Cyber-criminalité : Misez sur ce champ de bataille qui vaudra 170 milliards de dollars en 2020

Rédigé le 31 octobre 2016 par | Nouvelles technologies Imprimer

Vendredi dernier, je vous disais que, selon Cybersecurity Ventures, une entreprise d’analyse en cyber-sécurité, le coût mondial de la cybercriminalité se portait à trois millions de milliards de dollars en 2015. En 2021, elle estime ce chiffre à 21 millions de milliards.

Comment expliquer une telle flambée ?

L’Internet des objets, multiplication des vulnérabilités

L’une des raisons principales est l’Internet des Objets, dit aussi IoT (pour Internet of Things). S’il y a bien quelque chose que nous savons aujourd’hui, c’est qu’une fois que quelque chose existe dans le monde virtuel, il y reste à jamais.

Et c’est là que réside la menace terrible à laquelle nous expose l’Internet des Objets. Pour les non-initiés, l’IoT est une tendance moderne qui vise à tout connecter à internet. Votre téléphone, votre montre, votre voiture, votre frigo, votre sèche-cheveux… tout.

Au cours des prochaines années, chaque machine, appareil électronique ou équipement que nous utilisons sera doté d’une adresse IP et connecté à Internet.

Je vous parle de tout ce que nous utilisons, partout : dans nos maisons, nos bureaux, nos écoles, hôpitaux, magasins, bars, restaurant… vraiment partout.

La possibilité d’une attaque de « ransomware » – des logiciels malveillants qui bloquent l’accès à un système tant qu’une somme d’argent n’a pas été payée – menée par des cybercriminels, est absolument énorme.

En réalité, ce genre d’attaque se produit déjà.

Récemment, un article dans le magazine Wired montrait à quel point il était facile pour un pirate professionnel de contrôler à distance une Jeep roulant à 110 km/h sur une autoroute à St Louis, dans le Missouri.

En utilisant un logiciel simple, les pirates ont accédé à distance au système de divertissement et de navigation numérique du véhicule – qui permet même aux passagers de se connecter au Wi-Fi – pour désactiver le véhicule.

Mais pas avant de s’être amusés un peu avec l’air conditionné, les fonctions du tableau de bord et la direction.

Imaginez un peu que ce soit vous, au volant… En train d’amener vos enfants à l’école ? Ou d’aller à une soirée avec votre femme ?

Soudain, vous devez faire face à la possibilité d’une mort imminente, où de blessures graves… à moins que vous ne donniez vos informations bancaires, une somme d’argent ou que vous ne satisfassiez les demandes sinistres du pirate d’une autre manière.

Mieux vaut ne pas trop y penser.

Vous vous dites peut-être que tout cela est digne d’un scénario de James Bond…

Une arme très politique

Mais pensez aux piratages récents de centrales électriques en Ukraine. Tout ce que nous en savons indique qu’ils étaient l’oeuvre d’un groupe financé par l’Etat russe.

En utilisant un ransomware, les pirates ont obtenu le contrôle complet des systèmes d’un certain nombre de centrales électriques de petite taille, ainsi qu’à des systèmes téléphoniques et à des centrales d’appel.

Le résultat ? 80 000 foyers ukrainiens sans électricité, avec des blackouts de plusieurs heures. Des cas similaires ont également été rapportés en Ukraine suite à des attaques malveillantes sur des aéroports ou le réseau ferroviaire.

Vous avez peut-être l’impression d’être dans un film, mais c’est bien réel.

Le bon virus dans les mauvaises mains représente une menace nettement plus difficile à défendre pour la sécurité nationale qu’un arsenal nucléaire.

Les bombes nucléaires permettent une sorte de duel de la « théorie des jeux » (il n’utilisera pas la sienne parce qu’il sait que j’utiliserais la mienne).

Mais sur ce nouveau champ de bataille invisible, il n’y a pas de règles. C’est le Far West, plein de bandits de grands chemins et de mercenaires.

En effet, des détails ont récemment été révélés sur une collaboration militaire entre les Etats-Unis et Israël pour la mise au point de « Stuxnet », un ver informatique qui a infiltré et détruit un cinquième de l’arsenal nucléaire iranien.

L’attaque a permis aux Etats-Unis et à Israël d’obtenir une idée générale du fonctionnement des systèmes nucléaires iraniens. Ralph Langner, expert en cyber-sécurité, a récemment qualifié ce piratage d’évènement ayant « changé la stratégie militaire mondiale au XXIe siècle. »

Pour moi, la cyber-guerre finira par être la forme de tous les conflits à venir. Il est peu probable qu’un conflit militaire au sens physique éclate entre deux superpuissances à l’avenir –au lieu de cela, les batailles se dérouleront dans le monde virtuel.

La mauvaise nouvelle, c’est que le monde virtuel est omniprésent. Si vous avez une carte de crédit, une adresse e-mail, un smartphone ou que vous utilisez internet, vous en faites partie.

Si la Russie souhaite mettre les Etats-Unis à terre, elle peut éteindre tous les systèmes de transaction financière. Ou le contrôle du trafic aérien. Voilà le nouveau visage du conflit mondial. Et les choses ne sont pas près de changer.

Je suis sûr que nous serons tous victimes de la cybercriminalité à un moment ou à un autre. Les seules questions sont comment, quand, et à quelle échelle.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Et même si tout cela fait très peur – je mentirais en disant le contraire – les conséquences pour nous en tant qu’investisseurs sont immenses.

Pour résumer, la cyber-sécurité est une mine d’or potentielle en termes d’investissement. Les entreprises qui parviennent à tenir tête aux criminels sont de l’or en barre. [NDLR : C’est la raison pour laquelle Ray Blanco vous a recommandé deux des plus innovantes et prometteuses d’entre elles. A découvrir dans NewTech Insider]

Le marché lui-même est immense. Selon l’institut de recherche Gartner, il est passé de 3,5 milliards de dollars en 2004 à 75 milliards de dollars en 2015… et il devrait atteindre 170 milliards de dollars d’ici 2020.

Plus la menace de cybercriminalité est grande, plus le secteur de la cyber-sécurité devient lucratif.

Et les chances pour que les entreprises qui luttent pour nous défendre voient leur valeur progresser davantage chaque jour.

Prenez par exemple Palo Alto Networks. Son cours a augmenté de 179% au cours des cinq dernières années suite à ses innovations en matière de cyber-sécurité.

Ou encore Juniper Networks, une autre entreprise de cyber-sécurité qui progresse en ce moment. Elle affiche +64% au cours des quatre dernières années.

Il est possible pour vous de gagner beaucoup d’argent grâce à tout cela.

Mots clé :

Nick O'Connor
Nick O'Connor

Laissez un commentaire