Les leçons de l’introduction en Bourse de Snap

Rédigé le 3 mars 2017 par | Indices & Actions, Mode d'emploi Imprimer

La star de cette fin de semaine, celle capable de faire de l’ombre à Trump et aux répercussions de son discours devant le Congrès mardi dernier, c’est Snap (SNAP:NASDAQ), l’éditeur de l’application Snapchat. Pour ceux d’entre vous qui n’aurez jamais entendu parler de Snapchat (rassurez-vous, c’est normal si vous avez plus de 30 ans), je vous l’avais présenté dans un précédent article.

Snap : Une flamboyante introduction en Bourse

Hier, Snap s’est donc introduit en Bourse dans un véritable feu d’artifices. L’IPO était très attendue mais pas à ce point. Début février on apprenait ainsi que Snap revoyait à la baisse ses ambitions et fixait son prix d’introduction entre 14 $ et 16 $, pour une valorisation entre 16,2 et 18,5 milliards de dollars. Dans un premier temps, un prix d’introduction de plus de 19 $ avait été évoqué, et en 2016, la presse anticipait une valorisation boursière de 24-25 milliards de dollars.

Cette révision à la baisse avait laissé espérer un peu plus de réalisme des marchés face à une entreprise qui affiche, en 2016, 514 millions de dollars de pertes. 514 millions de dollars – pour un chiffre d’affaires de 404 millions de dollars.

Mais de réalisme, il n’en a pas été question hier. Le cours de Snap s’est envolé, pour clôture en hausse de 44% à 24,48 $, pour une valorisation de 28 milliards de dollars.

28 milliards de dollars pour une entreprise dont les pertes se creusent, dont le taux de nouveaux utilisateurs est en baisse sérieuse et qui, pour le moment, rame à mettre en place une monétisation qui tienne la route. Je ne vais pas non plus m’appesantir sur les lunettes connectées qui sont leur tentative de diversification (j’en ai déjà parlé ici…). Tout cela ne vaut pas 28 milliards de dollars.

Le destin de Twitter ou de Facebook ?

J’aime beaucoup Snapchat en tant qu’utilisatrice. C’est une application de partage de photos et de vidéos vraiment amusante. Voilà ce qu’elle est. Son mode de fonctionnement et son business model me font plus penser à Twitter qu’à Facebook.

Twitter est une plateforme de micro-blogging extrêmement populaire, qui compte des utilisateurs extrêmement prestigieux (coucou Donald !). Mais Twitter ne s’est pas diversifié, et a toutes les difficultés du monde à mettre en place un système de monétisation/publicitaire.

Au cours de sa première journée de cotation, en 2013, Twitter avait vu son cours s’envoler de 73%.

Le destin boursier de Twitter ? Vous l’avez sous les yeux :

Twitter

Début 2014, Twitter cotait 74 $, contre moins de 16 $ hier.

Alors comment expliquer cet enthousiasme pour l’IPO de Snap ? Après tout, nous avons tous les mêmes informations. Les chiffres des pertes de l’entreprise sont publics, les doutes sur son business model et sa capacité de croissance largement relayés… Pourquoi donc un tel déchainement sur la valeur ?

Je vous le disais, l’IPO de Snap a fait l’objet de rumeurs depuis plus d’un an. Cette introduction en bourse alimente spéculations et appétits depuis des mois. Les marchés y voient-ils un nouveau Facebook ? Ont-ils envie de rêver ? N’ont-ils rien d’autre à se mettre sous la dent ? Toutes ces explications sont possibles et cette introduction est, selon moi, le parfait exemple d’une irrationnelle exubérance.

Même si je me trompe, et que Snap se révèle être la relève de Facebook, jetez un oeil au parcours boursier du réseau social de Mark Zuckerberg :

Facebook

Il aura fallu attendre janvier 2013, puis de nouveau juillet 2013, pour que le cours de Facebook retrouve son niveau de clôture d’IPO.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Ne vous précipitez donc pas…. Attendez que cette folie boursière se calme, et il sera toujours temps de mettre Snap en portefeuille si vous êtes persuadé de son potentiel.

En attendant, mieux vaut encore jouer la carte Facebook que vous a recommandé Ray Blanco dans NewTech Insider

La bonne nouvelle ? C’est qu’il reste un potentiel haussier pour les valeurs technos, comme vous le disait Etienne Henri il y a quelques jours :

Pour détecter la fin de cette Bulle 2.0, je vous conseille de surveiller avec la plus grande attention les IPO.

Jusqu’ici, les investisseurs se jettent sur les valeurs technologiques et les IPO sont (relativement) bien souscrites.

Je vous parlais dans les précédentes Quotidiennes de l’IPO de Snap, la maison-mère de Snapchat.

Si elle va jusqu’à son terme, vous pouvez continuer à jouer les hausses des valeurs technologiques dans leur ensemble.

Si les investisseurs boudent la valeur et que l’IPO est retardée, ou a lieu avec une valorisation très différente de celle annoncée, cela peut signifier que la bulle technologique arrive à court d’argent frais : un bon signal pour arrêter le trading sur ces valeurs et arbitrer en faveur des liquidités.

Il est encore temps d’investir sur les valeurs technos !

 

 

Comment acheter des Bitcoins et s’en servir ?

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire