Une réalité virtuelle de plus en plus réelle

Rédigé le 7 mai 2015 par | Nouvelles technologies Imprimer

Cher lecteur,

Comme Sigismond, personnage principal de la pièce de Calderón, La Vie est un songe, êtes-vous prêt à abandonner vos certitudes sur ce qu’est le réel ? Sur la réalité qui vous entoure ? A vous laisser entraîner dans un monde qui n’est ni complètement réel, ni complètement virtuel ?

Abattre les frontières entre réel et virtuel, c’est en tout cas ce que vous proposent des entreprises comme Google, HTC, Sony ou encore Facebook.

A coups de millions de dollars, ils sont en effet en train de construire une nouvelle réalité, intégrant le virtuel. Une réalité peut-être en partie virtuelle mais dont les perspectives de croissance sont bel et bien réelles.

Selon une étude du cabinet Digi Capital, le marché de la réalité virtuelle représentera 30 milliards de dollars en 2020, mais celui de la réalité augmentée 120 milliards – et ce contre quelques centaines de millions de dollars actuellement.

150 milliards de dollars en tout donc… De quoi me donner envie de m’intéresser à ces nouvelles réalités, qu’elles soient virtuelles ou augmentées.

Mais au fait, quelle est la différence entre réalité virtuelle et augmentée ? La réalité virtuelle, certains attribuent la paternité de l’expression au poète-écrivain-acteur français Antonin Artaud dans les années 30, vous en avez déjà peut-être fait l’expérience.

La réalité virtuelle est une simulation sensorielle, principalement visuelle et souvent en 3D, d’un environnement plus ou moins imaginaire. A cette simulation visuelle peuvent s’adjoindre d’autres simulations (tactiles, sonores…) qui permettent de plonger un peu plus l’utilisateur dans ce monde créé de toutes pièces.

Grâce à la réalité virtuelle, j’ai ainsi pu, au cours de mon récent séjour à Rome, me déplacer et visiter une cité étrusque reconstituée virtuellement.

La réalité augmentée promet quant à elle d’intégrer des objets virtuels à votre "réel". Pour vous donner une idée de ce que cela pourrait donner voici une vidéo très impressionnante proposée par la société Magic Leap : https://www.youtube.com/watch?v=kPMHcanq0xM

Impressionnant, n’est-ce pas ? Assez dérangeant aussi, je dois avouer…

La réalité virtuelle et ses utilisations bien réelles
La réalité virtuelle s’est progressivement faite une place dans différents secteurs, via des applications de simulations professionnelles à destination de l’aéronautique, de l’automobile et autres transports en général, de la santé et de la médecine, de l’architecture et de l’urbanisme. Elles permettent de simuler, prévoir, anticiper mais aussi former et entraîner…

Aujourd’hui, la réalité virtuelle veut conquérir un marché plus large : vous, moi…

Premier domaine grand-public qui devrait faire décoller la réalité virtuelle : les jeux. Après des années de promesses constamment reportées et de tâtonnement, le marché des jeux semble enfin prêt à accueillir la réalité virtuelle.

Selon le cabinet KZero, cité par l’Usine Nouvelle, 200 000 joueurs à travers le monde se sont déjà laissé convaincre par les casques de réalité virtuelle. C’est peu, mais la marge de progression est énorme puisqu’en 2018, ce sont 56,8 millions de "gamers" qui devraient goûter aux charmes du virtuel. Et ce pour un marché estimé à cette date à 5,2 milliards de dollars.

Autre domaine dans lequel le virtuel devrait rapidement se faire une place, votre smartphone. Et là, il deviendra vite difficile d’y échapper. Regarder un film en 3D ou vous immergez complètement dans votre jeu, organiser des rencontres et des réunions dématérialisées… toutes ces fonctionnalités sont en train d’être pensées pour être adjointes, dans les mois qui viennent. Et alors que les smartphones sont de plus en plus puissants, l’intégration de la réalité virtuelle n’est plus un simple rêve.

A plus long terme, on peut décliner à l’envi, les utilisations et les applications possibles, aussi bien destinées aux professionnels qu’au grand-public, de ces casques de réalité virtuelle : diriger des robots, participer virtuellement à de grands événements sportifs (assister à un match du Torino depuis le banc de touche, cela vous tente ?)…

Le marché est donc potentiellement (virtuellement ?) gigantesque. Selon Business Insider, ce sont environ 26,5 millions de casques virtuels qui devraient être vendus en 2020. C’est ce qui explique que de grands noms des nouvelles technologies investissent massivement dans le secteur.

En mars 2014, Facebook a ainsi déboursé 2 milliards de dollars pour mettre la main sur une petite société spécialisée dans la réalité virtuelle, Oculus Rift. L’entreprise propose des casques de réalité virtuelle, aussi bien destinés à des développeurs qu’à des amateurs de jeux vidéo. Oculus Rift devrait ainsi sortir son nouveau dispositif, un des meilleurs casques de réalité virtuelle selon ceux qui ont pu tester les prototypes, au premier trimestre 2016.

Oculus

Le réseau social serait en train de travailler pour ajouter des fonctionnalités en réalité virtuelle sur son portail. Réunions professionnelles ou entre amis se feront peut-être bientôt en réal-virtualité.

Sony travaille quant à lui au projet Morpheus (oui, je sais, ils ont choisi le prénom d’un des personnages des films Matrix, très original…), un casque de réalité virtuelle destiné à accompagner la célèbre console de jeu de la marque japonaise, la PlayStation.

HTC et Samsung, auxquels le potentiel de l’alliance applications mobiles-réalité virtuelle n’a pas échappé, travaillent chacun sur des casques fonctionnant de paire avec leurs smartphones.

Quant à Google, il propose un produit très original. Alors que la plupart des casques de ses concurrents vont être commercialisés plusieurs centaines de dollars, Google a mis au point le CardBoard, un casque en carton, à monter vous-même. Et cela donne çà :

CardBoard

Mais ce qui excite le plus les marchés, c’est la réalité augmentée… et je vous en parle très vite !

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’EPHE et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’INTD. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Laissez un commentaire