Le secret à deux millions de dollars d’un investisseur à temps partiel

Rédigé le 9 décembre 2015 par | Indices & Actions Imprimer

Vous pensez être trop occupé pour consacrer du temps et de l’énergie aux marchés boursiers ?

Aujourd’hui, je vais vous apprendre comment un danseur professionnel des années 1950 a réussi à gagner deux millions de dollars en bourse uniquement à mi-temps. Plus important encore, je vais vous apprendre comment profiter des leçons qu’il en a tirées…

C’est au début des années 1950 que se fit connaître ce jeune homme d’origine hongroise.

Avec sa demi-soeur, il avait mis au point un numéro de danse avec Bob Hope et Judy Garland ; ce fut l’origine d’une très grande carrière dans le show business. En 1956, le duo devint l’un des numéros de danse les plus populaires au monde.

Cet homme devint également l’un des plus grands investisseurs amateurs de sa génération – tout en restant danseur professionnel à temps plein…

Je sais que cela semble bizarre. Mais si quelqu’un qui danse à travers le monde pour gagner sa vie arrive à se tailler une place dans l’histoire de la bourse, il y a beaucoup à apprendre de son expérience. Par conséquent, pour votre cours de stratégie de la semaine, je vais vous dérouler la version rapide de l’histoire de cet homme et vous montrerai les techniques qu’il a utilisées pour bâtir sa fortune.

Darvas

L’homme dont je parle est Nicolas Darvas. Jeune diplômé, il fuit la Hongrie avec un faux visa pendant la Seconde Guerre mondiale. Faisant bon usage de son diplôme en économie, Darvas se met à jouer en bourse au début des années 1950 – juste au moment où sa carrière de danseur décolle.

Mais il ne devient millionnaire qu’à partir de 1957, alors qu’il se trouve à l’autre bout du monde, bien loin de Wall Street.

Comment s’y est-il pris ?
Darvas consacra beaucoup de temps à perfectionner ce qu’il appela sa « théorie de la boîte ». Pour résumer, il suivait les mouvements hebdomadaires d’une valeur et enregistrait (ou « mettait dans une boîte ») la fourchette de variation de son cours. Il achetait les valeurs qui l’intéressaient lorsqu’elles sortaient à la hausse de sa boîte.

La technique qu’utilisait Darvas ressemble beaucoup aux premières formes de d’analyse graphique des cours de bourse. Il ne faut pas oublier que nous étions dans les années 1950, bien avant que les graphiques de valeurs soient immédiatement disponibles par simple clic d’ordinateur. Si vous vouliez tracer le graphique du cours d’une action, vous deviez le faire vous-même.

Dans les années 1950, les informations allaient également moins vite. La carrière de danseur de Darvas l’obligeant à vivre à l’étranger pendant parfois plusieurs années, il prenait connaissance invariablement avec retard des nouvelles financières.

En fait, Darvas attribue la plus grande partie de sa réussite à son éloignement de Wall Street. Lorsqu’il était en tournée à l’étranger avec sa troupe de danseurs, il demandait à son courtier de lui envoyer un exemplaire du Barron’s afin qu’il puisse se tenir au courant des mouvements boursiers. Puis il envoyait des télégrammes de son hôtel lorsqu’il voulait prendre une position à l’achat ou à la vente. Ce n’est pas exactement comme se connecter à son courtier en ligne et cliquer sur le bouton « acheter, » n’est-ce pas ?

Parce qu’il était loin, Darvas ne recevait son journal que bien après sa date de publication. Les informations étaient périmées au moment où elles lui arrivaient — c’est pourquoi il n’en tenait pas compte. Cela lui permettait de se concentrer sur sa théorie de la boîte sans être distrait par le cycle des informations et sans que cela n’influence son processus de réflexion.

En s’isolant des nouvelles financières, Darvas put engranger plus de deux millions de dollars en moins de deux ans.

Mais, car il y a un mais…

Lorsque Darvas rentra finalement à New York, il fut incapable de reproduire ses bons résultats. L’histoire de son succès s’était répandue et son contact constant avec les journaux, les courtiers et d’autres investisseurs avait eu un impact négatif. Distrait par les informations financières, il ne parvenait tout simplement pas à faire fonctionner son système de trading.

Pour renouer avec le succès, Darvas s’isola à nouveau de Wall Street. Il cessa de lire les nouvelles – et alla même jusqu’à demander à son courtier de déchirer la page des cours hebdomadaires du Barron’s qu’il lui envoyait. De cette façon, il n’était pas tenté de lire les infos sur ses transactions potentielles.

Le système fonctionna et Darvas se mit à écrire plusieurs ouvrages à propos de son expérience de trading, dont le plus connu est Comment j’ai gagné 2 000 000 $ en bourse.

C’est une histoire fascinante – dans laquelle chacun peut se retrouver, même de nos jours à l’ère d’internet, des smartphones et de l’information immédiate.

La méthode Darvas
En résumé, Darvas utilisait trois principales techniques pour réussir dans le trading :

1. Il suivait un système simple
Darvas utilisait un système simple de dépassements de seuils pour initier de nouvelles transactions. Une fois qu’il eut mis au point son système, il ne s’en est jamais éloigné (excepté lorsqu’il commit l’erreur de se rapprocher trop de Wall Street). Même en devant établir lui-même ses graphiques, Darvas réussit à poursuivre sa carrière de danseur tout en faisant du trading avec succès à mi-temps.

2. Rien ne sert de courir, il faut partir à point
Darvas n’a jamais essayé de battre les sprinters de Wall Street à leur propre jeu. Il savait qu’il ne pouvait pas exécuter des transactions rapides depuis l’autre côté du globe ; il s’assurait donc d’adapter son système pour travailler dans le cadre de ses limites. Si Darvas était aujourd’hui vivant et faisait du trading, je doute qu’il se préoccupe du trading à haute fréquence ou de la machine à rumeurs des médias sociaux…

3. L’ignorance est une bénédiction
Concernant ses transactions, Darvas refusait de laisser les médias financiers ou les analystes de Wall Street influencer son processus de prise de décision. De nos jours, il est tellement facile de se retrouver bombardé par trop d’informations inutiles. Darvas apprit avant tout le danger d’être trop dépendant de l’opinion des autres…

Si vous suivez ces règles simples, vous pourrez connaître le même genre de succès que Darvas. Mais ce n’est pas parce qu’elles sont simples qu’elles sont faciles. Les distractions extérieures sont nombreuses.

Mais si un artiste à temps plein peut gagner des millions en bourse à mi-temps, pourquoi pas vous ?

Derniers événements boursiers de la rentrée : krach chinois… La Fed laisse planer le doute… l’affaire Volkswagen entraîne les marchés dans sa chute… et les indices enchaînent des revirements séances après séances.

Des variations de -3% suivies de rebonds de +3% sur un indice sont synonymes de fébrilité, de nervosité et d’indécision de la part des grosses mains.
… La période actuelle peut sembler très sombre pour les investisseurs. Pourtant nous avons ici tous les ingrédients qui plaisent aux spéculateurs intraday, aux traders de court terme…

Et pour cause : ils utilisent une méthode de pro pour réaliser des gains spectaculaires et partir à l’assaut de la Montagne d’Oseille.

D’après le spécialiste à l’origine de cette stratégie inédite, la volatilité promet d’excellentes opportunités de gains dans les prochains jours.

Pour en profiter, une seule règle : agir maintenant. Cliquez simplement ici pour tout savoir.

Mots clé :

Greg Guenthner
Greg Guenthner
Rédacteur de la lettre américaine The Rude Awakening

Greg Guenthner est rédacteur de la lettre américaine The Rude Awakening, et contribue également à la lettre gratuite The Trend Playbook, pour les investisseurs suivant la tendance et les analystes techniques. Greg est membre de l’Association américaine des techniciens de marché.

Laissez un commentaire