L’Union européenne réfléchit au gel de vos comptes bancaires

Rédigé le 22 août 2017 par | Macro éco et perspectives Imprimer

L’Union européenne étudierait la possibilité d’un gel des comptes bancaires en cas de crise financière ou boursière. C’est ce qu’a révélé un article de Reuters fin juillet*.

Très concrètement, cela permettrait aux États de bloquer pendant quelques jours les retraits bancaires et les virements afin d’éviter le phénomène de « bank run« , à savoir des retraits massifs d’argent des comptes. Ces dernières années, plusieurs pays européens ont subi ces bank run, de la Grèce à Chypre en passant, dans une moindre mesure, par le Portugal, l’Irlande, l’Italie ou l’Espagne.

Le phénomène est logique : quand les banques sont en difficultés, les épargnants ne leur font plus confiance pour conserver leurs économies. Ils préfèrent donc généralement récupérer leurs billes. Évidemment un tel retrait aggrave encore les difficultés financières des banques concernées – ce qui soutient le bank run.

Ce genre de panique bancaire est évidemment un problème – que les États aimeraient contrôler. Le Conseil de l’Union européenne étudie donc la possibilité de bloquer les retraits bancaires pendant une période de cinq jours ouvrés, pouvant être prolongée jusqu’à 20 jours en cas de crise d’ampleur exceptionnelle.

Hum… Imaginez-vous pouvoir vous passer d’argent pendant 20 jours ? Le projet étudié par le Conseil de l’Union européenne prévoit, certes, l’autorisation du retrait d’une somme minimale pour assurer les dépenses de base, mais aucun de nous n’a envie de connaître l’expérience grecque d’heures de file d’attente pour récupérer quelques euros.

Que nous apprend ce projet européen ?

Premièrement que les responsables européens sont parfaitement conscients qu’une nouvelle crise bancaire et financière est possible. La situation de la Grèce reste tangente, celle de l’Italie aussi.

Ensuite, que le contrôle des dépôts bancaires et de l’épargne poursuit son chemin. Comme l’expliquait Simone Wapler dans La Chronique, ce projet européen est dans la droite lignée de la loi Sapin II :

Déjà, à l’échelon français, la loi Sapin II, qui prévoit le gel possible des contrats d’assurance-vie, permettait de couvrir le risque d’une crise de la dette publique. Cette nouvelle loi en projet à l’échelle européenne, en prévoyant le gel des comptes bancaires, permet de couvrir le risque d’une crise de la dette privée.

La loi Sapin 2, adoptée en décembre 2016, prévoit que le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) puisse suspendre, retarder ou limiter les retraits de fonds ou les versements sur votre assurance-vie, pendant une période de six mois maximum en cas de « risques représentant une menace grave et caractérisée » pour « la stabilité du système financier ».

Si le projet européen est adopté, vos comptes dépôt pourront subir le même sort que votre assurance-vie.

Enfin, la loi Sapin II tout comme ce projet européen de gel des comptes bancaires sont à comprendre dans l’harmonisation des règles prévalant dans l’Union européenne en cas de crise bancaire. Une banque en situation de faillite peut ponctionner les comptes de ses clients – c’est ce que l’on appelle le « bail in« .

Sur le papier, seuls les comptes de plus de 100 000 euros peuvent être mis à contribution. Dans la réalité, en cas de difficulté de plusieurs grandes banques dites systémiques, le Fonds de garantie des dépôts et de résolution ne pourra pas garantir tous les dépôts, ne serait-ce que parce qu’il ne dispose que d’un peu plus de trois milliards d’euros de fonds – contre plus de 1 800 milliards de dépôts en France à fin 2016.

Cette règle des 100 000 euros risque donc de sauter en cas de grosse crise.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

L’article de Reuters ne fait que confirmer ce que nos rédacteurs vous répètent depuis des années : face à la montée des risques financiers et bancaires, la sécurité de votre épargne et de vos dépôts est menacée. Cela peut paraître un poil dramatique mais l’instauration du bail-in, la loi Sapin II et ce nouveau projet démontrent la réalité du risque.

Certains pourront opposer qu’un gel des dépôts bancaires est un garde-fou pour empêcher l’embrasement d’une crise bancaire via le bank run.

Certes, mais l’expérience grecque, italienne, chypriote, etc. démontre aussi que la fuite des dépôts et des liquidités se fait bien en amont du pic de la crise. Le gel des comptes bancaires ne concernerait donc que les déposants les moins informés, ceux qui n’ont pas les moyens de multiplier les comptes bancaires ou de se lancer dans la débancarisation. Vous pensez bien que les gros déposants d’une banque en difficulté savent anticiper ce genre de gel.

Reste à savoir si, vous, vous saurez l’anticiper.

Quelles solutions pour protéger en moins en partie votre épargne et vos dépôts ?

Si vous suivez les conseils de Simone depuis quelque temps déjà, je ne vais rien vous apprendre.

Pour les autres, la solution passe par la diversification de vos comptes et épargnes entre plusieurs établissements (ce qui vaut surtout si la règle des 100 000 euros tient) mais aussi par une débancarisation partielle de vos dépôts.

Pour cela, plusieurs voies : l’achat d’actifs tangibles (dont les métaux précieux, mais aussi de l’immobilier, de l’art, de la forêt) ou l’utilisation de moyens de paiement comme PayPal ou les cryptomonnaies qui échapperont au gel des comptes bancaires.

Enfin, Simone vous conseille de modifier vos contrats d’assurance-vie pour les adapter à ces nouvelles lois… et au risque financier. [NDLR : Débancarisation, actifs tangibles, assurance-vie… ne vous laissez pas prendre de vitesse par la prochaine crise bancaire et retrouvez dès maintenant tous les conseils de Simone Wapler pour protéger épargne et dépôts dans sa Stratégie. Pour en savoir plus… ]

 

*Reuters

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire