L'Australie : un pays "matières premières" en très forte croissance (II)

Rédigé le 18 avril 2008 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Hier, je vous parlais du boom économique australien qui repose largement sur la richesse du pays en matières premières et en minerais. L’Australie a d’autres atouts : sa devise et sa bourse. Petit tour d’horizon…

Une monnaie matière forte…
Une autre force profite de plus en plus à l’Australie : sa devise. Autrefois marginale, elle est aujourd’hui une monnaie de plus en plus valorisée grâce au développement des échanges commerciaux, bien sûr, mais aussi grâce à la solidité financière du pays qui attire les capitaux étrangers. Les marchés financiers en plein essor ainsi que l’attrait pour les taux d’intérêt rémunérateurs favorisent également la vigueur du dollar australien.

…très appréciée des investisseurs
Décorrélée des autres grandes devises mondiales, elle est donc une source de diversification pour les banques et dans les strategies de portefeuilles globaux des fonds de pensions, des hedges funds et autres gérants d’actifs. Elément révélateur : alors que l’Australie est la quinzième puissance économique mondiale, sa devise est la septième plus échangée dans le monde.

Profitant du boom des matières premières, et donc de son fort rendement, le dollar australien se rapproche doucement mais sûrement de la parité avec son cousin américain. Le graphique ci-dessous représente l’évolution du cours spot AUD/USD depuis 1999.

 

Des marchés financiers performants
Evidemment, les marchés financiers australiens ont largement bénéficié de ce boom économique. Globalement, la taille du marché des actions, crédit, devises et dérivés a doublé en quelques années.

Quelques indications pour se faire une idée de la finance locale :
– le marché action est le deuxième plus important en Asie derrière la bourse de Tokyo en terme de capitalisation boursière ;
– le secteur des fusions-acquisitions est le septième plus important dans le monde en terme de part de marché ;
– le marché Forex est le septième plus gros dans le monde en terme de turnover quotidien ;
– les nouveaux marchés, comme celui des dérivés d’immobilier et du trading d’énergie, connaissent développement soutenu ;
– les encours détenus par les hedge funds australiens représentent environ 63 milliards de dollars australiens (environ 40 milliards d’euros), plus que ceux de Hong-Kong et de Singapour réunis, mais également plus que ceux du Japon.

La performance des marchés australiens est donc très bonne depuis plus de 10 ans, et relativement meilleure que les autres marchés du G7, soutenue notamment par l’explosion des prix des matières premières.

Le graphique ci-dessous illustre les performances comparées depuis 2002 entre l’ASX 200 —  l’indice phare australien — le MSCI World et le S&P 500.

La récente crise des subprimes a été bien absorbée localement, sans trop de fâcheuses conséquences. Les banques et établissements de crédits sont peu exposés à ce risque.

Explosion des valeurs du secteur des matières premières
La récente explosion des valeurs du secteur des ressources naturelles est également bien illustrée par le graphique suivant, comparativement aux secteurs de l’industrie et des services financiers.

Les valeurs phares
Les blue chips du secteur des ressources naturelles et des matières premières sont Rio Tinto et BHP Biliton (exploration et production de minerais et métaux), Woodside Petroleum et Santos (pétrole et gaz), AGL et Truenergy (énergie), Newcrest (or), Alumina, Zinifex et Oxiana (métaux de base).

Les principales valeurs bancaires et financières sont Macquarie, NAB, Westpac, ANZ, Commonwealth Bank, St George (banques), AMP et Suncorp (services financiers), QBE (assurance).

Les autres grosses capitalisations boursières australiennes sont notamment Westfield (immobilier commercial) et Telstra (Telecommunications).

Le marché des mid-caps est également très intéressant, toujours grâce au secteur des matières premières, avec de nombreuses entreprises assez jeunes qui profitent de la demande soutenue de cette production pour se développer rapidement.

Voilà globalement esquissé l’état de l’économie australienne, sa conjoncture et ses récentes évolutions. Longtemps tenu un peu à l’écart du reste du monde, plus ou moins volontairement d’ailleurs, l’Australie est aujourd’hui une des places mondiales les plus dynamiques, commerçant avec les quatre coins du globe, et régulièrement vantée pour sa qualité de vie (climat, éducation, infrastructures…).

Mots clé : - - - - - -

Gabriel Andre
Gabriel Andre

Les commentaires sont fermés !