Seuls les meilleurs survivent : Darwin frappe aussi en Bourse

Rédigé le 19 janvier 2009 par | La quotidienne Imprimer

Jeudi dernier, le CAC 40 est repassé sous les 3 000 points, un seuil psychologique important. Maintenant, les avis se déchaînent : poursuite du rebond ou pas ? A force de s’enfoncer, de franchir à la baisse tous les niveaux clés et d’être si peu valorisés, les indices boursiers vont bien finir par toucher le fond et, d’un bon coup de talon, repartir à la hausse, non ?

Ce matin encore Bill Bonner me disait "la plus grande illusion de notre siècle, c’est de croire que la Bourse est toujours gagnante".

"Et en plus, c’est historiquement faux", disait Simone Wapler, graphiques historiques du CAC 40, Dow Jones ou du S&P 500 à l’appui, et le livre de Jim Rogers sur le Boom des matières premières sous le coude. "Si on observe les indices sur une longue période — au moins un siècle –, c’est une évidence : les périodes de franche baisse sont presque aussi nombreuses et durables que celles de hausse."

Et si, sur un siècle, la tendance générale, pour le CAC et pour le Dow, est effectivement à la hausse, il ne faut pas perdre de vue qu’à moins d’avoir goûté à la source de la jeunesse éternelle, l’investisseur investit rarement sur une période qui dépasse trois décennies. Alors prendre une tendance sur plus d’une centaine d’années pour dire qu’en Bourse on gagne toujours, c’est être de très mauvaise foi…

Et Simone d’enfoncer le clou : "quand on affirme que l’investisseur en Bourse est forcément gagnant sur le long terme, on oublie un peu vite qu’il n’a souvent pas investi sur l’indice mais qu’il peut s’être trompé en misant sur des tocards… qui ont fait faillite !"

Eh oui, il faut considérer les choses de ce point de vue : les actions des entreprises qui font faillite sont sorties des indices. Le darwinisme boursier frappe régulièrement et impitoyablement : ne restent dans les indices que les meilleures sociétés, celles qui ont passé la sélection ! Et aujourd’hui, ce sont ces meilleures entreprises qui nous donnent une performance négative de 42% en 2008. C’est dire !

Dans le prochain numéro de MoneyWeek, Simone vous expliquera pourquoi les gouvernements ne veulent en aucun cas laisser la situation boursière et économique empirer et feront tout pour empêcher que la récession s’installe. Nous vous proposeront donc une sélection de valeurs qui profiteront des différents plans de relance.

La conclusion de tout cela ? Méfiez-vous des fausses promesses et oubliez l’idée que la Bourse, comme l’investissement immobilier, sont toujours gagnants sur le long terme. Par contre, il y a toujours moyen de faire mieux les indices : certains produits, certaines valeurs et certaines stratégies sont, elles, gagnantes sur le long terme grâce à la qualité de leur management ou de leur gestionnaire comme Carmignac Investissement ou encore Seven Capital. A MoneyWeek, nous aimons beaucoup.

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Les commentaires sont fermés !