Quel futur pour les cryptomonnaies ?

Rédigé le 29 janvier 2018 par | A la une, Bitcoin et cryptomonnaies, Nouvelles technologies Imprimer

Les cryptomonnaies ont-elles un futur ? Cette question aurait été sacrilège il y a encore quelques semaines alors que le Bitcoin flirtait avec les 20 000 $. Mais, depuis, la plus célèbre des cryptos a perdu 50% de sa valeur, entraînant toutes les autres monnaies virtuelles dans son sillage.

Les plus récents des crypto-investisseurs – ceux qui se sont jetés fin 2017 sur les cryptos – ont eu le temps de paniquer, et peut-être même de quitter le ring, laissant la place à des investisseurs plus coriaces ou plus expérimentés.

Il est vrai que l’investissement sur les cryptos n’a jamais été un long fleuve tranquille. Un coup d’oeil au cours du Bitcoin depuis cinq ans vous le confirmera.

graph bitcoin COURS btc usd

La crypto est une habituée des passages à tabac et des corrections de 80%.

Les crypto-convaincus rappellent ces précédents épisodes de krach pour prédire une reprise du Bitcoin – et une nouvelle spectaculaire envolée de son cours – dans les semaines qui viennent.

Peut-être ont-ils raison. Peut-être est-ce effectivement pour vous une occasion unique d’acheter du Bitcoin autour de 10 000 $ .

Mais c’est aussi l’occasion de poser quelques questions sur l’avenir du Bitcoin et des cryptomonnaies.

Les cryptomonnaies peuvent-elles concurrencer les monnaies fiduciaires

Je veux bien que ces monnaies alternatives soient l’occasion pour les citoyens de monde entier de reprendre le pouvoir sur la monnaie, de se venger des banques centrales, des gouvernements et des monnaies fiduciaires. Je veux bien que l’idée d’une monnaie décentralisée et échappant aux manipulations étatiques en fassent rêver plus d’un. Après tout, c’est aussi ce mouvement militant et de protestation qui a permis l’éclosion des monnaies locales.

Il y a certainement de la place pour ces monnaies alternatives qu’elles soient locales, virtuelles ou autres.

Mais peuvent-elles vraiment concurrencer le dollar ou l’euro ? Faire jeu égal avec la livre, le yuan ou le yen ?

Très honnêtement, j’en doute. L’avenir me donnera peut-être tort, mais il semble difficile que des monnaies virtuelles puissent réellement menacer les monnaies fiduciaires.

Les unes comme les autres sont imparfaites. Et les unes comme les autres sont en partie opaques, entre les mains d’un groupe de développeurs et de mineurs (c’est largement le cas pour le Bitcoin) ou dans celles d’une société privée. Le meilleur exemple est Ripple, une crypto centralisée et gérée d’une main ferme par la société du même nom, qui en régule la diffusion.

Les récents projets de régulation et d’encadrement aussi bien en Corée du Sud qu’aux Etats-Unis ou en France dessinent un autre avenir pour les cryptos. Un avenir qui devrait voir disparaître nombre d’entre elles tandis que les survivantes – régulées, surveillées voire taxées par les Etats – se développeront en parallèle (mais pas en remplacement) des monnaies fiduciaires pour, par exemple, faciliter les transferts financiers voire suppléer les défauts et défaillances des systèmes bancaires et financiers « officiels ». C’est un phénomène qui se dégage déjà en Asie ou en Afrique où les cryptos en tant qu’outil de paiement et de transferts d’argent ont un bel avenir devant elles.

Il est tout à fait possible que certaines cryptos, endossées et soutenues par de grands sites d’e-commerce ou des unions bancaires, prospèrent elles-aussi rapidement. Je n’ose imaginer la spéculation le jour où des sites comme Alibaba ou Amazon annonceront qu’ils acceptent telle ou telle cryptomonnaie.

Quelle valeur pour les cryptomonnaies ?

La valorisation d’une crypto devrait plutôt se réfléchir en terme de valorisation du projet ou de l’entreprise qu’elle accompagne. Nous l’avons souvent dit dans ces lignes, la technologie de la blockchain, sur laquelle repose la très grande majorité de ces nouvelles monnaies, a un avenir économique réel.

Encore faut-il estimer au plus juste cet avenir économique et technologique, et le confronter aux valorisations actuelles affichées par certaines cryptos.

Le projet du Bitcoin vaut-il vraiment 10 000 $, 20 000 $ voire 50 000 $ ou plus ? Quelle est la part de pure spéculation et celle de valorisation réelle dans son prix actuel ?

Si, pour le Bitcoin, la réponse est sujette à débat, pour certaines monnaies virtuelles, elle est vraiment facile : quelle est la valeur du Dogecoin, une crypto imitant le Bitcoin et lancée comme une plaisanterie ? Nulle… à part le prix de l’humour de son créateur.

Allons même un peu plus loin. La véritable valeur, celle que les investisseurs devraient prendre en compte, c’est justement celle du projet ou de l’entreprise derrière une crypto.

Il ne faudrait donc pas se concentrer sur le « jeton » qui n’est, au fond, qu’un moyen d’investir sur cette entreprise (lors des levées de fonds en cryptomonnaies, les ICO) ou de rémunérer les personnes participant activement au développement de la crypto (les mineurs, par exemple, dans le cas du Bitcoin).

Si une entreprise utilisant la blockchain et une cryptomonnaie a une excellente idée, un excellent business model, alors, oui, la valorisation de cette crypto peut être justifiée.

Les exemples de ce genre ne manquent pas. Je pense par exemple à l’intéressant projet de Kodak dont vous parlait récemment Sam Volkering qui a lancé une blockchain, une crypto et une plateforme facilitant le respect du droit d’auteur et la rémunération des photographes et autres créateurs de contenu visuel. Le projet n’en est qu’à ses débuts, mais il répond à une demande et pourrait s’imposer dans les années qui viennent.

Des milliers d’autres projets existent : dans le domaine de la finance bien sûr, mais aussi de l’assurance, de l’énergie, de l’art. Pour le suivi des médicaments. Ou encore pour accompagner les élections, etc. Parmi ces projets, certains vont échouer mais d’autres vont réussir et rencontrer leur public. Les « jetons » issus de ces projets devraient donc en refléter la réussite. [NDLR : C’est sur ce genre de cryptos que vous propose de miser Florian Darras dans Cryptos Trading. Des projets qui ont déjà permis de dégager des gains à trois chiffres. Pour en savoir plus…]

Mais là encore, il n’y a sûrement pas de quoi justifier la valorisation de certaines cryptos reposant sur du néant, ou presque. Des cryptos qui ne soutiennent aucun projet viable. Qui ne répondent à aucun besoin, outre celui de la pure spéculation.

Vous pourriez donc vous dire que l’avenir des cryptos est clair comme de l’eau de roche : ne vont se maintenir que celles qui reposent sur un projet et une entreprise qui vont réussir.

C’est presque vrai, cher lecteur, mais il ne faut pas oublier un paramètre. La spéculation… et donc l’appât du gain. Et c’est ce que je vous propose de voir dès demain dans La Quotidienne.

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Un commentaire pour “Quel futur pour les cryptomonnaies ?”

  1. On mélange un peu trop Crypto »monnaie » et Blockchain. L’un repose sur l’autre et non l’inverse.
    La Blockchain a donc un avenir certains au sein des entreprises …. elle sera d’ailleurs « métier ». Et ce n’est pas pour autant que, les « cryptos » auront elles, un avenir!
    Leurs multiplications dessinent leur disparition! De tous les arguments évoqués en leur faveur, peu résistent à une étude précise, en dehors de pouvoir échapper aux Etats! ( et encore!)
    Faisons confiance à ces derniers …. toute atteinte à la monnaie d’un Etat est une atteinte au-dit Etat!
    La sécurité des crypto …. laquelle ? On a vu déjà quelques millions s’évaporer! Les mécanismes de crypto peuvent être blindés … et alors? Votre porte est blindée et comporte 7 ou 9 encrages ? Mais n’y a t-il pas d’autres points d’entrée chez vous?
    Et sur quoi repose ces monnaies. Sur rien. On fait de la monnaie avec rien. Elles ne circulent qu’à 20%, les 80 autres % sont bloqué au chaud dans une soupière informatique! Donc rareté volontaire et organisée = pure spéculation. On vend une poignée de BTC pour acheter autre chose ( Des Nems …. pas au resto chinois . et qui ne valent pas un IOTA.) qui repose aussi sur rien et qui, rangés dans la soupière va prendre de la « valeur » en raison de sa « rareté »…….
    Multiplication des crypto, fausse sécurité, spéculation organisée …… serait-ce cela la monnaie de demain ?
    Enfin, petit clin d’œil , rappelons que deux à trois instructions informatiques sont capables de remplacer tout ou partie de « 1 » en « 0 » ET/OU réciproquement . Il faut juste (et il suffit) de trouver le point d’entrée. On peut faire aussi confiance à quelques informaticiens pour faire joujou ……. et pourquoi pas les mêmes qui sont à l’origine des crypto…
    Car au final, qui sait avec précision comment cela fonctionne en dehors des géniteurs? On en connaît les généralités , mais dans le détail … au Bit près …. que d’chi ????????

Laissez un commentaire