Le maïs, la petite commo qui vous sauvera

Rédigé le 10 novembre 2011 par | Nouvelles technologies Imprimer

Le marché des matières premières affiche des performances tout à fait honorables si on le compare aux autres indices boursiers. L’indice des matières agricoles RICI est en hausse de 5,7% sur un mois. Ainsi, il retrouve ses niveaux de l’été, avant que les marchés actions ne décrochent. C’est rare par les temps qui courent.

Une autre chose est encore plus rare, c’est de voir un marché attendu en forte hausse.

L’USDA, l’Agence de l’agriculture américaine, a publié son rapport sur ses prévisions agricoles pour 2012. Pour l’agence américaine, la production de maïs devrait atteindre 12,31 milliards de boisseaux.

Autant dire bien moins qu’anticipé.

Alors que l’économie américaine ralentit, et que le taux de chômage stagne au-dessus des 9%, la consommation pourrait ralentir et compenser la baisse de la production.

Pourtant, il n’en est rien. Car la demande extérieure est attendue en forte hausse. De l’autre côté du Pacifique, les Chinois connaissent une configuration inverse. La Chine importe de plus en plus, et fait pression sur le marché international.

Petit tour d’horizon de ce marché en pleine évolution.

La production américaine de maïs en baisse
Les rendements américains sont en baisse. Ils devraient s’établir à 146,7 boisseaux par 0,404 hectare (1 acre). C’est une baisse de 1,4 comparé aux dernières prévisions d’octobre. C’est surtout une baisse de 6,1 boisseaux par rapport à 2010.

Pour l’USDA, “si ces chiffres venaient à être confirmés, il s’agirait du rendement moyen le plus bas depuis 2003“.

Ainsi, la production totale devrait atteindre 12,31 milliards de boisseaux, contre 12,43 prévus en septembre et 12,50 en août.

Comme vous le voyez, les prévisions sont revues à la baisse tous les mois. J’ai quelques inquiétudes pour le rapport de décembre…

Des stocks en baisse
L’USDA a également revu à la baisse l’état des stocks.

Ils sont passés de 843 millions de boisseaux, alors qu’ils étaient attendus à 866 millions en octobre. A plus long terme, les perspectives pourraient d’ailleurs encore s’aggraver. Le président de CF Industries, une société spécialisée dans les engrais, souligne que “le ministère de l’Agriculture prévoit le second plus bas taux d’utilisation des stocks de maïs en 40 ans” pour la fin de la saison 2011-2012.

Ainsi, les Etats-Unis n’avaient pas prévu d’exporter davantage de maïs, et s’en tenir à 1,6 million de boisseaux. Le problème, c’est que de l’autre côté du Pacifique, la consommation est attendue en forte hausse.

Une consommation de porc en hausse…
La Chine est devenue un acteur majeur sur le maïs depuis que les Chinois mangent de plus en plus de viande, notamment de porc. Le cheptel a presque triplé depuis 2000. Le pays est donc devenu le premier consommateur de porc au monde.

Or le maïs est un aliment essentiel pour nourrir les élevages. Ainsi, la demande chinoise en maïs a augmenté de 50% depuis 2000. En 2010, la Chine est devenue un importateur net pour la première fois depuis 14 ans.

Afin d’accompagner cette hausse de la consommation, la Chine a ainsi augmenté sa production de maïs. Sa récolte s’est même soldée par un nouveau record cette année, le septième en huit ans. La production chinoise avoisinerait les 189,2 millions de tonnes soit 6,7% de plus que l’année précédente.

Mais ces efforts n’ont pas suffi…

… qui oblige Pékin à importer du maïs
Les agriculteurs chinois ne sont pas parvenus à accroître suffisamment leur culture de maïs pour nourrir le bétail. Ainsi le pays va devoir importer massivement.

Les dernières estimations tablent sur une multiplication par cinq des quantités à importer par rapport à l’année précédente. Les importations, qui ont débuté le mois dernier, pourraient passer à cinq millions de tonnes contre un million l’année précédente selon un officiel du gouvernement chinois.

La Chine augmente ses importations
Pour combler son irrépressible faim, la Chine ne peut compter que sur les Etats-Unis. La Chine devrait importer deux millions de tonnes de maïs. Pour rappel, elle avait importé 980 000 tonnes l’année dernière.

C’est pourquoi les prix sont attendus en large hausse pour la saison 2011-2012.

D’ailleurs, on peut s’attendre à un pic des prix d’ici la fin d’année, car la période du Nouvel An fait flamber la demande.

[NDLR : Et pour profiter des meilleures opportunités, retrouvez les analyses et recommandations de Florent dans sa lettre 100% orientée sur les matières premières : pour en savoir plus…]

Mon conseil
Je vous conseil de vous renforcer si vous possédé déjà une exposition sur le maïs. Sinon, pour profiter de l’opportunité du maïs, je reviendrais plus longuement sur ce secteur dans Matières à Profits.

D’ici là, bon investissement.

Mots clé : - -

Un commentaire pour “Le maïs, la petite commo qui vous sauvera”

  1. […] Première parution dans l’Edito Matières Premières & Devises du 10/11/2011. […]

Laissez un commentaire