Investissez sur la technologie qui est derrière le Bitcoin

Rédigé le 6 juillet 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

Lorsque le Bitcoin a fait ses débuts il y a quelques années, il n’a intéressé que les fanatiques de cryptomonnaies.

Il valait alors infiniment moins qu’1 $.

Puis cette invention s’est propagée à travers le monde. De plus en plus de gens y ont vu une monnaie qui échapperait aux banquiers centraux. Une monnaie qui, contrairement à l’or, se dégagerait des contraintes physiques et matérielles.

La technologie sur laquelle repose le Bitcoin, la blockchain, pourrait ne pas seulement être l’avenir de l’argent. Elle pourrait tout révolutionner.

Les systèmes à base de blocs – les blockchains donc – peuvent être utilisés pour comptabiliser de manière transparente et enregistrer à peu près n’importe quelle transaction.

Les conséquences sur nos vies pourraient un jour rivaliser avec celles d’Internet au cours des 20 dernières années.

L’incroyable succès des cryptomonnaies et de la blockchain

Le potentiel des cryptomonnaies et de la blockchain n’a pas échappé aux investisseurs. Aujourd’hui, un bitcoin vaut plus de 2 800 $.

Des monnaies concurrentes utilisant une technologie similaire ont émergé. Une alternative populaire, l’Ether qui repose sur une blockchain appelée l’Ethereum, est en hausse de plus de 2 000% depuis le début de l’année.

Quand j’ai entendu parler du bitcoin pour la première fois, il était encore très bon marché. Vous pouviez alors en « miner » et en récupérer assez facilement – du moins si vous étiez prêt à mettre la main à la patte.

L’argent traditionnel – comme le dollar ou l’euro – est, pour ainsi dire, créé à partir de « l’air ». Euro et dollar sont créés par les banques centrales, et personne ne sait très bien quand et en quelle quantité. Dans le passé, la création d’argent était en grande partie une question d’impression de plus de billets ou de production de plus de pièces de monnaie. Aujourd’hui, cette création est essentiellement numérique.

Cependant, le Bitcoin se passe de banque centrale. Le système est distribué et transparent. Et il n’y a pas non plus d’imprévisibilité dans la création de nouveaux bitcoins. C’est d’ailleurs l’une des raisons d’être des cryptomonnaies : elles sont intrinsèquement meilleures que les monnaies traditionnelles que nous utilisons au quotidien.

Quand il faut aller à la mine…

Les cryptomonnaies comme le Bitcoin suivent un protocole soigneusement défini en matière de création monétaire. C’est ce que l’on appelle le « minage ». A l’instar de l’extraction de l’or, l’exploitation des cryptomonnaies est difficile. Elle n’a pas lieu sous terre en exploitant hommes et machines pour extraire du métal précieux. Dans le cas du Bitcoin et consorts, tout est virtuel et numérique.

Les mineurs de Bitcoin utilisent la capacité de leurs ordinateurs pour résoudre des calculs. Une fois ces calculs effectués, un nouveau Bitcoin est créé… et celui atterri directement sur le compte du mineur.

Avec le temps, et au fur et à mesure que la masse de Bitcoins en circulation augmente, ces calculs deviennent de plus en plus complexes et difficiles. Cette difficulté croissante a été prévue dès la conception de la cryptomonnaie. Les mineurs ont donc besoin de constamment augmenter la puissance de calcul de leurs ordinateurs.

La technologie derrière le Bitcoin

Depuis le départ de l’aventure Bitcoin, les mineurs utilisent des processeurs graphiques (GPU) pour miner de nouveaux bitcoins. Ces processeurs ont à l’origine été créés pour améliorer l’expérience des amateurs de jeux sur PC.

Les GPU sont devenus beaucoup plus que des processeurs à destination des « gameurs ». Ils sont aujourd’hui utilisés pour tous les usages qui nécessitent des calculs en parallèles et à haute puissance.

Le bond dans la puissance de calcul permis par les GPU est au coeur de la révolution de l’intelligence artificielle, de la voiture autonome ou du développement de la réalité virtuelle ou augmentée.

Ces domaines soutiennent la croissance de la demande en GPU de plus en plus puissantes. Le développement des cryptomonnaies va dans le même sens. Aujourd’hui, pour miner de nouveaux Bitcoins, il faut de véritable « fermes » d’ordinateurs équipés des GPU nouvelle génération. Le marché du minage de cryptomonnaies est devenu tellement important que certains fabricants de puces et de processeurs n’hésitent pas à proposer des versions de leurs GPU spécialement conçues pour extraire des bitcoins (ou des ethers) pour un effort moindre.

Le stockage de cryptomonnaies dans des coffres forts numériques et l’exécution de transactions en cryptomonnaies sont aussi extrêmement gourmands en puissance de calcul. D’où la croissance des datacenters – un autre marché de poids pour les GPU.

Profitez de l’incroyable succès des cryptomonnaies… sans prendre de risques inutiles

L’émergence de cryptomonnaies comme le Bitcoin et le développement de la technologie de blockchain sont des raisons supplémentaires pour s’intéresser de très près aux fabricants de GPU.

Les processeurs graphiques sont indispensables à l’extraction de cryptomonnaies. Ils sont aussi indispensables à leur utilisation, leur conservation, leur échange.

Selon moi, ils sont un excellent moyen de profiter de l’emballement pour le Bitcoin et les cryptomonnaies sans avoir à miser directement sur elles.

La spéculation autour de ces monnaies et de la blockchain me semble démesurée par rapport à leur utilité actuelle, dans notre vie quotidienne. Le secteur va donc connaître des hauts et des bas… mais la demande en GPU de plus en plus puissants, elle, n’est pas prête de s’essouffler. [NDLR : Prêt à profiter de la folie Bitcoin sans en toucher (virtuellement) un ? Alors rendez-vous dans NewTech Insider. Ray a sélectionné ces fabricants de GPU qui voient leur carnet de commandes se gonfler avec l’explosion de la demande. Gains à 3 chiffres en vue !]

Mots clé : - - -

Ray Blanco
Ray Blanco
Rédacteur en Chef de NewTech Insider et FDA Biotech Trader

Ray Blanco était le genre d’enfant qui reste des heures dans sa chambre tous les soirs, programmant des codes dans son ordinateur Timex Sinclair 1000.

Au collège, alors que la plupart des autres gamins étaient dehors à jouer au ballon, Ray était dans sa cave, tentant de construire ce qu’on appelle une « Chambre de Wilson » — un appareil ultra-refroidissant permettant de détecter les particules de radiations ionisantes.Puis il s’est mis à explorer les domaines de la robotique… de l’avionique… de la génomique… de la biotechnologie… Devenir plus intelligent, c’est ainsi que Ray s’amusait.

Et aujourd’hui, il combine sa passion de la technologie avec ses connaissances et son savoir-faire dans les domaines de la finance et des marchés boursiers au sein de la lettre NewTech Insider, dont il est co-rédacteur.

En savoir plus sur NewTech Insider et FDA Biotech Trader.

Laissez un commentaire