Les fondements de la révolution énergétique américaine

Rédigé le 12 septembre 2013 par | La quotidienne Imprimer

Au Texas en ce moment, on ressent une confiance absolue et inébranlable dans le concept d’une révolution énergétique américaine. Des profondeurs des réserves à la richesse de l’énergie, une incroyable transformation est en cours.

Nous évoquons depuis un certain temps déjà l’impact important de la production pétrolière des Etats-Unis. Mais aujourd’hui, on parle de plus en plus de l’huile et du gaz de schiste. Au forum de l’énergie Morgan Stanley qui s’est tenu à Houston en août, le directeur de recherches John Derrick et le gestionnaire de portefeuille Evan Smith ont déclaré que le schiste argileux était le sujet dominant.Une région à l’origine de cette tendance innovante se situe seulement à quelques heures de notre siège. Il s’agit du bassin Permien qui s’étend sur l’ouest du Texas et le sud-est du Nouveau Mexique, couvrant ainsi une énorme surface. Trois sous-ensembles le composent : le bassin de Delaware à l’ouest, le bassin Central et le bassin de Midland à l’est. Si l’on considère l’ensemble des deux bassins Eagle Ford et Bakken et le bassin Permien, on voit que les deux premiers entrent dans le troisième.

Bassin Permien

Cette étendue est connue depuis longtemps par l’industrie pétrolière : les compagnies forent le bassin Permien depuis presque un siècle.

Dans les années 1970, la production pétrolière atteignait deux millions de barils par jour mais elle a chuté à 800 000 barils par jour en 2007. Non parce que les puits de pétrole s’étaient asséchés mais plutôt parce que les compagnies ne pouvaient plus atteindre les ressources. Mais depuis l’introduction de nouvelles technologies d’extraction, la production pétrolière est passée à 1,2 million de barils par jour en 2012.

Plus il y a de données publiées, plus je suis convaincu que cette incroyable croissance perdurera. Selon Tudor Pickering Holt & Co., d’ici 2025, la production pétrolière devrait plus que doubler, à plus de trois millions de barils par jour. C’est environ autant que ce que produit aujourd’hui le Koweït, troisième plus important producteur de pétrole de l’OPEP.

Bassin Permien

On estime également que la production de gaz dans le bassin permien augmente significativement : elle est passée d’environ 120 000 mètres cubes par jour à plus de 200 000 mètres cubes par jour.

Question investissements, « le Permien est à totale maturité en ce moment même », déclare Global Hunter Securities. Selon l’entreprise, sur la base d’une année complète, si vous aviez investi dans les entreprises pure players, telles que Concho Resources (CXO), Diamondback Energy (FANG) et Pioneer Natural Resources (PXD), dont la base de ressources se trouve dans la zone permienne, votre portefeuille aurait augmenté du taux incroyable de 39%.

Pour comparaison, au cours de la même période, le SPDR S&P Oil & Gas Exploration & Production ETF (XOP) n’a augmenté que de 15%. L’indice S&P 500, qui a très bien performé jusqu’ici, a augmenté de 16%.

Pioneer est détenu depuis longtemps dans le portefeuille Global Resources Fund (PSPFX), et a représenté un gros bénéfice pour le fonds avec son très beau rendement de près de 60% cette année. Nous continuons d’être haussiers sur cette entreprise du fait de sa présence importante sur le bassin Permien. Selon Global Hunter, Pioneer possède une base de ressources nette d’environ sept milliards de barils d’équivalent pétrole à travers plus de 40 000 zones de forage sur le bassin permien. Ces énormes ressources représentent des décennies de forage pour les années à venir.

Ici, à San Antonio, j’ai personnellement été témoin de divers bénéfices économiques, qui ont des répercussions positives pour tous les Etats-Unis. Localement, on a assisté à une rapide monétisation des actifs énergétiques. Les entreprises ont constitué une expertise incroyable et ont créé un nombre croissant d’emplois à hauts salaires. Pour le reste du pays, les effets d’un gaz meilleur marché et d’une énergie tout de suite disponible créent un énorme potentiel pour des Etats-Unis plus compétitifs.

Certains investisseurs malins ont déjà su tirer avantage de cette incroyable transition énergétique du pays. Ne la ratez pas vous non plus.

Conférence Bourse

Pour aller plus loin aujourd’hui : comment investir dans le gaz de schiste ?
– Chris vous a donné quelques pistes de sociétés. De mon côté, je voudrais vous soumettre la méthode que nous avons appliquée dans Défis & Profits. Ce n’est peut-être pas la meilleure des méthodes d’investissements, mais elle a fait ses preuves. Au fil des recommandations, nous avons investi sur toute la chaîne de production du gaz ou du pétrole de schiste, de la prospection, au transport en passant par l’extraction et le recyclage des eaux usées.

La raison de cette stratégie est la diversification. Notre objectif est d’éviter des pertes trop importantes si la prospection pétrolière et gazière aux Etats-Unis recule — ce qui a par exemple été le cas alors que le cours du gaz s’est effondré et que de nombreux projets ont été mis en suspens.

Une société qui fait de la prospection sismique comme CGG, une des valeurs de Défis & Profits, profite non seulement de la reprise de la prospection en eaux profondes mais aussi du développement des gaz de schiste.

CGG s’est en effet fait une spécialité d’aider les sociétés impliquées dans l’exploitation des énergies du gaz et pétrole de schiste pour mieux exploiter les réserves, mais aussi réduire les risques environnementaux lors du forage horizontal et des opérations de fracturation hydraulique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le respect des normes environnementales va devenir un pré-requis pour l’industrie des gaz de schiste.

Mots clé : - - - -

Chris Mayer
Chris Mayer
Rédacteur en Chef de Capital & Crisis et Crisis Point Trader

Chris Mayer s’occupe de la lettre d’information Capital & Crisis, ainsi que du système de trading Crisis Point Trader. Ses analyses pertinentes et précises des problématiques financières ont été reprises souvent dans de nombreuses publications, et notamment dans le très réputé Grant’s Interest Rate Observer.

Laissez un commentaire