Ce que nous apprend l’or sur le marché immobilier

Rédigé le 10 décembre 2010 par | La quotidienne Imprimer

La pierre est-elle chère ? 7 000 euros le m2 à Paris, c’est beaucoup ? Ou pas…

Peu importe son prix, la pierre est chère à nos coeurs. Après tout, à moins de vivre sur une île tropicale paradisiaque où les nuits sont tièdes et le ciel étoilé, mieux vaut avoir un toit sur la tête.

Justement… votre oncle, résidant sur une île des Caraïbes, est tombé au cours d’une plongée sur une épave d’un galion chargé d’or, coulé par des pirates. C’était au début des années 1960. L’histoire a fait le tour de la famille, pensez-donc ! Que croyez-vous qu’il fit de cet or, le veinard ? Il acheta un bien immobilier dans Paris, tout en continuant à vivre à la belle étoile aux Caraïbes (car il était soixante-huitard à sa façon). Pour acheter 1 m2, il lui fallut sortir 3,5 onces d’or (soit 16 louis). Hochement de tête approbateur des aïeux : « c’est bien mon p’tit gars, sage décision »…

Cinquante ans plus tard, vous apprenez que l’oncle a finalement cassé sa pipe (en écume de mer). C’est vous qui héritez du bien immobilier, dont, avec beaucoup de délicatesse, je ne divulgue pas la surface afin de ne pas étaler au grand jour l’ampleur de votre patrimoine.

Nous sommes donc en 2010 (je vous fais le calcul, car je vous sais un peu flemmard : 1960+50=2010). Les aïeux, qui saluaient un demi-siècle plus tôt la sage décision du chenapan des Caraïbes, doivent soupirer d’aise dans leur tombe. Car si l’oncle avait gardé son or, vous (oui, c’est vous l’héritier, je vous le rappelle) devriez mettre 8,5 onces sur la table pour acheter 1 m2 !

C’est ce que vous pouvez découvrir sur le graphe ci-dessous qui vous donne le nombre d’onces d’or (soit un peu moins de 5 napoléons ou louis) que vous devez mettre sur la table pour acheter 1 m2 durant la période 1936 à 2009.

Graphique du prix de métre carré en once d'or

Pour toutes les explications sur comment nous avons construit ce graphe, voir en fin d’article

Vous pouvez constater que l’immobilier en or n’est pas si cher que cela historiquement. Il est même à peine plus cher qu’avant la grande période d’inflation 1971–1981.

Pourquoi avons-nous construit ce graphe ?
L’histoire de notre monnaie depuis 1936 n’est pas un long fleuve tranquille. Une guerre mondiale, une période de très forte inflation qui s’est conclue par le passage au « nouveau franc » (dévaluation historique), deux chocs pétrolier et retour à l’inflation dans les années 1971 à 1981, passage à l’euro, krachs de 2000 et de 2008…

Durant cette histoire troublée, il est très difficile de raccorder des prix. C’était beaucoup plus simple lorsque la monnaie était d’or. Mais en matière de monnaie, les gouvernements n’aiment pas que les choses soient trop simples.

Ce graphe permet donc de raccorder quelque chose de physique (1 m2 habitable) à une autre chose physique (l’or).

Depuis la fin des accords de Bretton Woods, l’or n’est plus officiellement monnaie. Mais la relique barbare sait se réveiller quand il le faut.

C’est ce que nous montre cet autre graphe qui présente l’évolution des cours de l’or, toujours de 1936 à 2009.
[Comment acheter de l’or ? Et sous quelle forme ? A quel cours vendre ? Retrouvez les conseils de Simone Wapler dans l’Investisseur Or & Matières. Pour en savoir plus…]

Graphique de l'évolution du prix de l'or

La relique barbare s’est réveillée lors des chocs pétroliers, lorsque les Américains ont imprimés des dollars pour payer leurs importations de pétrole. C’est la période 1971-1981.

C’était une période durant laquelle les taux d’intérêt réels – c’est à dire taux d’intérêt moins taux d’inflation – étaient négatifs ou nuls. Exactement comme maintenant.

La relique barbare s’est ensuite progressivement assoupie lorsque les taux d’intérêt réels sont redevenus positifs et corrects.

Elle s’est à nouveau réveillée lorsque les Etats-Unis ont recommencé à sombrer dans le laxisme monétaire pour traiter la crise de 2000 qui a débouché sur celle de 2008. Là encore, les taux d’intérêt réels sont redevenus négatifs.

Maintenant, si vous superposez nos deux précédents graphes et que vous connectez gentiment deux neurones de votre grandissime cerveau (pas la peine de mettre plus de deux neurones sur le coup puisque vous êtes génial)…

Vous réalisez que si nous nous dirigeons vers une inflation comme celle de la période des chocs pétroliers (1971 – 1981), vous pourrez acheter 1 m2 avec moins de 2 onces d’or !

« Donc le m2 pourrait valoir bien moins cher qu’aujourd’hui… », me dites-vous ?

NON, vous dis-je ! Franchement, là, vous me décevez… NON, NEIN, NO, NENNI.

Voici l’évolution des indices de l’immobilier, que je vous jette, tel un dernier os à ronger.

Graphique  de l'indice des prix de l'immobilier

Vous voyez que l’immobilier ne baisse pas (ou presque).

Simplement, l’or devrait progresser plus vite que l’immobilier, exactement comme dans la période 1971-1981.
– Début de période : 7,92 onces achètent 1 m2,
– Fin de période : 1,96 once achète 1 m2
– Mais durant la période, l’immobilier monte et l’or aussi

Aaaaaah, je vois vos deux neurones toujours titillées par mes graphes…

Nous sommes en période de taux d’intérêt réel négatif, je vous le rappelle. Les taux actuels punissent le cash. C’est pour cela que l’or s’emballe. Mais relever les taux signifierait la faillite des Etats surendettés, dont la France. La limite supportable c’est un tout petit 5,5%, comme le disait mon collègue Arnaud Lefebvre en mai dernier dans le numéro 84 de MoneyWeek.

Alors, maintenant, vous voulez un plan génial ? Tellement génial que vous sangloterez d’émotion et de gratitude lorsque vous vous souviendrez du prix dérisoire d’un abonnement à MoneyWeek ?
1. Vous comptez votre or (si vous aviez pris un abonnement à MoneyWeek dès ses débuts en novembre 2008, vous en seriez à 80,34% de plus-value en euro).
2. Vous prenez un emprunt à taux fixe pour le montant de votre or.
3. Vous achetez de l’immobilier avec le montant de l’emprunt.
4. Vous vendez l’or pour remboursez le prêt dès que les taux d’intérêt vous garantissent que votre épargne en liquide ne sera pas punie.

Quant à vendre l’immobilier… Mmmmmm, exprimé en monnaie papier, l’immobilier ne baisse presque jamais, nous l’avons vu. Mais si finalement vous voulez dormir à la belle étoile aux Caraïbes, c’est votre affaire ! Simplement, sachez que nous n’acheminons pas les abonnements jusque là.
[3 numéros d’essai gratuits + une réduction de 53% sur le prix annuel au numéro : profitez de notre offre spéciale nouveaux abonnés et prenez le temps de découvrir MoneyWeek sans engagement. Pour en savoir plus…]

* Pour le calcul du prix du m2 en once d’or, nous sommes partis :
– Du prix de l’or source Banque de France
– De l’indice du prix des logements en France source INSEE
Conformément au tableau des données INSEE Long Terme Series, nous avons tout ramené en base 1 en 2000.
En 2000, l’once d’or valait en moyenne 280 euros et le prix moyen du m2 à Paris s’élevait à 2 800 euros.
Nous obtenons donc une base 10 : 1 m2 vaut 10 onces d’or.


Photo : covilha – Flickr

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Pas de commentaire pour “Ce que nous apprend l’or sur le marché immobilier”

  1. […] Source du graphique: moneyweek.fr […]

  2. Je fais cela depuis 40 ans. C’est Pépère mais le résultat est vraiment surprenant. Bien vu

  3. Sauf que… si on connecte un neurone supplémentaire, on peut vous objecter que :
    1- l’immobilier (et l’argent-monnaie aussi, d’ailleurs) se loue, au contraire de l’or. Pour comparer les performances passées de ces deux investissements, il faut donc intégrer les revenus du loyer, mettons 4 à 8% selon les époques et le bien. Sur 50 ans, ça change tout…
    2 – selon la formule habituelle, « les performances passées…. etc »
    3 – j’aurais été curieux de connaître vos sources exactes pour les données de base : c’est en monnaie constante?

  4. oui je suis d’accord…l’once d’or monte plus vite que l’immobilier c’est ce que j’avais montré dans un de mes récents posts ou j’avais trouvé qu’il Il fallait 25 lingots d’or pour acheter une maison de 120 m2 en France en décembre 2005 et plus que 7 maintenant, en décembre 2010!
    Il fallait 46 lingots d’or pour acheter un appartement de 100 m2 dans une ville dense (> 12.000 hab/km2) et plus que (!) 18 maintenant, en décembre 2010! (voir : http://lapleineconscience.com/2010/12/01/pleine-conscience-de-la-crise-1-le-rapport-orimmobilier/)

    votre proposition de plan génial est alléchante, mais comment détermine t-on le moment où l’on vend l’or pour rembourser le prêt ?
    « dès que les taux d’intérêt vous garantissent que votre épargne en liquide ne sera pas punie » est un peu flou..
    non?.

Laissez un commentaire