Sept questions sur le système monétaire en place depuis le 30 septembre

Rédigé le 5 octobre 2016 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Le 30 septembre 2016 a marqué un tournant décisif, dans la saga du système monétaire international. Une nouvelle version des Droits de tirage spéciaux (DTS), du Fonds monétaire international, a vu le jour. Elle intègre le yuan.

Il est important de comprendre les tenants et les aboutissants de cette évolution… et de ne pas se contenter des bribes d’informations contenues dans les gros titres ou les communiqués. Si vous avez lu ce que j’ai écrit à propos du 30 septembre, et notamment le Dossier Spécial que j’y ai consacré, je vous invite à lire l’intégralité de cette analyse.

Mon hypothèse est simple : le système monétaire international va s’effondrer, ce qui implique une perte de confiance vis-à-vis de la monnaie-papier. C’est ce que je voulais dire lorsque j’ai intitulé mon deuxième livre The Death of Money [NDLR : La Mort de l’Argent].

Ce type d’effondrement s’est produit à trois reprises au cours des 100 dernières années : en 1914, 1939 et 1971. Chaque fois, le système a été remplacé et remis à plat lors de conférences au cours desquelles les dirigeants des puissances mondiales ont réécrit ce que l’on appelle « les règles du jeu ».

Mon hypothèse, c’est que ce sera le Fonds monétaire international qui montrera la voie.

J’aime bien l’expliquer de la façon suivante…

En 1998, lorsque Long-Term Capital Management s’est effondré, Wall Street a sauvé ce hedge fund.

En 2008, lorsque le système financier s’est effondré, les banques centrales et les Etats ont sauvé Wall Street.

A présent, lorsque les banques centrales et les Etats s’effondreront, qui les sauvera ? Et avec quoi ?

Réponse : le Fonds monétaire international… et les DTS.

J’ai regroupé les sept questions que vous m’avez posées le plus fréquemment, concernant le 30 septembre 2016. Si vous avez besoin de plus de précisions, j’ai rédigé un Dossier spécial, intitulé Les Trois scénarios possibles à la mort du dollar pour vous expliquer comment le dollar va perdre sa place de réserve internationale et de monnaie d’échange. Je vous l’offre ici.

1. Le 30 septembre 2016 marque-t-il la « fin » du dollar et son remplacement ?

Le 30 septembre 2016 marque la date à laquelle le FMI intègre officiellement le yuan au panier de devises composant les droits de tirage spéciaux (DTS). Les conséquences à long terme sont énormes, pour le dollar.

L’effondrement du dollar n’est et ne sera évidemment pas immédiat. C’est un événement dont les conséquences se situent à long terme mais, en soi, il ne va pas faire de vagues. Car tout le problème est là : « le dollar finira, sur un murmure, pas sur un BOUM » (j’emprunte ces mots à T.S Eliot).

Au siècle dernier, le dollar a remplacé la livre sterling en tant que principale devise mondiale.

Mais cela s’est fait progressivement, entre 1914 et 1944. Cela ne s’est pas produit du jour au lendemain, pas plus que les DTS ne vont remplacer le dollar du jour au lendemain.

La date du 30 septembre 2016 a tout de même marqué un tournant considérable. Voyez-vous, les membres du club sélect des DTS ont changé une seule fois en 30 ans. Les « Big 4 » (les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et l’Europe) ont régné sur les DTS depuis que le FMI a abandonné le DTS-or, en 1973. Voilà pourquoi l’intégration du yuan chinois constitue un événement historique.

2. Faut-il fuir tous les investissements en dollar, actions et autres et acheter de l’or ?

Inutile de fuir le dollar et de paniquer.

Mais oui, je crois que vous devez détenir de l’or, et je pense que son cours finira par atteindre les 10 000 dollars l’once. J’explique très précisément pourquoi dans mon dernier livre, Le Nouveau Plaidoyer pour l’Or. Cependant je ne vous recommande pas d’allouer plus de 10% de vos actifs disponibles à l’or ou à tout autre actif, d’ailleurs.

Je recommande un portefeuille diversifié contenant de l’or, des oeuvres d’art, des terrains, du foncier, des liquidités, des obligations, des actions soigneusement sélectionnées et certaines autres stratégies telles que les hedges funds global macro peuvent mettre en place et que nous apprenons à répliquer dans Intelligence Stratégique. Il faut être vif, dans le contexte macroéconomique actuel plutôt imprévisible.

3. Que voulez-vous dire, lorsque vous dites que la « nouvelle monnaie mondiale » est arrivée le 30 septembre 2016 ? Les DTS existent depuis 1969…

C’est vrai, les DTS ont été inventés en 1969. Et on en a émis une certaine quantité au cours des années 1970. D’ailleurs, le FMI a émis des DTS à trois reprises, depuis leur création il y a plus de 40 ans, à chaque fois, ce fut en relation avec une crise de confiance à l’égard du dollar américain…

En 1969, les Français, entre autres, ont reconnu que les Etats-Unis imprimaient trop de dollars. A l’époque, les étrangers pouvaient encore échanger leurs dollars contre de l’or, et il y a eu une ruée sur Fort Knox. Le FMI a créé les DTS pour apaiser la tempête. Il a émis 9,3 milliards de DTS au cours de l’année 1972.

En 1979, aux Etats-Unis, l’inflation s’est emballée au-delà des 14%. Les pays producteurs de pétrole ont craint que la valeur de leurs réserves en dollars ne s’effondre. Le FMI a émis 12,1 milliards de DTS tout au long de l’année 1981.

En 2009, en réaction à la crise de 2008, le FMI a émis 182,7 milliards de DTS au cours des mois d’août et de septembre, et pour la première fois en près de 30 ans. C’était en réaction à une crise mondiale des liquidités, et dans un contexte où les banques centrales ne semblaient pas capables d’agir assez rapidement. Le FMI a donc agi.

La crise de 2008 a tout changé. Les banques centrales du monde entier ont élargi leurs bilans de façon colossale afin de lutter contre la crise. Le bilan de la Fed a bondi de 800 milliards de dollars à environ 4 000 milliards de dollars actuellement. Les banques centrales ne pourront pas réagir de la même façon lorsque la prochaine crise surviendra, ce qui ne devrait pas tarder, à mon avis. Elles n’ont plus de munitions.

La seule institution financière disposant d’un bilan suffisamment sain pour réagir en cas de crise, c’est le FMI. Le FMI agit comme la « banque centrale du monde ». Il devra émettre d’énormes volumes de DTS afin de soutenir le système monétaire international. Par conséquent, cela marquera la fin du dollar en tant que principale monnaie de réserve mondiale. Voilà pourquoi les événements actuels représentent un changement si spectaculaire, par rapport au passé.

4. Vous attendez-vous à d’importants mouvements de marché, à partir du 30 septembre 2016 ?

Comme je l’ai dit, ce jour marque la fin de l’ère du Dollar-Roi. Nous risquons d’assister à un regain de volatilité. L’économie américaine est au bord de la récession. Nous avons une année entière (soit quatre trimestres successifs) avec une croissance d’environ 1,2% et, une fois certaines corrections effectuées, ce chiffre pourrait être en réalité inférieur. La croissance n’est pas seulement faible, elle est extraordinairement faible et dangereusement proche de la récession.

Les échanges commerciaux internationaux ont chuté de façon spectaculaire. Les actions sont en territoire de bulle et la volatilité se manifeste à nouveau. Vous ne savez jamais quel événement va provoquer un krach, mais cela pourrait se produire à tout moment, littéralement.

Ce que je veux dire, c’est que cela pourrait se produire demain… ou dans six mois. La véritable question est la suivante : qu’attendez-vous ? Personne ne peut prédire le timing de ce genre de chose… mais lorsque le détonateur explose, il est trop tard.

5. Est-ce que les futurs DTS auront un impact positif sur le cours de l’or ?

Les DTS sont inflationnistes. Si vous inondez le marché de DTS, l’or flambera de façon spectaculaire, pour atteindre probablement les 10 000 dollars.

Est-ce que cela va se produire demain ? Là encore, probablement que non. Mais la tendance est en place. Qu’attendez-vous ? Il ne faut pas attendre que le dollar se déprécie de 50% (et que l’or, en parallèle explose à 5 000 dollars) pour se positionner.

6. Puis-je acheter des DTS ?

Officiellement et techniquement non, vous ne le pouvez pas. Le FMI est la seule institution en mesure d’émettre et de distribuer la monnaie mondiale. Seuls ses pays membres appartenant à l’élite du « panier » peuvent échanger librement des DTS en tant que monnaie.

Normalement, les DTS sont utilisés pour emprunter ou effectuer des remboursements via le FMI. Les banques centrales des pays membres du FMI s’en servent également pour vendre et soutenir leurs réserves de change en période de crise économique.

Bon, il est vrai qu’une version « secteur privé » des DTS sera disponible. Il s’agira des M-DTS. Le FMI a publié un document technique présentant le concept d’un marché des DTS privés. Selon le FMI, des sociétés privées pourraient émettre des obligations libellées en DTS.

Qui seront les émetteurs de ces obligations, logiquement ? Probablement des multinationales ou des organisations multilatérales, telles que l’Asian Development Bank, et peut-être de grands groupes tels qu’IBM et General Electric.

Qui achèterait ces obligations libellées en DTS ? Essentiellement des fonds souverains. La Chine sera un acheteur considérable.

Mais pour l’investisseur privé, la seule solution est de répliquer ces DTS. Nous avons élaboré, un dossier qui vous permet de protéger votre capital et d’allouer votre argent de manière à profiter des DTS. C’est « officieux », mais c’est parfaitement légal. C’est la seule façon, à ma connaissance, permettant à un particulier d’y avoir accès.

Vous pouvez le mettre en place dès maintenant. Encore une fois, tout est expliqué dans le Dossier intitulé La seule façon de « posséder » la nouvelle monnaie mondiale. Si vous voulez vous aussi en profiter, il vous est offert ici.

7. Quelle est la prochaine étape importante, concernant cette évolution de la monnaie mondiale ?

Le 7 octobre, le FMI va tenir sa réunion annuelle à Washington (DC), pour étudier des étapes supplémentaires en vue d’étendre le rôle des DTS, et afin que la Chine fasse partie intégrante du nouvel ordre monétaire mondial.

Mais un autre événement nous guette, et il a des conséquences sur l’adoption des DTS : le retour des BRICS sur la scène internationale.

« BRICS » est l’acronyme de Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud : les plus grandes économies émergentes représentant également 22% du PIB mondial. Il y a cinq ans, dans le monde monétaire international, toutes les conversations tournaient autour des BRICS. On pensait que les BRICS allaient sérieusement remettre en question l’hégémonie du dollar américain. Et puis on a beaucoup moins parlé des BRICS, comme s’ils perdaient de leur importance. Mais c’est en train de changer.

Au sommet du G20 qui s’est déroulé début septembre à Hangzhou (Chine), les BRICS ont formulé une demande très intéressante. S’ils représentent bien 22% de l’économie mondiale, ils ne disposent que de 14,89% des votes au sein du FMI.

Tout pays isolé ou groupe de pays détenant 15% des votes dispose d’un droit de veto sur les décisions les plus importantes du FMI, notamment l’émission de DTS. Un seul pays dispose actuellement de plus de 15% : les Etats-Unis. Les BRICS réclament désormais que leurs votes au FMI reflètent davantage la part qu’ils représentent au sein de l’économie mondiale, et dépassent le seuil des 15%.

Si cela se produit, alors le FMI ne pourra pas inonder le monde de DTS, lors d’une crise de liquidité, sans l’accord des BRICS. Il ne fait aucun doute que les BRICS accepteront, mais uniquement si d’autres mesures sont prises, parallèlement, afin de détruire la position privilégiée qu’occupe le dollar américain au sein des réserves et des règlements internationaux. Les BRICS sont de retour, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour le dollar.

Donc prenez bien soin de mettre en place les stratégies que nous vous donnons, dans Intelligence Stratégique, car nous faisons tout pour vous préparer au nouvel ordre monétaire qui s’amorce !

Mots clé : - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Laissez un commentaire