Gagnez de l’argent avec la Chine

Rédigé le 19 décembre 2017 par | Pays émergents Imprimer

Notre recherche d’un investissement pérenne pour 2018 et le moyen terme nous a conduit à nous tourner vers les BRICS et plus particulièrement vers la Chine. La Chine est une des rares zones économiques en croissance réelle et dont les perspectives sont encore positives. Le pays change à toute vitesse tandis que sa classe moyenne découvre à peine les plaisirs de la société de consommation.

Aujourd’hui, nous allons voir comment un investisseur particulier français peut en profiter.

Pas besoin de vous expatrier pour profiter d’un pays où le salaire moyen a augmenté de +170% depuis 10 ans (et vous, à quand remonte votre dernier triplement de salaire ?).

Pas besoin de créer un compte dans une obscure banque chinoise pour y placer des capitaux.

Pas besoin d’utiliser des produits complexes à effet de levier dont l’érosion de la valeur-temps rendra une stratégie, même gagnante, déficitaire.

Il est désormais possible d’investir depuis votre compte titre habituel sur de nombreuses actions de sociétés chinoises. Leurs performances sont, vous allez le voir, époustouflantes. Le tout est de bien choisir ses valeurs.

Des performances hors du commun

Connaissez-vous Meituan-Dianping ? Probablement pas. Meituan est un site de vente en ligne qui a démarré son activité sur le modèle de Groupon en 2010. Plus que son activité (désormais classique sur Internet), c’est la dimension de Meituan qui est impressionnante.

Meituan possède déjà des centaines de millions de clients, et a répertorié plusieurs millions d’entreprises. Meituan vient de faire un tour de table de quatre milliards de dollars qui le valorise à plus de 30 milliards de dollars (légèrement plus qu’Airbnb). A titre de comparaison, SpaceX était valorisé cet été à 21 milliard de dollars.

Sequoia Capital a eu le nez creux en investissant 20 millions d’euros lors du premier tour de table pour financer la création du site en 2010. Les levées de fond suivantes ont été de 50 millions de dollars en 2011, 300 millions en 2014 et 700 millions en 2015. Cela représente, à dilution égale des investisseurs, une hausse de la valorisation de 3 500% en cinq ans. Voilà le type de croissance auquel il faut s’attendre lorsque l’on investit dans une entreprise chinoise.

Le site revendique plus de 200 millions d’utilisateurs actifs. Cela représente la moitié de la population européenne, enfants et personnes âgées inclues. Et ces 200 millions d’utilisateurs consomment au moins une fois par mois. Pourtant, personne en France ne connait Meituan.

Profitez de l’éveil boursier de la Chine

En investissant aujourd’hui sur les Bourses chinoises, vous pourrez vous positionner sur des titres inconnus du grand public. Investir sur la Chine est l’antithèse (ou le complément) parfait d’un investissement sur le Bitcoin. A l’exception de quelques rares élues, les valeurs chinoises ne bénéficient d’aucune couverture médiatique en occident.

L’afflux de capitaux est aujourd’hui très limité alors que la croissance de leur activité est bel et bien réelle.

Quelques exemples de belles hausses

Je vous parlais plus haut de l’exemple de Meituan. Cette société n’est pas cotée, mais la hausse vertigineuse de sa capitalisation est tout à fait classique parmi les entreprises de l’Empire du Milieu. Nombre de sociétés ont vécu tout à fait sagement en Bourse avant de recevoir les faveurs des média occidentaux.

Affolés par la croissance insolente de leur activité, les investisseurs se sont rués sur ces titres jusqu’à les propulser à des valorisations intenables.

Alibaba

Cours de l’action d’Alibaba Group, propriétaire du site éponyme

L’action d’Alibaba Group est passée de 60 $ à 191 $ depuis ses plus bas de février 2016.

Alibaba

Cours de l’action Tencent

Tencent, sorte de super-Google local, a également été propulsé à des niveaux stratosphériques lorsqu’il est devenu évident qu’il profiterait automatiquement de l’essor de l’usage d’internet dans la population chinoise.

Ces entreprises ont toutes les cartes en main pour réaliser des profits phénoménaux. Le problème est qu’elles sont déjà survalorisées, avec des PER aux alentours de 50. Leur correction ces derniers jours, parfaitement synchronisée avec la baisse des valeurs technologiques aux Etats-Unis, montre que ces valorisations sont désormais dues à des afflux de capitaux spéculatifs étrangers.

Choisir ces Blue Chips pour profiter de la modernisation de la Chine n’est plus une option raisonnable à ces niveaux de valorisation.

Comment éviter bulles et moutons noirs ?

En parallèle de ces stars de la cote, de nombreuses start-ups (qui pèsent rapidement des milliards de dollars, gigantisme du marché oblige) font de magnifiques IPO… avant de faire faillite au bout de quelques mois. Simone Wapler vous relatait il y a quelques jours dans La Chronique Agora le douloureux destin des sociétés de location de vélo, qui en sont l’exemple parfait.

Il est donc difficile pour un investisseur particulier d’éviter à la fois les licornes survalorisées et les canards boiteux dont le business model reste incertain et la transparence des comptes douteuse.

Aussi, pour limiter les risques autant que possible, vous pourrez vous tourner vers des ETF. La diversification qu’ils apportent vous permettra de ne pas être à la merci d’un mauvais investissement. Les ETF ont également accès à de nombreuses valeurs qui sont difficilement négociables depuis la France.

Nous vous mettons souvent en garde contre l’investissement aveugle dans les ETF sur les marchés européens et américains. Le problème de ces ETF est le gigantisme de leurs positions par rapport au marché sous-jacent. Passé un certain stade, l’ETF ne suit plus le cours de l’indice qu’il est censé répliquer : c’est sa capitalisation qui fait la valeur de l’indice. La cause devient la conséquence, et la chute peut être brutale lorsque les investisseurs se retirent.

Il faut donc être vigilant lors de la sélection des ETF et éviter ceux qui sont déjà surcapitalisés par rapport aux indices dont ils répliquent les cours.

Nous en sommes très loin sur les ETF asiatiques. Leur diffusion en occident est encore confidentielle – certains ne sont d’ailleurs pas négociables depuis les places européennes. Le risque de krach causé par une vague de retrait des investisseurs ayant souscrit à ces fonds est donc limité.

Du bon usage des ETF dits asiatiques

Méfiez-vous des ETF généralistes comme le HSBC MSCI CHINA (IE00B44T3H88). Il affiche de belles performances, mais sa composition est particulièrement inquiétante. Plus de la moitié de l’ETF est investie dans Alibaba, Tencent, et des valeurs bancaires (aussi vulnérables que chez nous). Un tel ETF est un outil spéculatif pur dont la valorisation peut être laminée en quelques semaines en cas de turbulences mondiales.

Restez également à l’écart des ETF qui vous promettent une exposition au BRICS par le biais d’entreprises cotées en Europe. Je vous l’accorde, leur éligibilité au PEA est tentante… mais à quoi bon mettre en portefeuille ces agrégats de valeurs occidentales ? Si vous souhaitez avoir des titres d’entreprises du BTP françaises et de banques allemandes, autant vous tourner vers l’EuroStoxx 50 et ses trackers !

Pour être exposé au marché chinois avec un risque acceptable, vous pouvez suivre l’une de ces deux stratégies.

Si vous souhaitez vous exposer au boom des nouvelles technologies en chine, vous pouvez vous tourner vers l’ETF Global X China Consumer ETF (NYSE:CHIQ). Il est formé des plus belles valeurs technologiques chinoises du moment, et d’autres valeurs de croissance. Sa performance sur 2017 est de +59%, soit six fois plus que celle du CAC 40.

Le revers de la médaille est que son PER moyen (23) commence à être cher, même dans un marché en expansion. Il faut donc être prêt à garder son sang-froid en cas de correction.

Pour une exposition plus structurelle à la hausse de l’activité chinoise, rien de tel que de revenir aux fondamentaux. L’ETF Global X China Energy ETF (NYSE:CHIE) vous expose au marché chinois de l’énergie dont la croissance ne faiblit pas. La consommation d’énergie a vocation à augmenter en cas de rebond des exportations. Elle est également directement liée à la hausse de la consommation interne.

Tous les ingrédients sont là pour une croissance durable du secteur.

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour sortir des sentiers battus des Bourses européennes et vous préparer un portefeuille robuste pour l’année prochaine ! [NDLR : Guettez la prochaine recommandation d’Etienne Henri dans NewTech Insider : il vous y proposera une explosive valeur technologique asiatique pour profiter de l’envol des technologies made in China.]

Bons investissements !

Mots clé : - -

Etienne Henri
Etienne Henri
Il sélectionne les dossiers d’investissement en financement participatif du service Profits Réels.

Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.

2 commentaires pour “Gagnez de l’argent avec la Chine”

  1. Je suis intéressée mais j’ai une petite somme et qu’es ce qui peut me rassurer. Surtout qu’on ne sait pas ou se trouve votre siège moi je vis en France à Paris j’ai peur merci de me répondre.

  2. Bonjour et merci de l’intérêt que vous portez à nos conseils. Vous pouvez très facilement joindre le service client, afin qu’il réponde à vos questionnements.
    – Par courrier à l’adresse : Publications Agora – 8, rue de la Michodière, CS 50299, 75081 Paris Cedex 02, France
    – Par téléphone : 01 44 59 91 11, du lundi au vendredi de 9h à 17h
    – Par fax : 01 44 59 31 32
    – Par e-mail : service-clients@publications-agora.fr
    Si vous souhaitez contacter la Rédaction de la Quotidienne de la Croissance en particulier, je vous invite à remplir le formulaire : http://quotidienne-agora.fr/contact/

Laissez un commentaire