Tesla : attention danger ?

Rédigé le 29 avril 2016 par | Nouvelles technologies Imprimer

Tesla Motors, le fabricant de voitures électriques qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, a une armée de fans et de suiveurs – et une poignée seulement de critiques.

Depuis des années, les admirateurs de Tesla se sont extasiés sur les performances et l’avancée technologique de la berline Model S. Il est vrai que c’est un beau symbole pour ceux qui se cherchent une bonne conscience écologique.

Et depuis des années, les critiques ont, pour leur part, mis en avant que les crédits carbone et les subventions et incitations fiscales accordées aux acheteurs (par ailleurs très aisés financièrement) du Model S sont venus gonfler artificiellement les résultats de la compagnie.

Les sceptiques ont aussi averti que les batteries de voitures, de même que les batteries de PC portables, ne sont plus capables de tenir la charge après quelques années d’utilisation. La valeur résiduelle des anciennes berlines Model S, que Tesla a garanti avec un programme spécifique de reprise, ne sera pas celle escomptée.

Eh bien, vous pouvez nous compter parmi ces critiques… C’est la raison pour laquelle je vous ai proposé de parier contre Tesla dans Trades Confidentiels.

Tesla forme l’une des plus grandes bulles sur actions actuellement. Même une petite secousse suffirait à la faire éclater.

Tesla peut-il vraiment conquérir le grand-public avec le Model 3 ?

Les fans de Tesla rêvent d’un avenir radieux après le Model S et le Model X. Le marché pour ces deux modèles haut de gamme est limité aux écologistes très riches, une petite niche elle-même dans la niche du marché automobile écologique mondial. Mais cette petite catégorie d’acheteurs ne peut pas peser sur la capitalisation de 33 milliards de dollars de Tesla. Pour justifier ses 33 milliards de dollars de capitalisation, Tesla doit pénétrer le marché de masse. Et doit même être capable de dégager de confortables marges sur un modèle produit en série.

C’est un défi de taille… car Tesla n’a pour l’instant même pas montré ses capacités à dégager des profits dans la niche du marché électrique de luxe. Et les exemples de grandes compagnies bien établies comme Ford ou General Motors ont montré qu’il était bien plus délicat de réaliser des marges décentes sur des berlines milieu de gamme que sur des berlines ou des camions de luxe.

Or, sur les berlines milieu de gamme, la concurrence est féroce, l’intensité capitalistique est élevée, la durée de vie des modèles est courte et le pouvoir d’imposer des prix élevés est faible. Néanmoins, malgré la dure réalité du marché automobile, les fans de Tesla pensent que la Model 3, qui vaut 35 000 $, va trouver et créer son marché.

Tesla a dévoilé le Model 3 il y a quelques semaines. Vous seriez certainement enchanté de faire partie des 325 000 personnes qui ont versé un acompte (remboursable) de 1 000 $ pour le Model 3. Les premières livraisons sont attendues en 2017…

Tesla Model 3
Tesla Model 3
Source : Tesla.com

C’est là où les fans de Tesla ignorent complètement la loi du monde réel et entrent dans le monde du rêve…

En prenant en compte les antécédents de Tesla et ses capacités financières limitées, la production du Model 3 va très certainement prendre un retard d’au moins un an. Entre temps, alors que les premières livraisons promises pour fin 2017 seront repoussées, les acheteurs du Model 3 vont probablement demander le remboursement de leur acompte et acheter une autre voiture électrique compétitive, comme la Chevy Bolt qui sera disponible chez les revendeurs d’ici fin 2016.

Chevy Bold - Tesla
Chevy Bolt
Source : chevrolet.com

La Bolt est un véhicule de General Motors coûtant 37 500 $. Ce sera la première voiture tout électrique disponible sur le marché de masse. La Bolt rejoint une longue liste de modèles qui entrent en compétition pour s’arroger une part du marché automobile électrique. General Motors possède l’expérience industrielle pour atteindre les objectifs de production et l’expertise marketing pour assurer un lancement à succès de la Bolt.

Les discutables méthodes de vente de Tesla

Tesla, d’un autre côté, a eu recours d’une manière trop agressive au leasing pour booster les volumes de vente.

