L’hydrogène, une source d’énergie ni abondante, ni gratuite, ni illimitée

Rédigé le 4 juillet 2016 par | Matières premières & Energie Imprimer

Dans la Quotidienne de vendredi, nous avons vu que l’hydrogène est une énergie propre intrinsèquement difficile à stocker.

Au cours des vingt dernières années, les chercheurs ont identifié de nombreuses pistes pour remplacer le vénérable stockage sous pression. La technique du stockage dans des hydrures métallique est depuis sortie des laboratoires et est désormais utilisée dans des produits commerciaux.

Penchons-nous aujourd’hui sur la seconde problématique liée à l’utilisation de l’hydrogène comme énergie : sa production.

Pour commencer, tordons le cou à un mythe trop souvent entretenu par la presse généraliste dans ses articles sur l’hydrogène.

L’hydrogène n’est pas une source d’énergie

Certes, l’hydrogène est présent en quantité astronomique sur notre planète — c’est d’ailleurs l’élément chimique le plus abondant dans l’univers. Et certes aussi, le soleil nous éclaire grâce à la fusion de son hydrogène.

Sur notre planète, toutefois, l’hydrogène est déjà combiné à d’autres éléments chimiques. Dans une molécule d’eau, deux atomes d’hydrogène sont combinés à un atome d’oxygène.

L’eau est donc une source possible de dihydrogène… A condition de dépenser de l’énergie pour séparer l’hydrogène et l’oxygène de la molécule.

Le dihydrogène ainsi produit pourra être utilisé dans une pile à combustible pour être re-combiné avec de l’oxygène. Cela produira de l’énergie et de l’eau.

Facile, me direz-vous ! Ce processus représente un cycle (eau => hydrogène => eau) qui peut être reproduit à l’infini.

C’est vrai, mais les lois de la physique sont formelles : l’énergie dépensée pour produire du dihydrogène sera toujours supérieure à celle récupérée lors de son utilisation. Dit autrement, la production de dihydrogène se fait à rendement négatif.

Comme pour les taux d’intérêts, produire de l’énergie à rendement négatif n’a de sens que dans des cas bien particuliers. On réserve cette activité aux situations où le côté pratique l’emporte sur le côté énergétique. Dans tous les cas, quel que soit le moyen utilisé pour produire le dihydrogène, la production se fera toujours à perte.

N’écoutez donc pas les sirènes qui vous parlent de l’hydrogène comme d’une source d’énergie abondante, gratuite et illimitée. En dehors de la fusion nucléaire (toujours inexploitable aujourd’hui), l’hydrogène ne peut être utilisé que comme vecteur d’énergie. [NDLR : Nous avions consacré une série d’articles à la fusion nucléaire. Articles que vous pouvez retrouver ici, et enfin ]

Comment se produit l’hydrogène ?

Ironie de l’écologie, la manière la plus simple de produire du dihydrogène est d’utiliser… des hydrocarbures.

Le gaz naturel est très efficace : il est convertible avec un rendement énergétique de 80%. L’intérêt de la conversion est de piéger le carbone contenu dans le gaz naturel directement dans l’usine. Il est alors possible de le stocker dans le sous-sol pour éviter son rejet dans l’atmosphère.

Difficile toutefois d’imaginer une migration du parc automobile à l’hydrogène produit à partir de gaz naturel. Certes, les voitures n’émettraient plus de particules fines ni de CO2 en ville, mais le coût énergétique des déplacements augmenterait instantanément de 20%. Seule une politique de santé publique pensée pour les citadins pourrait conduire à l’adoption de l’hydrogène comme carburant avec ce mode de production.

Au-delà de l’aspect sanitaire local, cela reste un non-sens en termes économiques, énergétiques, et d’écologie globale.

Heureusement pour la filière hydrogène, d’autres sources de production sont possibles… et c’est ce que nous verrons dès demain dans la Quotidienne.

Mots clé : - -

Etienne Henri
Etienne Henri
Il sélectionne les dossiers d’investissement en financement participatif du service Profits Réels.

Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.

Un commentaire pour “L’hydrogène, une source d’énergie ni abondante, ni gratuite, ni illimitée”

  1. La production de H2 peut se faire via une réaction de fragmentation de l’acide formique grâce a un catalyseur a base de Ruthenium. L’acide formique étant une ressource renouvelable, la production de H2 est envisageable.
    De toute évidence Monsieur Henri n’a pas compléter ses recherches. A moins qu’il soit asservit a l’industrie pétrolière. Merci d’éviter la désinformation. Vous devriez avoir honte en tant que scientifique lorsque vous dite :
    « Dans tous les cas, quel que soit le moyen utilisé pour produire le dihydrogène, la production se fera toujours à perte. »

    C’est faux et vous le savez !!

Laissez un commentaire