Les organes artificiels vont transformer nos vies

Rédigé le 13 février 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

Les cyborgs sont parmi nous…

En janvier dernier, l’histoire d’une Canadienne qui avait survécu près d’une semaine sans poumons a été relayée par nombre de médias. Cette opération dramatique faisait suite à une infection résistante aux antibiotiques – un problème que nous avons souvent évoqué dans La Quotidienne. Ce n’est pas la première fois qu’un humain survit sans ses organes internes. Les cœurs artificiels existent depuis des décennies (SynCardia) et la dialyse rénale est elle aussi une pratique courante (Toray Medical, Fresenius, etc.).

Mais cette tendance gagne de la vitesse. Diverses parties de nos corps peuvent être découpées, éliminées ou simplement améliorées à l’aide de prothèses capables d’imiter leur fonction.

Juste avant Noël, on a appris que des patients britanniques avaient été équipés pour la première fois de l’œil électronique Argus II, de Second Sight. L’appareil utilise une caméra vidéo montée sur une paire de lunettes. Celle-ci envoie des données directement à la rétine du patient, située à l’arrière de l’œil. Le patient a la sensation de voir sans que de la lumière ne soit détectée par l’œil. Des personnes jusque-là aveugles peuvent donc enfin « voir » à nouveau – même si l’expérience est loin d’être équivalente à une vision normale. Cette première utilisation sert à traiter la rétinite pigmentaire, qui provoque une dégénérescence des cellules de détection de la lumière dans la rétine.

Il existe d’autres méthodes pour recouvrer la vue, notamment un appareil appelé vOICe qui convertit la lumière en son. Étonnamment, les patients sont capables d’apprendre à convertir ce son en un sens similaire à la vue. Il paraît que les avertisseurs de recul sur les camions « ressemblent » alors à de gros rectangles dans le champ de vision !

Au cours des dernières décennies, des pas énormes ont aussi été faits (littéralement) dans le domaine des membres artificiels. Le fait qu’Oscar Pistorius ait pu être sélectionné comme athlète olympique illustre les progrès faits par cette technologie (chez Endolite, par exemple). Les membres artificiels permettent aujourd’hui de faire des mouvements assez généraux, mais les prothèses de bras et de main les plus récentes permettent un plus haut niveau de dextérité, de contrôle neurologique et de neurostimulation pour une sensation de toucher. Si cela vous intéresse, vous pouvez vous pencher par exemple sur Touch Bionics.

Cette semaine, nous allons plonger la tête la première dans les techniques et technologies visant à améliorer nos corps. Bien sûr, l’avenir nous permettra de faire de nombreuses avancées enthousiasmantes. Mais je ne suis pas auteur de science-fiction : je resterai très terre à terre. Nous allons voir un aperçu des méthodes déjà disponibles ou attendues sous peu. Nous allons essayer de varier les plaisirs et d’inclure des approches biologiques et synthétiques pour le remplacement d’organe.

Allons-y… car il y a beaucoup d’exemples à traiter…

Des yeux bioniques

Nous avons parlé au début de l’article de l’œil artificiel Argus II, mais Optobionics est une autre candidate intéressante. C’est une entreprise phénix, qui tentait de mettre au point des rétines artificielles utilisant des cellules photovoltaïques. Une approche intelligente, qui ne nécessite pas de source d’électricité externe… Mais une équipe de l’Université de Stanford a testé avec succès une technologie permettant d’alimenter un implant similaire en électricité à l’aide d’ondes radio. Une solution importante, car je ne pense pas que les cellules solaires puissent fonctionner correctement dans des conditions de faible luminosité, et implanter une batterie dans un tel appareil serait très compliqué.

Les entreprises à surveiller : Optobionics (a priori en attente d’incorporation), Retina Implant AG, Second Sight.
[NDLR : Les humains ne sont pas les seuls à avoir besoin de la vue ; les robots aussi. Pour effectuer des tâches de plus en plus précises, se déplacer, travailler en collaboration avec d’autres robots et surtout des humains, les machines ont besoin de voir. Et c’est ce que leur permet ce leader mondial de la vision industrielle. Une valeur à retrouver parmi les secteurs de croissance – cannabis, cybersécurité, réalité virtuelle – sélectionnés par Ray Blanco dans NewTech Insider]

Cœurs artificiels

Des patients ont déjà survécu avec des cœurs totalement artificiels, mais l’avenir appartient sans doute là encore à l’ingénierie tissulaire. Doris Taylor a montré il y a près d’une décennie qu’il était possible de fabriquer un cœur entièrement neuf – en tous cas pour de petits animaux. La recette : retirer toutes les cellules cardiaques (un processus appelé décellularisation). Il ne reste alors plus qu’un échafaudage, sur lequel de nouvelles cellules peuvent être cultivées.

C’est un pas de géant, étant donné que le nouveau cœur n’est alors pas rejeté par le corps du patient. Les valves cardiaques peuvent aussi être remplacées.

Ceci suit une tendance générale visant à réparer les composants dysfonctionnels d’un organe, une opération souvent plus simple que le remplacement de l’organe entier.

Entreprises à surveiller : SynCardia, Carmat

Implants cochléaires

La cochlée est le microphone du corps humain. Lorsqu’elle est absente ou sévèrement endommagée, il n’est possible d’entendre que les bruits très forts ou les basses – un peu comme quand vous ressentez le grondement d’un train en approche. La pose de technologie de remplacement est aujourd’hui une opération de routine.

Vous avez peut-être déjà vu sur internet des vidéos de bébés qui entendent la voix de leur mère pour la première fois. Si ce n’est pas le cas, vous devriez aller voir – c’est une belle source d’inspiration qui vous mettra aussi de bonne humeur.

Entreprises à surveiller : Cochlear, MED-EL, Advanced Bionics.

Mots clé : - - - -

Andrew Lockley
Andrew Lockley

Laissez un commentaire