Les voitures autonomes : la course au niveau 5 est lancée !

Rédigé le 21 décembre 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

La course à la conception de la meilleure voiture autonome du monde est lancée. Les principaux constructeurs du secteur automobile, les sociétés spécialisées dans les semi-conducteurs et les géants des technologies ont injecté des milliards de dollars dans cette incroyable tendance.

Et au cours de ces dernières années, l’innovation apparue dans ce secteur a été réellement remarquable. Par exemple, cette année, au Consumer Electronics Show (CES), Hyundai a présenté une voiture totalement autonome. Hyundai a organisé des circuits pour le public. Sa voiture autonome, appelée IONIQ, vous promenait dans les environs de Las Vegas. Elle s’arrêtait aux feux rouges, mettait le clignotant avant de tourner, ne dépassait jamais la vitesse autorisée et pouvait même se garer seule !

Les voitures Tesla présentent des caractéristiques techniques qui permettent aux conducteurs d’ôter les mains du volant sur l’autoroute. Google et Ford testent leurs voitures autonomes dans des zones où il y a peu de circulation, comme à Austin (Texas) et Mountain View (Californie).

PSA (le deuxième constructeur automobile d’Europe) est l’un des plus grands acteurs internationaux, dans l’univers des voitures autonomes. L’an dernier, quatre de ses voitures autonomes ont parcouru 580 km entre Paris et Bordeaux, en France, sans conducteur au volant.

Bien sûr, selon la plupart des experts du secteur, nous devrons encore patienter avant de voir des millions de voitures autonomes sur les routes.

Mais il ne fait aucun doute que le secteur de l’automobile finira par évoluer vers des voitures totalement autonomes.

Voilà qui explique pourquoi les plus grandes sociétés du monde dépensent des sommes folles en capteurs optiques et infrarouges, systèmes GPS avancés, caméras spéciales, en développement de logiciels propriétaires, et pourquoi elles augmentent la puissance électrique des véhicules pour qu’ils puissent gérer ces nouvelles fonctionnalités.

Au cours de cette transition – des premières innovations aux voitures complètement autonomes capables de rouler sur toutes les routes – les investisseurs vont avoir de nombreuses opportunités de générer des gains exceptionnels dans ce secteur.

Niveau 5 nous voilà !

A cette heure, je suis sûr que vous avez lu de nombreux articles sur les voitures autonomes. Après tout, les médias financiers et la plupart des sites Internet dédiés à l’automobile ou aux technologies citent ce terme au moins une fois par semaine.

Mais il est important de noter qu’il existe plusieurs « niveaux », en ce qui concerne les voitures autonomes. En résumé, il y a une grande différence entre les fonctionnalités de conduite autonome de Tesla, que l’on utilise sur autoroute (niveau 2), et les voitures sans conducteur qui sillonnent les rues de New York (niveau 5).

Pour les constructeurs automobiles, le but est d’arriver au niveau 5. C’est-à-dire à la conduite autonome complète sans assistance du conducteur. Au niveau 5, les véhicules autonomes peuvent circuler sur n’importe quelle route et dans n’importe quelle condition (circulation intense, mauvais temps, longs trajets).

La plupart des experts s’accordent à dire qu’il nous faudra attendre au moins dix ans avant d’arriver à des véhicules autonomes de ce type.

Cependant, les innovations réalisées au cours des dernières années sont incroyables. Certaines sociétés atteignent déjà le niveau 4 d’autonomie, soit des véhicules capables de conduire de façon autonome dans certaines conditions.

Le LIDAR, une des clés de l’autonomie

L’une des plus grandes découvertes est le LIDAR. Le LIDAR s’appuie sur des faisceaux lumineux permettant à une voiture autonome de « voir » ce qui l’entoure. Il est unanimement considéré comme la méthode la plus efficace et la plus précise permettant de créer des images 3D.

Le LIDAR fonctionne bien, également, avec d’autres technologies disponibles sur les voitures autonomes comme les capteurs et les caméras.

voitures autonomes

Le LIDAR est une technologie très coûteuse. Il y a quelques années encore, ce système aurait coûté environ 75 000 $ (64 000 € environ) par installation. C’est difficile à croire, si l’on tient compte du fait que la plupart des voitures coûtent à ce jour moins de 40 000 $ (environ 34 000 €).

