Six raisons implacables nous hurlent "Attention danger"

Rédigé le 24 juin 2011 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Depuis le 1er avril dernier, vous m’entendez répéter dans l’Edito que le temps va se gâter. Qu’il faut vous préparer contre les secousses boursières.

Depuis trois mois et demi, je vous recommande de prendre des bénéfices, de dégager du cash, de vous positionner sur l’or physique et de mettre en place des “couvertures” pour neutraliser vos pertes en cas de retournement des marchés.

Les marchés se sont retournés depuis maintenant plus d’un mois et demi. Et j’espère sincèrement avoir pu vous aider à anticiper et à protéger votre portefeuille.

Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Ma collègue Simone Wapler vient de publier un rapport spécial couverture qui propose deux solutions pour neutraliser le risque de baisse des marchés, et ses conséquences sur votre portefeuille. Je l’ai lu. Et sincèrement, si le sujet vous intéresse, je vous le recommande.

Mais là n’est pas la question aujourd’hui. Promis, je fais court. Mais lisez, c’est important. Car à mon avis, depuis mars 2009, le risque n’a jamais été aussi élevé pour les marchés. Pour 6 raisons bien précises. Les voici :

1. La Chine nous envoie des signaux angoissants

Tous les chiffres macro nous le confirment : l’activité y ralentit. Les premières failles dans la bulle immobilière apparaissent. Et les bilans des banques sont truffés de créances plus que douteuses.

Un indicateur avancé ne trompe pas : le taux interbancaire de Shanghai s’envole et la liquidité s’assèche. Je traduis : les banques chinoises qui se prêtent habituellement de l’argent à court terme entre elles, arrêtent de le faire ; parce qu’elles perdent confiance. Le doute monte sur le risque de solvabilité des banques chinoises. C’est flagrant.

2. Indicateur avancé rouge sang sur l’obligataire

Comme en 2007, le marché obligateur nous envoie un signal avancé : les “junk bonds” (obligations risquées) décrochent, et leur rendement s’envole.

Je traduis : l’aversion au risque revient au pas de charge. Les capitaux commencent à abandonner les placements à risque et fort rendement pour se mettre sur les valeurs refuge (l’or, le dollar, le franc suisse entre autres).

Et le décrochage des commos nous crient le même message que les junk bonds.

3. La Fed prend le risque d’un retour au chaos

La première passe de QE 1 entre mars 2009 et mars 2010 s’était élevée à 1 750 milliards de dollars. Après son arrêt, l’économie et les marchés boursiers sont redevenus fébriles, se sont mis à tanguer et à piquer à nouveau du nez. Si bien que la Fed a été contrainte à en remettre une couche.

La deuxième passe de QE2, à l’oeuvre depuis novembre 2010, a conduit la Fed à racheter pour 600 milliards de dollars d’obligations pour financer son pays, exsangue.

Ce soutien disparaîtra le 30 juin. Comme il avait disparu en mars 2010.

Voilà pourquoi je m’attends à ce que l’économie US, encore bien trop fragile, s’affaiblisse à nouveau, et par ricochet les marchés “en manque”.

4. Le S&P500 : une divergence mortelle est en train de se dessiner

Regardez le graphique ci-dessous de l’indice phare US. Nous jouons avec un seuil critique : pile sur le support des 1 250 points déjà testé avec le tsunami.

[cfsp key=”cfsp-2264-005117″]

A ce stade, deux solutions : soit il y a rebond technique sur le support clé des 1 250 points. Ou c’est la cassure, et là on part plein sud.

A priori, les marchés ont pour l’instant choisi le rebond technique. Mais cela pourrait n’être que temporaire… Car regardez ce qui se dessine sur le graphique très long terme

[cfsp key=”cfsp-2264-043376″]

Une divergence mortelle est en train de se dessiner sur le SP500.

Une divergence annonce un retournement de marché. Et une divergence comme ça, nous n’en avons vu que deux fois en 10 ans.

– La première a précédé le krach Internet.

– La seconde a précédé le krach de 2008.

La revoilà… Je vous recommande de la prendre au sérieux.

5. Le dollar index est en train de repartir à la hausse… pas bon ça

Il s’agit de l’évolution du dollar contre un panier de monnaies clé (euro, sterling, yen, dollar canadien…).

Le graphique est clair. Après une chute vertigineuse, le dollar qui a touché le fond du gouffre remonte.

Ce dollar manipulé et déprécié par la Fed à coup de création monétaire ; ce dollar qui reflète un endettement US abyssal et un budget qui d’ici le 2 août est susceptible de mettre en faillite les Etats-Unis… ce dollar remonte ! Envers et contre tout.

C’est dire le désarroi des investisseurs qui rapatrient leurs capitaux pour se recroqueviller sur le dollar malgré tout.

Cette remontée entamée en mai nous montre que le marché est en train de devenir réfractaires au risque. C’est un très mauvais présage pour les actions et les commos. Les capitaux quittent les marchés pour trouver refuge dans le dollar… même moribond.

6. Les risques sur l’euro et la Grèce atteignent un pic

Il va falloir payer à nouveau. Une bonne centaine de milliards d’euros encore. Et ce ne sera certainement pas la dernière fois.

Je reste convaincue que l’Italie et l’Espagne vont connaître de gros problèmes de financement. Tout comme la France d’ici quelques mois… Mais tout ça, vous le savez déjà.

Alors voilà. Voilà pourquoi depuis trois mois je vous recommande de prendre des mesures pour protéger votre portefeuille. Car mieux vaut les avoir mis en place pour rien, que de les avoir ignorées et de se trouver pris au piège.

Car comme le dit Simone : Personne ne s’est jamais tordu les mains de désespoir pour avoir pris trop de précautions” !

Surtout, restez à l’écoute.

Isabelle Mouilleseaux

Partagez cet article

Mots clé : - - - -

2 commentaires pour “Six raisons implacables nous hurlent "Attention danger"”

  1. […] EditoMatieresPremiere Articles liés:GEAB N°55 est disponible ! Crise systémique globale – Confirmation Alerte […]

  2. […] http://edito-matieres-premieres.fr/six-raisons-implacables-nous-hurlent-attention-danger/ […]

Laissez un commentaire