Elections américaines : Le pari à saisir avant mardi soir !

Rédigé le 7 novembre 2016 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Le compte à rebours a commencé. Nous sommes à quelques jours de l’une des meilleures opportunités de trade jamais rencontrée. Cette opportunité est liée à l’élection présidentielle américaine qui aura lieu la semaine prochaine. Les médias grand public, les experts, les marchés et les bookmakers disent tous que l’élection est déjà « terminée » et que la victoire d’Hillary est assurée – du moins, jusqu’aux rebondissements de ces dernières heures.

Mais sondages scientifiques ou solides éléments anecdotiques disent tout et son contraire. Certes, l’élection va être serrée mais nous identifions de solides indices indiquant que Trump va gagner.

Cela crée un contexte de « trade asymétrique ». Si vous pariez sur la victoire de Donald Trump mais qu’Hillary Clinton l’emporte, alors vous ne perdrez pas beaucoup car les marchés ont déjà totalement intégré (« pricé ») une victoire d’Hillary Clinton. Mais si Donald Trump l’emporte, vous réaliserez d’énormes gains car les marchés subiront une sévère correction si ce résultat inattendu se produit.

En fait, certaines idées de trade sont encore meilleures que celle-là. Ce sont des trades « win-win » (gagnant-gagnant) qui augmentent au fil du temps, quel que soit le vainqueur de l’élection (mais ils grimperont bien plus vite, et plus haut, si c’est Trump qui l’emporte).

Les trades asymétriques ne se présentent pas tous les jours. En fait, ils sont inhabituels car, normalement, le marché évalue bien les probabilités relatives à un résultat incertain. Mais il existe des exceptions. Traditionnellement, ces exceptions sont dues aux biais cognitifs [NDR : mécanisme de pensée entraînant une déviation systématique de la réalité] dont font preuve les principaux acteurs du marché. Ces a priori font obstacle à une analyse objective.

La dernière fois que nous avons vécu une telle situation, c’était lors du référendum lié au Brexit, au Royaume-Uni. Les électeurs devaient décider s’ils restaient (Remain) au sein de l’Union européenne ou s’ils en sortaient (Leave). Les marchés avaient totalement intégré une victoire du Remain, mais c’est le Leave qui l’a emporté.

Nous avions identifié à l’avance cette mauvaise évaluation et conseillé à nos lecteurs de Trades Confidentiels de parier sur le Leave. Ceux qui l’ont fait ont enregistré un gain de 50% dès que le Leave l’a emporté et que les marchés ont corrigé.

Dans le cadre de cette analyse, il ne s’agit pas de prendre fait et cause pour l’un ou l’autre camp. A la rédaction de Trades Confidentiels, nous laissons les discours et analyses politiques à d’autres. Nous savons que nos lecteurs américains sont suffisamment intelligents pour savoir pour qui ils doivent voter.

Mais il y a des moments où les résultats politiques peuvent énormément affecter les marchés. C’est alors que nous observons attentivement la politique : pas par idéologie, mais en raison de son impact sur les marchés.

L’affaire des e-mails, avant-goût de ce que nous réserve l’élection

Si les marchés ont totalement intégré une victoire d’Hillary Clinton, comment vont-ils réagir face à une victoire de Trump ?

Les signaux les plus forts sont apparus vendredi dernier, le 28 octobre, lorsque James Comey, directeur du FBI, a annoncé qu’il rouvrait l’enquête concernant l’usage, par Hillary Clinton, d’informations confidentielles sur un serveur privé situé dans le sous-sol de sa maison de Chappaqua, New York. De nouveaux e-mails, auparavant inconnus du FBI, ont été découverts sur les appareils numériques de l’époux d’une des proches d’Hillary Clinton.

Inutile de nous attarder sur cette histoire d’e-mails : vous pouvez lire des articles à ce propos, ailleurs. Ce qui compte, c’est que les marchés ont brutalement dû évaluer la possibilité que la candidature d’Hillary Clinton soit pénalisée par cette enquête et que Trump remporte l’élection.

Les trois principaux indices boursiers américains ont chuté à l’annonce de cette nouvelle, avant de rebondir un peu plus tard dans la journée. Les trois graphiques ci-dessous illustrent la réaction quasi instantanée des marchés :

L’or a également nettement augmenté lorsque le FBI a divulgué la nouvelle. Donald Trump est le premier candidat présidentiel d’envergure, depuis Ronald Reagan en 1980, à parler en termes positifs du rôle de l’or au sein du système monétaire international.

Enfin, l’Indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange s’est envolé de plus de 5%, en quelques minutes, après l’annonce du FBI.

Ces chocs enregistrés sur les cours sont sans équivalent avec ce qu’il se passerait en cas de victoire effective de Donald Trump. Autrement dit, les mouvements de cours du 28 octobre ne nous ont pas livré le Grand Jeu. C’était uniquement une forte indication de ce qu’il va se produire.

Toutefois, sur la base de ces éléments et de recherches effectuées par ailleurs, nous estimons que les principaux indices boursiers chuteront de 10% en cas de victoire effective de Donald Trump. A l’inverse, les marchés bougeront très peu si Hillary Clinton l’emporte, car ce résultat a déjà été intégré par les marchés.

Les marchés ne sont absolument pas préparés à une victoire de Trump

Les représentants d’Hillary Clinton se sont rapidement emparés de l’annonce du FBI en affirmant que c’était purement « politique », que les électeurs savaient déjà tout en ce qui concerne les e-mails, ce serveur privé, et que cette annonce n’apportait rien de « nouveau ». Les marchés ont pris en compte la riposte d’Hillary Clinton, opéré quelques retracements sur les cours et, à la clôture, n’étaient pas loin de leurs niveaux d’ouverture de séance.

De fait, les marchés sont revenus au scénario selon lequel Hillary Clinton a déjà gagné et Donald Trump ne peut l’emporter. Encore une fois, il ne nous appartient pas de débattre de politique et de questions judiciaires. Notre mission consiste à prendre en compte l’impact que les événements exercent sur le marché, et à vous fournir notre meilleure analyse.

Même si les marchés sont revenus à la normale après cette nouvelle, ils ont tout de même révélé leur jeu. Cette annonce du FBI n’a rien à voir avec ce que serait une victoire de Donald Trump. Pourtant, elle a suffi à perturber l’équilibre du marché. Si l’on se base sur ce qu’il s’est produit le 28 octobre, on se rend bien compte que le choc de marché serait bien plus considérable en cas de victoire de Donald Trump.

L’élection présidentielle américaine est proche, et le résultat pourrait pencher des deux côtés, bien que nous pensions que Donald Trump l’emportera de justesse. Les attentes du marché, quant à elles, penchent lourdement en faveur d’une victoire d’Hillary Clinton. Cela nous offre un scénario de type « pile tu gagnes, face tu ne perds pas ». Ce sont les meilleurs trades qu’il soit. [NDLR : Le pari que vous propose Jim pour profiter de ce trade asymétrique sur les élections américaines est à retrouver dans Trades Confidentiels… avant que les résultats ne soient publiés !]

Mots clé : -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Laissez un commentaire