Cependant, le prix du LIDAR, tout comme celui des capteurs qui sont utilisés sur les voitures autonomes, a chuté de façon spectaculaire l’an passé. En fait, Google a annoncé en janvier qu’il allait sabrer de plus de 90% les prix de ses systèmes LIDAR. Et d’autres sociétés ont suivi, en cassant les prix pour être plus concurrentielles.

Comme pour la plupart des tendances technologiques majeures (PC, smartphones, jeux vidéo), le prix est l’un des facteurs décisifs permettant une vente de masse. Une fois que les prix baissent, les consommateurs peuvent se permettre d’acheter ces produits qui, par voie de conséquence, sont adoptés partout dans le monde, et des milliards d’appareils sont vendus.

Il en ira de même pour les voitures autonomes. Les prix des technologies clés s’écrouleront, la réglementation s’assouplira, et il y aura une énorme demande des consommateurs pour les véhicules autonomes.

En somme, la probabilité de voir des véhicules de niveau 5 sur la route augmente chaque mois. Chaque fois qu’un obstacle majeur est franchi, cela fait grimper le cours des actions des sociétés concernées, tout en créant de formidables opportunités pour les investisseurs.

Voilà qui nous amène à notre indice boursier des voitures autonomes. J’ai créé un indice des sociétés à forte capitalisation boursière grâce auxquelles, un jour, le niveau 5 pourrait devenir une réalité.

Elles détiennent une technologie extraordinaire, dépensent des fortunes en recherche et développement, et le cours de leurs actions va probablement monter en flèche à mesure que cette tendance progressera. [NDLR : Retrouvez les valeurs de l’indice Altucher des voitures autonomes dans les Dossiers de James Altucher. Pour en savoir plus, c’est ici…]

Mots clé : - - -

James Altucher
James Altucher
Editeur des Dossiers d’Altucher

Je suis entrepreneur, Business Angel et éditeur des Dossiers d’Altucher. Aux échecs, on m’a décerné le titre de Maître. Je suis l’auteur des livres Réinventez-vous, et Choose Yourself, best-seller du Wall Street Journal.

J’ai créé 20 sociétés, dont 17 ont fait faillite. Mais j’ai énormément appris en chemin. Si vous vous êtes déjà retrouvé coincé à faire un travail que vous détestiez, à vivre dans une maison au-dessus de vos moyens, à déprimer, etc. – je veux vous aider. Pourquoi ? Parce que je sais. Parce que cela m’est arrivé. Et parce que veux vous raconter comment je me suis libéré, pour que vous aussi, peut-être, vous puissiez vous libérer.

Il y a plusieurs années, j’ai pensé que j’étais au sommet de la réussite. Comme j’avais gagné énormément d’argent, je me suis acheté le plus vaste appartement de New York. Il me fallait une échelle pour atteindre mes bandes dessinées. Je prenais l’hélicoptère pour aller à Atlantic City et je jouais au casino 48 heures d’affilée, complètement ivre. Je n’avais jamais possédé autant d’argent auparavant. J’avais tout ce que j’avais imaginé pouvoir désirer. Et puis j’ai tout perdu. (C’est une longue histoire, je vous la raconterai plus tard). Il fut un temps où je perdais un million de dollars par semaine… En quelques mois à peine, mon compte en banque est passé de 15 M$ à 143 $. En plus, j’étais en plein divorce. J’ai dû vendre mon appartement. Je n’avais aucun endroit où habiter, pas de travail, et aucun ami vers qui me tourner. Je n’avais rien. J’ai sombré dans une horrible dépression. La plupart du temps, je n’arrivais pas à me secouer.

Et puis j’ai commencé à me rendre compte de quelque chose : la réussite, dans le monde d’aujourd’hui, ne survient QUE si vous vous prenez en main. Si vous vous prenez en main pour être heureux, et pour être libre. Car si vous ne vous prenez pas en main, quelqu’un d’autre s’en charge, et le résultat n’est pas plaisant. Lorsque j’ai commencé à le comprendre, peu à peu, j’ai commencé à me secouer. C’était il y a de nombreuses années, et beaucoup de choses se sont passées depuis. A présent, je fais chaque jour ce que j’adore. J’écris des livres qui signifient quelque chose pour moi et je partage mes réflexions dans Les Dossiers d’Altucher. J’arrive à interviewer des gens incroyables sur mon podcast « The James Altucher Show ». Et tout cela s’inscrit dans le cadre de ma plus belle mission : aider les autres à se prendre en main, eux aussi.

Laissez un commentaire