Les indices décrochent : pas nous !

Rédigé le 23 février 2011 par | La quotidienne Imprimer

Les craintes sur la situation au Moyen-Orient viennent de raviver la peur des intervenants en début de semaine. Peu importe l’alibi de la baisse des marchés, je vais vous montrer ici, trade à l’appui, qu’une analyse pertinente des différentes classes d’actifs permet bien souvent d’avoir un temps d’avance sur le marché.

En fin de semaine dernière, mon analyse du couple Bund/Dax a ainsi permis à mes abonnés de bien profiter de la chute des indices en début de semaine. Explications de mon raisonnement, étape par étape.

Mercredi 16 février : une séance paradoxale
Les indices sont euphoriques. Le CAC 40 évolue sur ses points hauts. Oui mais voilà : le Bund ne confirme pas cette ambiance ; bien au contraire. Or, le Bund est un élément incontournable pour tout opérateur de marché qui se respecte.

Pour mémoire, voici comment fonctionne le Bund. Le contrat allemand à 10 ans est en fait un baromètre de l’aversion pour le risque des investisseurs. Comme d’autres indicateurs – tels que le VIX –, il permet de jauger l’humeur implicite du marché. Historiquement, il présente une corrélation fortement négative avec les indices actions : il monte quand les indices boursiers baissent et inversement.

Oui mais voilà, mercredi dernier, nous nous trouvions dans la situation paradoxale où le Bund et les indices montaient simultanément !

Le Bund franchissait ainsi une résistance importante alors que dans le même temps le CAC 40 accélérait au-dessus des 4 100 points.

Graphique du Bund allemand

Mes conclusions : un possible excès des indices !
Cette hausse me semblait donc des plus étranges. Mon raisonnement était le suivant : pourquoi une telle demande alors que la reprise économique s’accélère ? Pourquoi ce besoin de sécurité avec le papier allemand ?

Ce que j’écrivais alors mercredi dernier à mes abonnés d’Agora CFD, alors que les indices clôturaient au plus haut :

« La demande lors de l’adjudication allemande a été beaucoup plus soutenue que lors des dernières opérations de financement. Le ratio ‘Bid to Cover’ est ainsi ressorti à 1,9 (contre 1,6 le 5 janvier et 1,2 le 24 novembre). Dans le jargon, disons que ce ratio mesure le rapport entre l’offre de papier proposée par le pays émetteur et la demande des investisseurs. Or, constater une telle augmentation par rapport aux dernières levées de fonds alors que les indices ne cessent de progresser me met la puce à l’oreille. Par expérience, une telle évolution incite généralement à la prudence sur les indices boursiers. D’une manière globale donc, cela traduit une remontée des incertitudes des opérateurs. […] Graphiquement, alors que le Bund confirme ses hypothèses de retournement et franchit le niveau mieux vaut se montrer prudent donc. Dans ces conditions, les probabilités d’un excès haussier se renforcent selon moi sur les indices. »

Mon action : vente de CFD sur le Dax 30 !
Ni une, ni deux, nous sommes alors intervenus sur une ligne de couverture sur le Dax allemand.

Bilan des courses : les craintes sur la situation de la Lybie en début de semaine sont venues confirmer les craintes visibles sur l’obligataire quelques jours auparavant.

Le mouvement de baisse des indices en début de semaine nous a permis d’encaisser un gain de 23% ! Rien de plus rentable que les CFD pour trader les indices.
[La stratégie de « l’onde de choc » a réalisé une performance cumulée de 182% en moins d’un mois !

+182% en 17 jours pour être exact — entre le 4 et le 21 janvier 2011.

Dans ces conditions, je n’ai qu’une chose à vous conseiller : suivez ce lien et découvrez cette stratégie inédite, l’homme qui l’a mise au point et surtout comment faire pour vous aussi réaliser des gains potentiels de cet ordre.]

Première parution dans le Billet du Trader le 23/02/2011.


Photo : artemuestra – Flickr

Mots clé : -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire