Du Portugal à votre assurance-vie : 4 menaces que vous devez rapidement contrer

Rédigé le 21 mars 2011 par | La quotidienne Imprimer

Comme le monstre du Loch Ness, les stress tests bancaires refont surface. Finalement, ils ne seront pas si menaçants que cela. Le sujet qui fâche – la faillite d’un Etat souverain – sera soigneusement évité. Bizarre, bizarre à un moment où le Portugal se débat pour éviter la faillite.

« Le Portugal ne doit pas faire son retour sur les marchés obligataires avant début avril. Si dans les prochains jours les taux d’intérêt s’envolent à 8% (contre 7% à 7,5% sur 10 ans ces derniers jours), le recours au sauvetage UE – FMI sera inévitable. Il pourra intervenir avant le sommet européen », note Le Figaro dans ses pages saumon du 21 mars. Selon nous, d’ailleurs, la frontière se situe à 7% et elle a déjà été franchie . Dans ces conditions, il est très curieux que les banques ne soient pas stressées sur des événements à très forte probabilité.

Mais finalement (même si l’establishment politico-financier risque de s’étouffer en lisant ces lignes) les banques ne sont pas si importantes que cela pour vous investisseur particulier. En France, l’épargne n’est pas concentrée dans les banques. Beaucoup de cigales sont « dans le rouge » le 20 du mois. Les fourmis bourrent leur livret A. Puis, quand ce dernier déborde, les fourmis mettent leur épargne chez les assureurs (où chez les bancassureurs), lovée dans les contrats d’assurance-vie.

Deux chiffres : 1 500 milliards d’euros et 57% de l’épargne de longue durée.

Sur ce front, la situation est menaçante à quadruple titre :

-1- beaucoup d’assureurs ont un portefeuille d’obligations souveraines et bancaires copieusement garni. Le moratoire de la Grèce, la renégociation de l’Irlande, le probable appel à l’aide du Portugal, la situation désespérée de l’Espagne… N’en déplaise aux partisans de la confiance aveugle, la faillite d’un Etat souverain devient un événement de plus en plus probable.

-2- nous allons vers une augmentation des taux d’intérêt. Nous avons vécu une longue période durant laquelle plus d’épargne que d’investissement cherchait à se placer. La demande d’obligations était donc supérieure à l’offre. Les emprunteurs avaient le dessus. Cet état de chose était bien sûr contre nature et la marée commence à se renverser. Bientôt, les prêteurs vont recommencer à dicter leur loi. C’est ce phénomène que l’on peut actuellement constater en voyant les taux remonter malgré les rachats obligataires menés par différentes banques centrales. Par exemple, le Portugal a placé 1 milliard d’euros à 4,33% le 16 mars contre 4,06% début mars. Si les taux montent, qui va se contenter du maigre rendement, à peine supérieur à 3%, versé par les assureurs ?

-3- les assureurs enregistrent une décollecte – moins de fourmis viennent déposer leurs économies – car la situation économique n’est pas aussi brillante que les commentateurs veulent bien le dire. Le chômage est élevé, la hausse des prix (carburant en tête) par l’inflation importée – n’est pas un fantasme de ménagère à l’esprit égarée mais bien une réalité. L’institut Xerfi prévoit une hausse des prix et l’OCDE vient de mesurer 12% pour l’énergie et 2,3% pour l’ensemble des prix à la consommation. La décollecte atteint 15% pour le troisième mois consécutif, indique la Fédération française des sociétés d’assurance. Les assureurs n’ont pu maintenir des rendements que parce qu’ils tapaient dans des réserves antérieures et que de nouveaux clients payaient leur ticket d’entrée.

-4- le tour de vis fiscal en préparation va accélérer la décollecte à un très mauvais moment.

« Le marché de l’épargne vie est clairement à un tournant en France aujourd’hui », indiquait Facts & Figures dans son baromètre de l’épargne vie du vendredi 11 mars.

Si un autre Etat de la périphérie de la zone euro venait à appeler au secours, comment les assureurs vont-ils réagir, que deviendront les rendements et les frais des contrats en cours ? Si les taux montent rapidement, comment vous protéger ?

Pour répondre à ces questions, nous avons conduit nos propres stress tests sur les assureurs, là où est votre épargne et recherché des solutions patrimoniales adaptées. [Et pour ceux d’entre vous qui veulent en savoir plus sur les dangers qui pèsent sur votre assurance-vie… et surtout comment vous en protéger, c’est ici…]


Photo : Bruce Tuten – Flickr

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Pas de commentaire pour “Du Portugal à votre assurance-vie : 4 menaces que vous devez rapidement contrer”

  1. Lundi 28 mars 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Conséquence concrète : les taux des obligations de l’Etat portugais explosent. Les taux atteignent des niveaux ahurissants.

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 7,429 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 8,690 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,926 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

  2. Mardi 29 mars 2011 :

    Standard and Poor’s abaisse la note de la Grèce et du Portugal.

    L’agence de notations Standard and Poor’s a annoncé mardi avoir abaissé de deux crans la note de la Grèce à BB-, et d’un cran celle du Portugal à BBB-.

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Les obligations de l’Etat portugais sont en train d’exploser.

    Regardez ces trois graphiques :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 7,731 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 8,930 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,996 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

  3. Mercredi 30 mars 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Les obligations de l’Etat portugais sont en train d’exploser. Les taux atteignent des records historiques.

    Regardez ces trois graphiques :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 7,910 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 9,040 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 8,045 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

Laissez un commentaire