Tout cela est décrit dans le dernier rapport financier 2015 transmis à la SEC dans lequel Tesla dévoile sa lente transformation de fabricant industriel en une entreprise financière de leasing. Elle a donné d’énormes garanties sur la valeur résiduelle des berlines Model S usagées sans pour autant avoir constitué les réserves financières pour y faire face.

L’aspect le plus préoccupant se trouve en page 54 du rapport. Si cela vous intéresse, vous pouvez jeter un oeil au tableau intitulé « Activity related to our resale value guarantee program » (les engagements liés à notre programme de garantie de revente des véhicules usagés). Le graphe ci-dessous résume à lui seul la transformation de Tesla en compagnie financière de leasing (crédit-bail).

Tesla

A noter la hausse stratosphérique (de presque rien en mars 2013 à quatre milliards de dollars aujourd’hui) des trois comptes mentionnés dans le bilan.

La période prise en compte pour ces changements dans la structure du bilan est de seulement deux ans (de décembre 2013 à décembre 2015) et cela confirme notre analyse que Tesla s’est transformée en une entreprise financière avec une composante d’assurances.

Les engagements de type assurance sont ceux qui sont faits sur la valeur résiduelle des véhicules Model S âgés de trois à quatre ans. C’est comme si Tesla avait vendu des options puts aux acheteurs de Model S. Le vendeur d’une option put a l’obligation d’acheter auprès du détenteur de l’option un actif à un prix d’exercice déterminé. Dans ce cas, le prix d’exercice est la « valeur résiduelle garantie ». Tesla sera dans une très mauvaise situation financière si la valeur de marché des véhicules Model S usagés est en-deçà de cette valeur résiduelle garantie.

Même pire : tout ce que Tesla obtient en échange de cet engagement important est l’argent de la vente initiale du véhicule ! Elle ne reçoit aucun versement ou aucune prime particulière due au coût et au risque qui pèsent sur cette valeur résiduelle garantie !

Cela soulève la question : si l’on pense que le Model S va conserver sa valeur, alors pourquoi est-il nécessaire d’offrir de telles garanties ? Et pourquoi Tesla utilise-t-elle autant le leasing alors que l’histoire de ce mode de financement a montré que la valeur résiduelle des véhicules tombait souvent en-dessous des estimations ?

Ce sont des questions que les actionnaires de Tesla devraient se poser dès maintenant… mais qu’ils vont probablement se poser lorsque le prix de l’action sera bien plus bas. La valeur de ces engagements dans le bilan pourrait changer drastiquement. Une provision pour pertes liée à ces leasings ou une augmentation des engagements financiers pour les valeurs résiduelles pourraient au final mettre Tesla en situation financière très délicate.

D’inquiétantes performances financières

Parallèlement à cela, les performances financières de Tesla restent pour l’instant profondément dans le rouge : en 2015, la compagnie a perdu 888 millions de dollars sur ses quatre milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Donc quantitativement, les résultats de Tesla sont très négatifs. Mais ils sont désastreux qualitativement également. Le graphe ci-dessous décrit l’évolution de l’indice StarMine Earnings Quality (EQ) pour Tesla. StarMine utilise des modèles informatiques pour analyser les publications financières des entreprises. L’indicateur EQ s’est révélé être fiable pour prédire la capacité d’une entreprise à maintenir des revenus élevés au cours des prochains trimestres qui suivent sa publication.

Une valeur faible de cet indicateur est un signe baissier, et l’EQ de Tesla est de quatre actuellement, presque au plus bas sur une échelle de un à 100. De plus, l’EQ de TSLA a littéralement plongé au cours des deux dernières années (voir la courbe bleue) alors même que l’action TSLA (la courbe orange) restait à des sommets :

Tesla -TSLA

Les cellules rouges du tableau montrent les composantes utilisées dans la détermination de l’indice StarMine. Ce sont des indicateurs avancés de futures mauvaises nouvelles dans les publications financières. Elles sont toutes dans la zone rouge.

Et voici pourquoi, je parie sur une baisse de Tesla sur le long terme. Un pari à retrouver dans Trades Confidentiels

Gaël Deballe, analyste pour Trades Confidentiels

Mots clé : - -

Laissez un commentaire