Virement instantané : Les banques françaises à l’heure de la modernité

Rédigé le 24 novembre 2017 par | A la une, Indices & Actions Imprimer

La banque de détail est un secteur traditionnellement très attaché à ses habitudes. Dans ce monde, « innovation » et « risque » ne sont pas des qualités, loin s’en faut. Aussi, le métier de banquier est, dans l’imaginaire collectif, principalement synonyme de frilosité et d’aversion à la nouveauté… et il faut bien admettre que le quotidien des clients des banques de détail est plus souvent émaillé d’incidents et de frais inattendus que d’agréables surprises.

Il arrive parfois qu’une lueur de changement déchire cette torpeur poussiéreuse. La multiplication des banques en ligne a apporté une diversification bienvenue dans l’offre destinée aux particuliers.

Les fintechs, très en vogue ces dernières années, apportent régulièrement des solutions innovantes pour nous assister dans la manipulation au quotidien de notre argent. Parfois utiles, parfois moins, elles restent destinées à un public averti et bien informé du cycle de vie de ces start-ups parfois éphémères.

Aujourd’hui, nous assistons (une fois n’est pas coutume) à la naissance d’une innovation portée par une institution internationale. Le premier virement européen instantané, effectué selon les préconisations de l’European Payment Council (créateur du SEPA), a eu lieu il y a quelques jours.

La différence avec les innovations des fintechs est de taille. Ce nouveau service peut potentiellement être adopté par l’ensemble des banques européennes et être proposé à tous les clients — qu’ils soient particuliers ou professionnels.

Si vous avez l’habitude de télécharger les derniers logiciels du moment sur votre smartphone, vous trouverez certainement cette innovation mineure par rapport aux services offerts par les applications mobiles de transfert d’argent.

Les millions de personnes qui ne maîtrisent pas suffisamment les nouvelles technologies (ou qui vivent même sans accès à Internet) découvriront, elles, les plaisirs de la rapidité lorsque leur banque leur proposera de tels virements.

Qu’est-ce qu’un virement instantané ?

Les caractéristiques d’un virement instantané sont définies par le SEPA Instant Credit Transfer.

Un tel virement est effectué entre deux établissements européens, peut être d’un montant jusqu’à 15 000 €, et doit être achevé au plus tard dans les 10 secondes suivant son émission (avec une tolérance à 20 secondes en cas de problème technique).

Avec cette nouvelle norme, les paiements par virement seront tout simplement aussi rapides que les paiements par carte bancaire — et ce dans toute l’Europe.

Ce type d’innovation ne peut que nous réjouir. Quelques mois après la fin du roaming des opérateurs mobiles, elle offre aux citoyens une liberté de mouvement et une capacité d’échanges commerciaux accrues.

Aujourd’hui, les virements interbancaires sont trop lents pour être utilisés par les consommateurs pour les achats du quotidien. Pour les règlements entre professionnels, les délais sont si longs que la plupart des comptabilités d’entreprises travaillent avec les récépissés plutôt que d’attendre la disponibilité effective des fonds.

La réalisation instantanée des virements interbancaires ouvrirait la voie à une nouvelle gamme de transactions sur Internet (l’achat de biens de plusieurs milliers d’euros), et à de nouvelles relations commerciales entre professionnels.

La semaine dernière, la banque espagnole CaixaBank a annoncé avoir réalisé le premier transfert instantané sur un compte domicilié dans la banque autrichienne Erste Bank.

Caixa

L’interface des virements instantanés – Crédit : CaixaBank

Suite à ce dernier test, la banque a annoncé ouvrir ce service de transferts instantanés à ses clients se rendant en agence ou se connectant à leur espace Web habituel. Bien entendu, les virements instantanés ne pourront être effectués qu’entre deux banques ayant mis en place le nouveau système.

Alors, pourrez-vous bientôt virer des milliers d’euros depuis votre compte courant en quelques secondes ?

La liste des établissements proposant les transferts instantanés à partir de fin novembre se trouve ici. En la parcourant, vous y trouverez une surreprésentation de l’Allemagne et de l’Autriche (due à la présence de nombreuses caisses d’épargnes et de banques locales), des grands noms de la banque comme ING et Santander… et noterez l’absence criante des enseignes françaises.

La banque française rate le train de l’innovation

Aucune date n’est encore annoncée dans les grands réseaux tricolores ; l’absence de communication officielle renforce encore un peu plus le sentiment que l’amélioration des services n’est pas la priorité de nos banques.

Alors que la plupart des néo-banques (N26, Compte Nickel) vantent la réactualisation en quasi temps réel des comptes bancaires et que le bien connu PayPal permet depuis des années de virer des montants importants à l’autre bout de la planète en quelques secondes, nos banques font l’impasse sur un service pourtant plébiscité par les consommateurs.

Sans tomber dans la critique facile du métier de banquier (qui, rappelons-le, vire au cauchemar en période de taux négatifs), force est de constater que la stratégie de croissance des banques ne passe pas par la fourniture de nouveaux services.

Plutôt que d’offrir aux clients des virements internationaux effectués en 10 secondes, il semble plus rentable de continuer à traiter les virements interbancaires en plusieurs jours ouvrés tout en facturant fort cher les virements urgents (traités dans la journée dans le meilleur des cas).

Pour les clients français, il faudra donc s’armer de patience avant de voir ce nouveau service proposé sur l’ensemble des comptes.

Quelles conséquences pour vos opérations de banque, et vos investissements ?

Lecteur de la Quotidienne, vous n’aurez aucune difficulté à vous tourner vers les offres alternatives pour vos transferts urgents.

Si les solutions comme Western Union sont peu recommandées vu leur faible niveau de sécurité et l’absence totale de garantie, vous pouvez sans risque vous tourner vers Paypal pour vos transferts de fonds dans toute l’Europe (et même hors de nos frontières).

Le leader du paiement en ligne bénéficie d’une notoriété et d’une ancienneté suffisantes pour en faire un tiers de confiance reconnu. Vous aurez simplement à vous acquitter de frais non négligeables (jusqu’à 2,5% du montant dans le cas d’achats en ligne, souvent pris en charge par le commerçant) qui peuvent être un frein à son acceptation.

Si vous êtes actionnaire des banques classiques, ne négligez pas cet énième signe de la perte de vitesse de ces sociétés.

L’arrivée des banques en ligne aux tarifs réduits voire gratuits a rendu la facturation de frais bancaires difficilement acceptables pour les consommateurs.

La baisse des taux rend l’activité de crédit de moins en moins rentable.

Les nouvelles banques (N26, Compte Nickel et désormais Orange Bank) désacralisent le métier de banquier et finiront par avoir raison de la fidélité des plus indéfectibles clients.

La perte de compétitivité de l’activité de détail n’arrange pas les affaires de ces entreprises déjà surexposées aux dettes d’Etats dans le cadre de leurs activités de marché.

Etre actionnaire des banques françaises n’a décidément jamais été aussi risqué. [NDLR : quelle est votre couverture en cas de crise bancaire européenne ? Prenez vos précautions : voici les six mesures d’urgence que vous devriez mettre en place dès maintenant.]

Mots clé : - - -

Etienne Henri
Etienne Henri
Il sélectionne les dossiers d’investissement en financement participatif du service Profits Réels.

Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.

Laissez un commentaire