Le feuilleton des élections françaises sous l’œil des marchés

Rédigé le 6 mars 2017 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Cher lecteur,

Alors que la campagne présidentielle française s’enfonce dans une déconcertante absurdité, quelle est la réaction des marchés ?

Je rappelle que les marchés sont essentiellement guidés par une vision externe, très influencées par les médias anglo-saxons. Ne vous attendez donc pas à ce qu’ils partagent vos opinions sur ce qui se déroule avant le passage aux urnes.

Leur vision est assez simple : tout sauf Le Pen – et son programme anti-euro. La plupart d’entre eux n’ont jamais entendu parler de Mélenchon, ce qui leur évitera de se faire du mouron à ce sujet aussi.

Espérons aussi qu’ils n’aient pas eu vent de la proposition de Benoît Hamon de restructurer une partie de la dette française…

D’ailleurs, cette histoire de restructuration, est-ce une bonne idée ou pas ? Cela va peut-être vous surprendre, mais Simone Wapler est plutôt pour. A certaines conditions… qu’elle vous explique dans La Chronique Agora.

Mais revenons à l’idée que se font les marchés du paysage politique français et des prochaines élections. Le Pen, nous l’avons vu, est leur épouvantail. Tout candidat – plutôt à droite – qui pourrait la battre fait donc leur bonheur, que nous parlions de Fillion (avant l’affaire Penelope) ou Macron.

Les déboires judiciaires de François F. les a donc sérieusement inquiétés. Comment le savons-nous ? En regardant l’écart (le spread) entre les obligations françaises et allemandes. Plus il est grand, plus l’inquiétude monte.

L’atomisation du parti LR a donc de quoi leur donner quelques aigreurs d’estomac.

Un coup d’oeil au spread ?

SPREAD

Le feuilleton de la campagne étant très loin d’être terminé, les marchés auront tout le loisir de bouder un peu plus les obligations françaises.

En parallèle, les investisseurs sont de plus en plus nombreux à parier sur des départs de la zone euro. C’est ce que rappelait Simone dans La Chronique :

« Sentix – un cabinet d’étude allemand spécialisé dans la finance comportementale – sonde régulièrement des investisseurs institutionnels sur l’euro et publie un indice d’éclatement de l’euro (Euro Break-up Index).

Le dernier en date, celui du 27 février, montre une forte progression de l’euroscepticisme.

SENTIX

‘La crise de l’euro ne s’est jamais complètement effacée ces dernières années et cela devient apparent ces derniers jours. Plus de 25% des participants à l’enquête Sentix pensent qu’au moins un État membre quittera la monnaie unique. Notre indicateur a bondi à des niveaux déjà atteints au moment de la surprise du Brexit en juin 2016. A cette époque, l’indicateur atteignait 27,5%’ note le cabinet d’études.

Voici l’allure des sous-indices France et Italie :

SENTIX ITALIE

Petit conseil, préparez à la disparition de l’euro tel que nous le connaissons. Simone vous en dit plus ici…

Autre feuilleton : celui de la hausse des taux par la Fed. Vendredi dernier, Janet Yellen a confirmé que la Banque centrale américaine avait bien mis au programme un nouveau relèvement de ses taux, probablement dès ce mois-ci. Les marchés américains sont restés assez impassibles à cette nouvelle.

Du côté français, c’est le haletant feuilleton des 5 000 points sur le CAC 40 qui a atteint un premier dénouement vendredi dernier. Un niveau qui n’avait plus été touché depuis août 2015 – juste avant que la Chine dévalue le yuan et que les marchés boursiers plongent.

Les 5 000 points et maintenant ? C’est la question à laquelle répond Gilles Leclerc dans son analyse hebdomadaire du CAC 40. A lire sur le site de La Bourse au Quotidien.

Et dans la Quotidienne du jour ? Etienne Henri vous explique comment profiter de l’État-actionnaire. L’État est peut-être très mauvais investisseur mais vous pouvez, vous aussi, en profiter.

Bonne lecture et à demain.

Cécile Chevré

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’EPHE et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’INTD. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Laissez un commentaire