Faites pousser de petits organes !

Rédigé le 15 mars 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

Imaginez un peu : votre médecin prélève quelques cellules de votre corps et les utilise pour faire pousser un nouveau foie. Ou un nouveau cœur. Ou de nouveaux poumons. Dans une boîte de Pétri. Dans un laboratoire.

Ce n’est pas de la science-fiction : de nouveaux organes sont déjà créés dans des laboratoires médicaux.

Pas besoin d’attendre une greffe, aucun risque de rejet, adieu la maladie.

Culture de mini-organes

Les chercheurs utilisent des « organoïdes » – de petits morceaux d’organes humains qui germinent dans des boîtes de Pétri, en laboratoire. L’objectif : en savoir plus sur la croissance des organes, le développement ainsi que la progression des maladies, et tester des traitements sur de vrais organes humains sans mettre personne en danger.

La quantité de maladies et de pathologies chroniques que l’on peut traiter grâce aux récentes avancées en matière de bio-ingénierie est presque sans limite.

Prenez la fibrose pulmonaire idiopathique, un raidissement des tissus pulmonaires internes qui les empêche de fonctionner. « Idiopathique » signifie que personne ne peut en expliquer la cause. Et il n’y a pas de traitements curatifs.

Imaginez, si vous pouviez prendre des cellules pulmonaires touchées et leur faire remonter le temps génétique pour les transformer à nouveau en jeunes cellules, telles qu’elles étaient avant le début de la maladie ? Vous pourriez regarder cette maladie se développer pas à pas, tester diverses théories quant à sa cause puis tester des traitements potentiels sans mettre en danger un animal ou une personne en lui faisant prendre un traitement risqué ou en l’opérant.

C’est ce que les organoïdes rendent possible.

Comprendre et remplacer

A terme, les scientifiques s’attendent à pouvoir faire repousser de nouveaux organes pour les individus à partir de « graines » puis remplacer un organe usé ou endommagé par un nouveau. Il s’agit d’utiliser une banque de cellules issues de diverses parties de votre corps, voire de votre cordon ombilical.

A l’âge adulte, si un organe ne fonctionne plus ou que vous êtes atteint d’une maladie chronique, les cellules mises de côté pourraient être cultivées pour faire pousser un organe de remplacement. Inutile de chercher un donneur, ni de risquer un rejet.

Les poumons sont les premiers concernés, et pas seulement en raison de la fibrose. Les maladies pulmonaires sont l’une des quatre causes de décès les plus fréquentes au monde. Les poumons font donc partie des organes les plus souvent greffés.

Rien qu’aux États-Unis, plus de 30 000 poumons changent de propriétaire chaque année. Et il y a plus de 120 000 personnes sur les listes d’attente des transplantations pulmonaires. Mais la quantité de personnes obtenant une greffe est limitée : il est difficile de trouver un donneur, et la compatibilité entre le donneur et le receveur est loin d’être garantie.

La meilleure manière de résoudre le problème est de faire pousser ses propres organes. Et les chercheurs commencent déjà à récolter leurs premiers fruits.

Par exemple, des ingénieurs en biologie tissulaire de l’Eli and Edythe Broad Center of Regenerative Medicine and Stem Cell Research de l’université de Los Angeles (UCLA) ont récolté des cellules souches pulmonaires et les ont appliquées sur des perles de verre pour donner aux structures tissulaires une forme en 3D. Les cellules souches se sont ensuite organisées en alvéoles identiques à celles retrouvées dans les poumons humains.

C’est important, parce que les tissus pulmonaires que l’on peut faire pousser à plat dans une boîte de Pétri ne fonctionnent pas de la même manière que les structures en 3D que forment les vrais poumons.

Et puis, il y a le problème de la complexité de tels organes. Les poumons sont constitués de divers types de tissus et de cellules, chacun avec une tâche spécialisée. Il est difficile de faire pousser des organoïdes pulmonaires avec des cellules qui se spécialisent spontanément.

Chimie + technologie = un organe intelligent

Au printemps dernier, une équipe du centre médical de l’Université du Michigan annonçait avoir nourri des tissus pulmonaires avec un régime spécial qui leur a permis de quitter le fond de la boîte de Pétri pour former des sphéroïdes et commencer à se diviser en deux types de cellules pulmonaires.

Pour l’instant, les scientifiques ne peuvent pas encore faire pousser un poumon entier, notamment parce qu’il est difficile, en laboratoire, de créer des vaisseaux sanguins capables de soutenir la croissance tissulaire. Mais, ce qu’ils ont obtenu est suffisant pour commencer à étudier la progression de maladies comme la fibrose pulmonaire.

Une équipe de bio-chercheurs de la Wake Forest University a programmé des cellules souches pour les transformer en cellules cardiaques et créer des structures semblables à un cœur avec une imprimante 3D. Les structures, pour l’instant, sont à peine plus larges qu’un cheveu humain. Mais les scientifiques améliorent ces « graines » de cœur pour qu’elles puissent être utilisées pour étudier les causes et la progression des maladies cardiaques – et pour tester les effets de médicaments sur de vrais tissus cardiaques humains.

Cette révolution des organoïdes n’a pu se faire sans l’explosion de la recherche sur les cellules souches. C’est ce que je vous propose de voir dès demain, dans la Quotidienne… et si vous êtes impatients retrouvez-moi dans le tout nouveau numéro de NewTech Insider : avec Ray Blanco, nous vous y recommandons un spécialiste mondial des cellules souches et des organoïdes.

Mots clé : - -

Gerald Celente
Gerald Celente

Gerald Celente est un prévisionniste, auteur et consultant renommé. Il a fondé le Trends Research Institute en 1980. Depuis plus de 35 ans, ses prévisions de tendance ont permis d’anticiper de nombreuses grandes tendances – et se sont transformées en investissements profitables. Il a fait plusieurs apparitions sur CNN, Fox News et dans les émissions CBS Morning News, NBC Nighly News et Good Morning America.

Contributeur régulier de NewTech Insider, Gerald vous présente les tendances technologiques émergentes pour vous aider à investir en amont.

Laissez un commentaire