Le pétrole cher tire le lithium

Rédigé le 20 avril 2012 par | Nouvelles technologies Imprimer

Il ne vous a pas échappé que nous avions très vite renoué avec le pétrole cher. Pour le moment, la consommation de lithium reste encore modeste puisque ce métal est essentiellement utilisé dans les batteries de l’électronique portable (et notamment les batteries des voitures hybrides et électriques). Mais dès que la demande de véhicules électriques va décoller, il en ira tout autrement.

Les Parisiens auront constaté que les Autolibs ont fait leur apparition dans la capitale. Mais ce qui m’a le plus frappée a été la publicité qui passait en boucle à la télévision pour des grosses voitures hybrides au… Nicaragua !

Durant leurs vacances, les touristes canadiens, américains et même mexicains sont gavés de publireportages sur les bonheurs de la conduite de gros véhicules hybrides de marques américaine, allemande et japonaise.

Avec le pétrole à plus de 120 $ le baril, les hybrides vont séduire. Pour cela, il faudra du lithium… beaucoup de lithium.

Bref tour d’horizon du marché du lithium
Les batteries rechargeables constituent 30% de la demande de lithium, et surtout le marché dont la progression sera la plus forte dans les 10 à quinze ans à venir, date à laquelle il pèsera 50% de la demande. Tout tient dans un rapport très simple : 1 pour 1 000
– Batterie d’un téléphone mobile : 5 g de carbonate de lithium
– Batterie d’un véhicule électrique : 5 à 60 kg de carbonate de lithium

Là où on comptait en grammes pour l’électronique, il faudra compter en kilos pour l’automobile.

20 milliards de dollars de coups de pouce : Chine 15 – Etats-Unis 5
1 milliard de dollars… c’est ce que vient de poser sur la table Obama dans le cadre de la tranche 2 de son programme EV Everywhere sur les énergies vertes. Le gouvernement américain a prévu de débloquer au total 5 milliards de dollars pour les véhicules électriques, dont 2,4 milliards de dollars pour les développements de batteries.

La Chine n’est pas en reste. C’est 15 milliards de dollars que les camarades capitalistes vont poser sur la table, et non plus dans 13 mais 25 villes importantes qui sont priées d’adopter les véhicules électriques.

A ce stade, je vous entends m’objecter cher lecteur sagace et bien éduqué : « Mais nous refusons d’investir dans ces horribles choses subventionnées qui vont connaître le même sort que l’énergie solaire en Allemagne, un effondrement dès que les béquilles budgétaires seront supprimées ».

Ce à quoi, je vous réponds : nous n’investissons pas dans les horribles choses subventionnées, nous investissons dans des fournisseurs clés d’un produit indispensable au véhicule électrique.

Les subventions vont simplement accélérer la tendance de la mise sur le marché. Selon l’économiste chilienne Daniela Desormeaux, la demande de lithium devrait croître de 10% cette année, ce qui est le double du rythme de la croissance mondiale.

La capacité à imposer ses prix
Durant ces derniers mois, le prix du lithium a augmenté. Les producteurs ont annoncé des augmentations de prix d’environ 20% du lithium raffiné (carbonate de lithium à 99,5%) en raison de la hausse du prix des matières premières (le lithium brut d’extraction).

Au passage vous noterez le phénomène de l’inflation, et comment il essaime des matières premières vers les producteurs et raffineurs. Cela confirme que le marché est bon et, même avec l’arrivée de la concurrence, la dynamique suffisamment favorable pour que les marges résistent.

Comment en profiter ?
Vous pouvez miser sur la filière lithium à travers un ETF, comme Global X Lithium ETF (NYSE: LIT). Ce tracker contient à la fois des actions de minières, de fabricants de batterie et d’autres utilisateurs du métal.

Enfin, dans L’Investisseur Or & Matières, Simone Wapler a mis du lithium en portefeuille via une société qui appuie sa croissance sur deux secteurs en expansion : la chimie de spécialité pour l’agrobusiness et le lithium. Cette société est bien implantée dans les pays émergents et profite à la fois de l’engouement asiatique pour les véhicules hybrides et de l’énorme besoin agricole des émergents. Une recommandation à découvrir dans L’Investisseur Or & Matières.

Première parution dans la Quotidienne d’Agora le 20/04/2012.

Mots clé : - - - - - - - - - -

Laissez un commentaire