Tout le monde veut sa part de réalité virtuelle

Rédigé le 28 juin 2016 par | Métaux précieux Imprimer

La semaine dernière, nous avons vu que nous commencions à peine à cerner toutes les possibilités que nous offre la technologie de la réalité virtuelle. Par ailleurs, le marché de la réalité augmentée, associant monde réel et monde numérique en un seul écran, devrait se développer encore plus.

Evidemment, toutes les grandes entreprises technologiques tentent désormais de se positionner sur cet énorme nouveau marché.

Google veut s’imposer dans la réalité virtuelle

Google se distingue particulièrement, comme d’habitude. En mai dernier, son Projet Tango a occupé une grande place lors de l’I/O 2016, la conférence organisée chaque année par Google pour les développeurs.

Le groupe en profite généralement pour présenter ses nouveaux projets les plus prometteurs. Tango est conçu pour proposer une expérience de réalité virtuelle ou augmentée sur smartphone ou tablette, en se passant d’un casque. L’idée consiste à fournir à votre appareil une perception plus étendue de l’environnement et de l’espace, afin de pouvoir l’orienter vers quelque chose venant du monde réel et d’obtenir une superposition virtuelle (ou « augmentée »).

Un objet intelligent muni de Tango pourrait tout transformer en visite guidée. Vous vous posez des questions sur une oeuvre d’art ? En pointant votre smartphone ou votre tablette vers cette oeuvre, Tango permet de l’identifier et de vous en parler.

C’est aussi ce que vous propose le géant du meuble Ikea avec ses applications qui vous permettent de tester « virtuellement » un nouveau canapé dans votre salon.

Ces dernières années, Google s’est imposé comme précurseur en matière de grandes tendances et de nouvelles technologies. Il est loin le temps où le groupe n’était « qu’un » moteur de recherche. Google a identifié l’importance du marché émergent des smartphones, et investi dans le système d’exploitation Android dès 2005 en rachetant la société du même nom. Bien lui en a pris : à l’heure actuelle, la plupart des téléphones portables vendus dans le monde fonctionnent sous Android.

Mais le Projet Tango n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan Google. La société rêve d’aller beaucoup plus loin. Lors de sa dernière conférence I/O, Google a aussi présenté le projet Daydream, entièrement dédié à la réalité virtuelle. Il permettra d’accéder à une expérience virtuelle de haute qualité à partir d’un smartphone Android, et ce grâce à une simple application. Il doit aussi encourager le développement, via des partenariats, de casques compatibles avec Android.

Et la concurrence dans tout cela ?

Elle n’est pas en reste. Il y a fort à parier qu’Apple, qui cultive le secret comme personne, travaille dans son coin sur ses propres projets de réalité virtuelle et de réalité augmentée.

Par ailleurs, Microsoft travaille discrètement sur sa propre solution, appelée HoloLens. La société prend son temps et tente de réaliser un casque le plus parfait possible. Peut-être a-t-elle tiré une leçon du cuisant échec des Google Glass, les lunettes à réalité augmentée. Une erreur que Microsoft ne veut pas reproduire.

Comme Google en a fait l’expérience avec les Google Glass, être le tout premier acteur sur le marché d’une technologie émergente n’est pas toujours aussi bon qu’on le pense. Mais ce n’est pas parce que certains produits d’avant-garde sont des échecs que la réalité virtuelle/augmentée va se solder par une bérézina commerciale générale.

Ce genre de faux-départ est courant dans l’univers des technologies. Par exemple, l’IBM Simon, qui est souvent considéré comme le tout premier téléphone portable au monde, n’a jamais été un succès commercial. En fait, il est plus que probable que vous n’ayez même jamais entendu parler du Simon, même s’il est le précurseur des systèmes Android et des iPhones que nous utilisons aujourd’hui.

Signal de départ pour la réalité virtuelle

Il est important de se rappeler que la réalité virtuelle en est encore à ses balbutiements. On estime que les ventes de casques de réalité virtuelle devraient représenter un chiffre d’affaires de 895 millions de dollars cette année. C’est encore très peu par rapport à ce qui s’annonce dans les années qui viennent.

Certains analystes pensent que les marchés de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée atteindront probablement les 150 milliards de dollars d’ici la fin de cette décennie.

C’est clair, certaines sociétés vont énormément profiter de l’émergence de cette nouvelle technologie. Ce marché sera si vaste et progressera si rapidement que certaines petites entreprises technologiques actuelles, qui ne sont pas encore repérées par Wall Street, seront d’ici 10 ans aussi célèbres qu’Apple ou Google.

Je pense tout particulièrement à l’une d’elles. Une société qui est en ce moment négligée par les investisseurs. Pourtant, elle détient une technologie clé, indispensable à la croissance future de ces marchés. Cette valeur a de beaux atouts qui pourraient, selon moi, faire d’elle un des succès du secteur des nouvelles technologies ou une proie de choix pour les géants du secteur. Une valeur que vous pouvez, bien sûr, retrouver dans le dernier numéro de NewTech Insider !

Mots clé : - - - -

Ray Blanco
Ray Blanco
Rédacteur en Chef de NewTech Insider et FDA Biotech Trader

Ray Blanco était le genre d’enfant qui reste des heures dans sa chambre tous les soirs, programmant des codes dans son ordinateur Timex Sinclair 1000.

Au collège, alors que la plupart des autres gamins étaient dehors à jouer au ballon, Ray était dans sa cave, tentant de construire ce qu’on appelle une « Chambre de Wilson » — un appareil ultra-refroidissant permettant de détecter les particules de radiations ionisantes.Puis il s’est mis à explorer les domaines de la robotique… de l’avionique… de la génomique… de la biotechnologie… Devenir plus intelligent, c’est ainsi que Ray s’amusait.

Et aujourd’hui, il combine sa passion de la technologie avec ses connaissances et son savoir-faire dans les domaines de la finance et des marchés boursiers au sein de la lettre NewTech Insider, dont il est co-rédacteur.

En savoir plus sur NewTech Insider et FDA Biotech Trader.

Laissez un commentaire