 1990 pour le compte de clients. Huff habitait Chicago à l’époque. Chaque année, ses séjours devenaient de plus en plus longs à mesure que de plus en plus de clients faisaient fabriquer en Chine. « C’est pourquoi en 2004, après avoir passé trois mois dans le pays par séjours de deux semaines d’affilée pendant la première moitié de l’année, je me suis dit qu’il était temps de déménager et de m’installer là-bas », se souvient Scott. « Ma femme a l’esprit aventureux. Nous avons donc pris armes et bagages et avons emménagé à Shenzhen où nous avons reconstruit l’affaire ».

Les opportunités pleuvaient et l’entreprise se développa. Tout allait bien… jusqu’à l’année dernière, où cela a commencé à changer.

« Je m’en suis rendu compte vers le milieu de l’année dernière », raconte Scott, « lorsque je me renseignais pour des devis pour du plastique moulé par injection. Chicago avait été un centre d’excellence dans ce domaine mais la ville s’est laissée distancée par la concurrence étrangère. Cependant, il restait une poignée de vétérans qui ont survécu. Ils ont réussi à suivre les avancées technologiques, ont énormément dégraissé et sont devenus très efficients, utilisant des presses à injecter électriques et autres machines de ce genre qui réduisent le temps et le travail ».

« Et soudain », continue-t-il, « leurs prix ne furent pas si différents de ce qu’on pouvait obtenir en Chine lorsqu’on prenait en compte les coûts de transport. Ils devenaient même de plus en plus attractifs tandis que la Chine subissait une autre importante hausse du coût du travail au troisième trimestre de l’année dernière. Sur les quatre ou cinq derniers devis que j’ai demandés pour des moulages par injection aux Etats-Unis par rapport aux devis en Chine, ceux des Etats-Unis étaient plus intéressants. La plupart des gens ne me croient pas lorsque je leur dis que j’obtiens de meilleurs prix aux Etats-Unis. Leur première réaction, le paradigme avec lequel ils ont appris à vivre, est de demander à la Chine de fabriquer ».

Personnellement, je connais bien cette réaction. Beaucoup de gens sont incrédules et me traitent de fou lorsque je leur dis qu’il est (parfois) meilleur marché de fabriquer aux Etats-Unis. Mais c’est là la vérité, celle que nous raconte un homme de terrain qui voit cette nouvelle tendance se développer en temps réel.

▪ Les entreprises commencent à quitter la Chine
« La Chine devient plus chère, tout simplement », déclare Scott. « Le coût de la main-d’oeuvre y a beaucoup augmenté, ce n’est un mystère pour personne. Pour certains postes, on ne trouve plus de main-d’oeuvre nombreuse et disponible à n’importe quel prix. Si vous voulez polir une pièce en inox pour l’industrie de la cuisine ou fabriquer des objets à mâcher pour animaux, vous allez avoir du mal à trouver des gens pour le faire. Aujourd’hui, les gens ont le choix et ils préfèrent assembler un iPad ».

Même si le coût de la main-d’oeuvre a beaucoup augmenté, il n’a cependant pas suivi le même rythme que le coût de la vie. « Les prix de l’alimentation en Chine sont ridicules », explique Scott. « Il est de loin moins cher de vivre aux Etats-Unis qu’en Chine si on ramène le revenu des gens à un même niveau. En pourcentage de salaire, la partie consacrée à l’alimentation est très importante ici. Les prix des terrains ont grimpé en flèche partout. Les prix de l’immobilier sont stratosphériques. Il est moins coûteux de vivre aux Etats-Unis ».

Incroyable, n’est-ce pas ?

Par conséquent, les entreprises commencent à quitter la Chine. Les fabricants recherchent des marchés moins chers en Asie du Sud-Est. Scott possède déjà une nouvelle usine au Cambodge. « Le Cambodge est petit mais bien situé », explique Scott. « Pile au centre de tout, vraiment ».

Son entreprise s’installe également aux Etats-Unis. Lorsque j’ai rencontré Scott, il était à Knoxville, dans le Tennessee. Il habite toujours à Shenzhen, en Chine, du moins officiellement. Mais ses enfants sont scolarisés dans le Tennessee et il souhaite reconstruire une entreprise aux Etats-Unis. La situation est totalement à l’inverse de celle d’il y a huit ans.

« Je crois que personne ne réalise ce qui est en train d’arriver », lui ai-je dit. « Cela arrive sans crier gare mais les gens vont s’en rendre compte. La poignée de survivants de l’industrie du moulage aux Etats-Unis croule sous les contrats en ce moment. Et pas uniquement l’industrie du plastique. Pour tous ceux qui sont restés ici avec des chaînes de fabrication intactes, les affaires reprennent très fort ».

Première parution dans la Chronique Agora le 02/05/2012.

Mots clé : - - -

Chris Mayer
Chris Mayer
Rédacteur en Chef de Capital & Crisis et Crisis Point Trader

Chris Mayer s’occupe de la lettre d’information Capital & Crisis, ainsi que du système de trading Crisis Point Trader. Ses analyses pertinentes et précises des problématiques financières ont été reprises souvent dans de nombreuses publications, et notamment dans le très réputé Grant’s Interest Rate Observer.

Laissez un commentaire