Comment investir sur les meilleures biotech ?

Rédigé le 5 mai 2017 par | Indices & Actions, Mode d'emploi Imprimer

La saison des résultats trimestriels bat son plein aux États-Unis, et mes valeurs préférées, les biotech, n’y échappent pas.

Ces trimestriels sont bien sûr de précieux indicateurs de gains futurs mais ils ont tendance à avoir moins de conséquences sur le cours de biotech que sur celui des autres valeurs.

En effet, personne ne s’attend à ce qu’une biotech en phase de développement (une biotech dont tous les médicaments sont encore en phase d’essais) publie un chiffre d’affaires positif ou des bénéfices. Comment le pourrait-elle alors qu’elle ne commercialise (encore) aucun traitement ?

Deux chiffres à garder en tête

Malgré tout, les marchés ne se désintéressent pas complètement des trimestriels publiés par les biotech. Ils gardent particulièrement à l’oeil deux chiffres fondamentaux : la trésorerie et le niveau d’endettement.

En cas de besoin de cash ou de refinancement, la seule solution pour une biotech qui n’a pas encore atteint le stade de la commercialisation est en effet d’émettre de nouvelles actions – ce qui est dilutif pour le cours. Généralement, les actionnaires apprécient peu ce genre d’opérations.

D’autres sources de financement, cette fois non dilutives, sont possibles pour les biotech : les subventions gouvernementales ou un partenariat avec une grande entreprise pharmaceutique avec reversement.

Les résultats trimestriels ne sont donc pas de catalyseurs de premier plan pour les biotech. Leur cours n’en dépend pas. Il évolue selon un calendrier propre, celui des résultats cliniques ou celui, réglementaire, de la FDA seule à même d’autoriser la commercialisation d’un traitement aux Etats-Unis.

De bons résultats lors d’essais cliniques ou – le graal – une autorisation de la FDA, et voilà le cours d’une biotech qui peut s’envoler, parfois de plus centaines de pourcents en quelques heures.

Comment repérer les meilleures biotech ?

Plus que les résultats trimestriels, les investisseurs se concentrent donc à juste titre sur les promesses de leur pipeline de développement.

Les biotech les plus intéressantes se repèrent en comparant leur capitalisation boursière à la taille du marché thérapeutique auquel elles s’attaquent. En clair, mieux vaut privilégier les petites biotech dont le cours demeure raisonnable et qui développent un traitement au fort potentiel commercial, par exemple une nouvelle thérapie contre le cancer, ou encore un nouvel antidouleur. Ou plus trivialement un médicament particulièrement efficace contre la constipation chronique… ou l’acné !

D’autres facteurs sont aussi très importants à prendre en compte. Le premier d’entre eux est la probabilité de succès des essais cliniques. Le second est la probabilité d’obtenir une autorisation par la FDA (ou l’Agence européenne des médicaments).

Deux variables sur lesquelles il n’est pas toujours pas facile de se faire un avis et sur lesquelles je vous guide dans FDA Biotech Trader pour vous permettre de mettre en portefeuilles les biotech les plus explosives.

Mais quand une petite biotech, avec une capitalisation boursière minuscule, réussit avec succès des essais cliniques ou obtient le laisser-passer de la FDA, l’envolée boursière est presque assurée. [NDLR : Besoin d’une preuve ? Voici les 3 derniers gains de Ray dans FDA Biotech Trader : +114,69%, +30,63%, +224,48%… Et d’autres gains latents – de +50,90%, +50,00%, +105,15%, +98,96% ou +60,85% – vous attendent dans FDA Biotech Trader !

Ray Blanco
Ray Blanco
Rédacteur en Chef de NewTech Insider et FDA Biotech Trader

Ray Blanco était le genre d’enfant qui reste des heures dans sa chambre tous les soirs, programmant des codes dans son ordinateur Timex Sinclair 1000.

Au collège, alors que la plupart des autres gamins étaient dehors à jouer au ballon, Ray était dans sa cave, tentant de construire ce qu’on appelle une « Chambre de Wilson » — un appareil ultra-refroidissant permettant de détecter les particules de radiations ionisantes.Puis il s’est mis à explorer les domaines de la robotique… de l’avionique… de la génomique… de la biotechnologie… Devenir plus intelligent, c’est ainsi que Ray s’amusait.

Et aujourd’hui, il combine sa passion de la technologie avec ses connaissances et son savoir-faire dans les domaines de la finance et des marchés boursiers au sein de la lettre NewTech Insider, dont il est co-rédacteur.

En savoir plus sur NewTech Insider et FDA Biotech Trader.

Laissez un commentaire