Pétrole, le bonheur est dans le pré, plus dans l'iceberg

Rédigé le 10 octobre 2012 par | Nouvelles technologies Imprimer

“Le pétrole au Groenland serait un désastre”.

Détrompez-vous, l’auteur de cette phrase n’est pas le porte-parole de Greenpeace, des Amis de la Terre ou d’un militant d’EELV, mais de Christophe de Margerie, le patron de Total. Cette déclaration faite au Financial Times en septembre dernier a surpris à deux égards. D’abord, parce qu’il n’est pas courant qu’un pétrolier affiche aussi ostensiblement ses préoccupations environnementales. Le secteur attend habituellement qu’une catastrophe se produise auparavant. Ensuite, le Groenland faisait figure jusqu’à il y a peu de véritable Graal dans le secteur pétrolier. Oui, la tendance des compagnies pétrolières était de faire remonter toujours plus au nord leurs forages. L’Alaska, le Groenland et plus généralement l’Arctique faisaient partie des nouvelles frontières. Couverts de glace, balayés par des icebergs à la dérive, l’exploitation y était particulièrement coûteuse. Hausse du pétrole aidant, l’exploitation avait pourtant commencé sur ces terres inhospitalières.

En jetant un pavé dans la mare, le patron de Total a donc redoré l’image de sa compagnie. Le site Romandie titrait même :”Total met en garde contre l’exploitation pétrolière dans l’Arctique”. Christophe de Margerie fait cause commune avec EELV ? Ce serait prendre le patron de Total pour un naïf. D’abord, Total reste engagé dans l’Arctique, grâce aux projets gaziers en Russie de Yamal et de Shtokman, même si ce dernier a été repoussé récemment. Surtout, Christophe de Margerie sait que le pétrole du Groenland n’a plus la cote actuellement. Et l’explication n’a rien à voir avec l’environnement. Simplement, on vient de découvrir un pétrole bien moins cher à exploiter.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un havre de paix tout récent pour l’exploitation du pétrole. Votre investissement pourra germer sans avoir à se soucier des tempêtes de glace et des ours polaires.

L’Arctique, l’étoile filante du pétrole
Le 30 août 2011, Vladimir Poutine et Rex Tillerson, le patron d’ExxonMobil, plaisantaient devant les caméras après avoir conclu un deal sur un partenariat entre le pétrolier et Rosneft. L’objectif était d’explorer à l’horizon 2015 la mer de Kara, en bordure de l’océan Arctique. Poutine révélait même amusé que l’une des plateformes [d’Exxon] était capable de supporter l’impact d’un iceberg d’un million de tonnes.

La Russie est effectivement engagée depuis longtemps dans la voie de l’exploitation des ressources pétrolières de l’Arctique. Et on comprend l’activisme du Kremlin. Le Grand Nord recèlerait à peu près 13% des réserves totales prouvées de pétrole selon l’USGS, l’Institut de géophysique américain.

Ces dernières années, plusieurs autres compagnies se sont positionnées dans le Grand Nord. Ainsi Shell a réussi à avoir un accès à l’Alaska. Il n’y a pas si longtemps, c’était BP qui occupait la position de favori au côté de Rosneft et du Kremlin.

Pourtant les nuages se sont très vite accumulés sur l’Arctique.

L’Arctique trop cher ?
Septembre n’a pas été un bon mois pour les pétroliers de la zone. Shell a annoncé l’arrêt de l’exploitation du pétrole de l’Alaska pour des raisons de sécurité. Lors des tests préparatoires, le dôme de confinement qui servirait en cas de fuite de pétrole s’est brisé. Quelques jours après, c’est le gazier russe Gazprom qui annonçait le report également pour des raisons de sécurité, du début de l’exploitation du champ de Prirazlomnoye, premier champ pétrolier offshore de l’Arctique russe. Enfin le groupe pétrolier Cairn, à la pointe dans l’exploration de l’Arctique, a essuyé échec sur échec dans son exploration de ce continent.

L’Arctique n’est peut-être pas cette “frontière ultime pour l’industrie pétrolière”, que décrivait Le Monde l’année dernière. Trop compliqué à explorer ? Une autre explication a probablement été plus décisive dans l’arrêt de plusieurs projets.

Pourquoi forer si cher ?
Dans une étude qui a fait du bruit ce mois-ci, intitulée “L’Arctique, pas une mine d’or pour l’industrie pétro-gazière”, deux chercheurs norvégiens ont expliqué que l’exploitation du pétrole de l’Arctique n’évoluerait pas fondamentalement dans les années à venir. La faute au coût ? Non, la faute au pétrole de schiste.

Comme avec le gaz de schiste, l’exploitation du pétrole de schiste qui est en train de décoller aux Etats-Unis permet d’exploiter du pétrole à moindre coût. La prise de risque qu’exige le pétrole de l’Arctique est alors devenue inutile. Car le pétrole de schiste pourrait allègrement remplacer le potentiel des ressources de l’Arctique.

Le champ de Bakken, dans le Dakota du Nord, contiendrait entre 3 et 3,4 milliards de barils de pétrole selon l’USGS. Plus connu pour ses champs de blé, d’orge et de colza, l’Etat s’est pourtant transformé récemment en un nouvel eldorado pétrolier. Désormais, le Dakota du Nord produit plus de 500 000 barils par jour, et arrive juste derrière le Texas dans le classement des Etats producteurs d’or noir aux Etats-Unis. Il a notamment doublé l’Alaska cette année, dont la production ne cesse de baisser. Comme le montre ce graphique, la production de pétrole américaine est en train de remonter, et ce grâce au pétrole de schiste.

Production de pétrole aux Etats-Unis, en millions de barils

Production de pétrole aux Etats-Unis, en millions de barils

Mon conseil
Les ressources de l’Arctique seront exploitées un jour. La découverte du pétrole de schiste de Bakken ne profite pour l’instant qu’aux Etats-Unis, et les compagnies internationales devront un jour se tourner vers l’Arctique pour répondre à la demande de pétrole en Asie.

Mais aujourd’hui, l’investissement d’avenir est le pétrole de schiste. Rappelez-vous, les pionniers du gaz aux Etats-Unis ont explosé avec la découverte du gaz de schiste. Range Resources a pris 60% depuis cinq ans et Pioneer Natural Resources 110%.

Les compagnies pionnières du pétrole de schiste comme Carrizo pourraient à leur tour décoller.
[NDLR : Bénéficiez d’une veille permanente sur le marché des ressources naturelles par Florent Detroy — ainsi que de ses recommandations détaillées pour profiter de la hausse de prix de matières premières bien particulières… Pour en savoir plus : il suffit de suivre le guide…]

Bon investissement.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire