La bulle cryptomonnaie peut-elle changer le monde ?

Rédigé le 24 août 2017 par | A la une, Bitcoin et cryptomonnaies, Nouvelles technologies Imprimer

Hier, nous avons vu qu’il y avait un certain nombre de similitudes entre l’engouement pour les valeurs Internet à la fin des années 1990 et la folie actuelle autour des cryptomonnaies et de la blockchain. Outre l’envolée du cours du Bitcoin et consorts, l’afflux massif d’investissements – en particulier via les ICO (Initial Coin Offering) – vers les start-ups estampillées blockchain laisse penser qu’une belle bulle s’est formée.

Face à cet engouement qui échappe presque complètement à tout contrôle – c’est d’ailleurs un des atouts de la blockchain : l’absence de régulation centralisée –, les autorités financières, boursières, les Etats et les banques centrales commencent à s’inquiéter… et pourraient être l’épingle qui crèvera la bulle.

Les cryptomonnaies et la blockchain sont donc une bulle. Une bulle, faut-il le rappeler, est par nature dangereuse et les récents épisodes de décrochages du Bitcoin ou de l’Ether sont là pour nous le rappeler.

Sans vouloir être trop pessimiste, je pense que cette bulle va se dégonfler à un moment ou à un autre, et qu’il sera difficile d’échapper à de nouvelles violentes corrections dans les mois qui viennent. En tant qu’investisseur, vous devez être conscient de ce danger et le prendre en compte dès que vous misez le moindre euro sur la blockchain ou une cryptomonnaie.

Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’intéresser à elles.

Car je vous le disais hier – et nous nous en étions arrêtés là –, même les bulles peuvent changer le monde.

Revenons à notre comparaison avec la bulle Internet.

La bulle qui a changé le monde

Imaginons que nous sommes en 1999. La bulle des dot.com est en pleine phase d’expansion. Les introductions en Bourse (IPO) se multiplient, des sommes folles affluent vers les start-ups, les investisseurs particuliers tentent de prendre le train en marche et de profiter eux aussi du boom Internet. C’est la ruée.

Et puis arrive mars 2000. Le krach des valeurs technologiques gagne rapidement tous les autres marchés boursiers et des indices comme le Nasdaq effacent en quelques jours des gains de plusieurs mois. C’est l’effondrement, la bérézina, la panique. Des milliers d’entreprises font faillite, des investisseurs y perdent toutes leurs économies et des pans entiers de l’économie mondiale doivent faire leur mue.

Ce fut violent mais, 17 ans après, Internet et les nouvelles technologies sont plus que jamais présents dans nos vies quotidiennes. Parce que, oui, il y a eu l’émergence d’Internet mais aussi celle de l’e-commerce, puis des smartphones, des réseaux sociaux et, aujourd’hui, les nouvelles formes de réalité, l’intelligence artificielle, les assistants vocaux, les robots, etc.

Peut-être plus significatif encore, les valeurs qui ont résisté au krach des dot.com et les nouveaux acteurs qui sont venus occuper le terrain ont profondément modifié la structure de nos économies. En quelques années, la Silicon Valley est devenue un acteur majeur de la puissance économique américaine, supplantant les industries traditionnelles. Même chose en Europe mais aussi dans les pays émergents, la nouvelle économie – technologique – est le nouveau facteur de croissance.

Le changement s’inscrit aussi, très concrètement, dans le paysage et notre environnement. Outre l’eau et l’électricité, chaque nouveau projet urbain prévoit maintenant une connexion Internet. Et des entreprises comme Facebook ou Google multiplient les initiatives pour connecter les zones qui jusqu’à présent n’avaient pas accès à Internet. Pour certains, une connexion à Internet est même devenue un droit fondamental. Je vous laisse mesurer le chemin parcouru en un peu plus de deux décennies.

La révolution crypto est en marche

Les cryptomonnaies et la blockchain pourront-elles engendrer des mutations d’une telle ampleur ? C’est encore difficile à dire mais en quelques années, ces technologies sont parvenues à s’extraire d’un petit cercle d’amateurs pour s’imposer auprès du grand-public, au moins dans les médias si ce n’est dans nos usages quotidiens.

D’ici deux ou trois ans, utiliser le Bitcoin – ou à une autre cryptomonnaies – sera peut-être aussi courant que notre recours à PayPal. Tous les sites d’e-commerce proposeront peut-être l’option payer en bitcoins à côté des traditionnelles CB, Visa, PayPal, etc.

Mais les changements les plus importants viendront certainement de la blockchain. Comme je vous le disais dans une précédente Quotidienne, les applications de cette technologie sont innombrables, du suivi des œuvres sur le marché de l’art, à celui des produits agroalimentaires en passant par les transactions financières entre grandes banques, les smart contracts ou encore le vote électronique.

L’utilisation de la blockchain ne sera pas visible au premier coup d’œil par les utilisateurs mais, après tout, connaissez-vous les protocoles sur lesquels reposent les connexions à Internet, la 4G ou encore les achats sur les sites d’e-commerce ?

Des milliers d’applications reposant sur la blockchain sont en développement. Certaines n’auront aucun succès, d’autres au contraire s’imposeront comme le nouveau standard. Certaines entreprises vont disparaître, d’autres deviendront peut-être le Google ou le Facebook de demain.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Au risque de me répéter, le Bitcoin, les cryptomonnaies et la blockchain sont dans une phase de bulle. Le genre de bulle qui peut déboucher sur une correction de 30%, 50%, 75% – et ce en quelques jours. N’oubliez pas que l’Ethereum perdait 99,9% de sa valeur le 21 juin dernier suite à un flash krach. 99,9%…

Impossible de prédire la date de ce krach mais gardez en tête cette possibilité en investissant sur une cryptomonnaie, quelle qu’elle soit. Voyez ce genre d’investissement comme un pari supplémentaire. Un pari sur lequel vous ne devriez pas investir plus que vous n’êtes prêt à perdre.

Soyez tout aussi prudent si vous êtes tenté par les ICO ou l’investissement dans les pure players crytpo ou blockchain. Il y aura beaucoup de start-ups perdantes pour une poignée de survivantes.

Alors, comment miser sur cette grande tendance : 1. Miser un « petit billet » sur les cryptomonnaies les plus prometteuses et les moins risquées – en sachant que vous pouvez tout perdre. Vous trouverez quelques pistes ici… 2. Miser sur des entreprises qui s’intéressent de près à la blockchain mais dont ce n’est pas le cœur de métier. Le choix est large, d’IBM à Goldman Sachs. [NDLR : Dans NewTech Insider, Ray Blanco s’est ainsi intéressé à des entreprises qui ont développé du matériel indispensable pour miner de nouveaux Bitcoins. Ces entreprises sont les pelles et pioches de cette nouvelle ruée vers l’or que nous connaissons. Pour en savoir plus sur NewTech Insider et les recommandations de Ray, c’est ici…]

Mots clé : - - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire