Marchés : faut-il jouer les mini-krachs ?

Rédigé le 3 février 2017 par | Indices & Actions Imprimer

La semaine dernière, je vous ai conseillé de vendre Infotel que vous aviez pu mettre en portefeuille après à la Quotidienne du 14 juin 2016.

La Quotidienne n’est pas un service de trading, aussi ce type de recommandation au timing serré peut vous surprendre. Lorsque nous vous conseillons des valeurs ou des secteurs, il s’agit le plus souvent de conseils sur un horizon de placement à long terme dans le but de profiter de tendances durables.

Dans ce cadre, pourquoi se préoccuper des soubresauts des marchés ? Quel est l’intérêt de placer des ordres (à l’achat comme à la vente) à quelques jours près ?

Nous allons aborder dans la Quotidienne du jour ce petit « plus » qui vous permet de gagner quelques points de rentabilité sur votre portefeuille d’action.

Etes-vous plus trader ou investisseur ?

Votre profil d’investissement doit être guidé par votre caractère et votre appétence au risque. Si vous préférez la tranquillité d’esprit, les investissements à moyen/long terme sont parfaits pour vous.

La stratégie idéale est d’identifier les sociétés dont la valeur est destinée à s’apprécier ; puis de laisser le temps faire son oeuvre. Deux grands axes d’investissement s’offrent à vous pour choisir vos cibles.

Vous pouvez miser sur la continuité et investir dans des sociétés reconnues et ponctuellement sous-valorisées. Vous pouvez également surfer sur des grandes tendances et identifier, par avance, quelles entreprises en sortiront gagnantes.

Comme il s’agit dans les deux cas de figure d’investir sur la valeur intrinsèque de l’entreprise, le timing n’est pas critique. Sauf en cas de bouleversement, la valeur d’une entreprise ne change pas d’une semaine sur l’autre.

Bien sûr, ces deux stratégies nécessitent une analyse permanente des marchés et des mutations économiques. Les publications comme la Quotidienne vous aident en vous proposant régulièrement de vous positionner sur telle ou telle entreprise visible sous-évaluée.

Si, en revanche, vous avez le temps – et l’envie – de surveiller quotidiennement votre portefeuille d’actions, il vous est possible de profiter des petites aberrations de marché. En vous positionnant sur des valeurs pour quelques jours (voire quelques heures), vous pouvez engranger à chaque aller/retour des gains de plusieurs pourcents : un chiffre comparable au rendement annuel de bien des actions !

Dans ce cas, d’autres services des Publications Agora peuvent vous assister en vous fournissant de précieux conseils au timing étudié. [NDLR : Comment anticiper les mouvements de marché ? Recevez gratuitement tous les jours la meilleure idée de notre trader durant deux semaines. Cliquez ici pour vous inscrire.]

En bon trader, vous devrez surveiller a minima votre portefeuille de manière quotidienne : à l’heure du trading à haute fréquence, les cours ne restent jamais en place bien longtemps.

Votre stratégie sur les marchés d’actions dépend donc à la fois de votre caractère et de vos disponibilités. Tous les investisseurs aguerris vous le diront : le plus grand obstacle pour faire des investissements rentables n’est pas le marché : c’est l’investisseur lui-même.

La difficulté n’est pas de choisir une stratégie, mais de s’y tenir dans la durée.

A ce titre, une recommandation du type « Vendez Infotel aujourd’hui » peut être perturbante. Pour quelle raison un investissement de long terme se retrouve tributaire du calendrier ? Après tout, la valeur de l’entreprise ne change pas fondamentalement en quelques jours…

Ajoutez de l’opportunisme à vos investissements au long cours

L’idée derrière ce type de recommandation est simple : il s’agit de profiter des sursauts du marché lorsqu’ils vont dans le sens de votre stratégie de long terme.

Tout investissement sur la valeur intrinsèque d’une société est basé sur un ou plusieurs indicateurs.

Prenons l’exemple du plus basique : le PER (ratio cours/bénéfices). Trop souvent ignoré, il représente le nombre d’années qu’il faudrait pour rassembler la valorisation boursière de l’entreprise au rythme actuel des bénéfices.

Chaque investisseur décide en son for intérieur de ce qui caractérise une action peu chère et une action chère. En schématisant, les sociétés dont le PER est inférieur à 10 peuvent être considérées comme peu chères. Au-delà de 20, une société a intérêt à être en croissance forte pour justifier son prix.

Les chiffres de 10 et 20 sont bien sûr des ordres de grandeurs qui nous viennent de l’Histoire des marchés. En tout état de cause, un investissement ne se décide pas sur ce seul critère qui n’est qu’un des indicateurs utiles pour détecter les sous-valorisations.

Si vous avez acquis un titre injustement délaissé alors que son PER était proche de 10, vous pouvez considérer que son juste prix se trouve à environ 15 fois ses bénéfices.

Plusieurs cas de figures peuvent se présenter. Si le cours de l’action croît au rythme des bénéfices, le PER reste constant malgré la hausse du prix. En bon investisseur qui ne se préoccupe que de la valeur, votre stratégie n’a aucune raison de changer : chaque euro investi rapporte la même quantité de bénéfices. Vous conservez donc vos titres. Si, en revanche, l’action gagne brutalement en popularité, le cours peut prendre son envol.

Le temps de la Bourse n’est pas celui de l’économie. Doubler le chiffre d’affaires est une tâche difficile pour les meilleures entreprises, alors que la valeur d’une action peut exploser à la hausse comme à la baisse en quelques heures. Le plus dur est alors de rester fidèle à votre plan d’investissement initial.

Si votre action préférée se rapproche d’une zone de prix que vous qualifiez de chère, n’hésitez pas. Même si cela arrive plus rapidement que vous ne l’anticipiez, séparez-vous de vos titres. Vous ne prévoyiez pas un tel cours avant plusieurs mois ou années ? Félicitations, vous venez de gagner du temps sur vos investissements. Les actions sous-évaluées ne manquent pas, les capitaux que vous venez de libérer pourront être mis à l’oeuvre sur d’autres titres dont le potentiel de croissance est intact.

Jouez toutes les exagérations

Vous pouvez rester fidèle à la philosophie de l’investissement sur la valeur tout en jouant les mouvements de court terme. Cette logique fonctionne dans les deux sens. Il est fréquent que des valeurs soient emportées à la baisse lors des gros mouvements de marché – surtout si elles font partie d’indices très travaillés.

Dans ce cas, n’hésitez pas à profiter de ces mouvements brutaux pour vous positionner sur les sociétés qui sur lesquelles vous aviez prévu d’investir. Si vous êtes certain que les événements qui ont provoqué des mouvements erratiques sur les marchés n’ont pas de lien direct avec l’activité des sociétés que vous visez, profitez de ces aberrations pour hâter vos investissements.

Algo Aujourd’hui, les algorithmes font les cours. N’hésitez pas à en profiter s’ils jouent ponctuellement en votre faveur !

Gardez la tête froide

Attention toutefois, lorsque vous vous autorisez à réagir en fonction des variations de cours, à ne pas verser dans le trading si telle n’était pas votre intention initiale.

Vous pouvez voir les mini-krachs comme des soldes ou des ventes flash. Auriez-vous acheté l’action à ce prix dans des conditions habituelles de marché ? Si la réponse est oui, profitez de cette offre qui ne durera qu’un temps ! Dans le cas contraire, passez votre tour.

Une fois votre ordre d’achat ou de vente passé, vous voilà revenu dans le temps long de l’investissement au long terme. Vos critères habituels n’ont aucune raison d’être mis de côtés : pas question de faire des aller-retours sous prétexte que le marché a effacé en quelques heures ses excès du jour.

Voilà pourquoi, même si vous êtes un investisseur de long terme, il ne vous est pas interdit de profiter des périodes d’exagération du marché lorsqu’elles vont dans le sens de vos investissements.

Après tout, les grosses mains et algorithmes qui font la majorité des transactions ne facilitent pas la tâche des investisseurs particuliers. Autant en profiter lorsqu’elles permettent de doper nos rendements !

Mots clé : - -

Etienne Henri
Etienne Henri
Il sélectionne les dossiers d’investissement en financement participatif du service Profits Réels.

Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.

Laissez un commentaire