Quand l’Ether encaisse une baisse de 99,97% !

Rédigé le 28 juin 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

Le 22 mai dernier dans Crise, Or & Opportunités, je vous mettais en garde quant au risque que représentent les monnaies virtuelles. Mercredi dernier, 21 juin, beaucoup d’aficionados de la blockchain Ethereum sur laquelle repose la cryptomonnaie Ether ont connu une très très mauvaise journée.

Celle-ci fait d’ailleurs suite à une précédente émotion survenue le 14 juin. Le moins que l’on puisse en dire est qu’il ne faut pas être cardiaque pour jouer à ce jeu. Je dis jeu volontairement car rien, absolument rien, ne guide ces mouvements chaotiques que les émotions des joueurs.

Ether

Le 14 juin, le cours de l’ether vis-à-vis du dollar américain (ether/dollar) avait déjà connu une chute significative et non expliquée. Après un plus haut à 353,78 $ les cours touchaient en journée 254,88 $ avant de rebondir pour revenir près du prix d’ouverture. Dans cette journée, l’excursion des prix représentaient près de 28% du cours d’ouverture. Belle volatilité !

Le 21 juin, le scénario est assez similaire, mais cette fois la volatilité est inégalée pour ne pas dire maximale. En effet à 12h30, heure de San Francisco, un opérateur inconnu lançait via le « courtier » en monnaies virtuelles américain GDAX, une avalanche d’ordres (l’équivalent de plusieurs millions de dollars) de vente entre les seuils 317,81 $ et 224,48 $ (voir tirets horizontaux en bleu sur le graphique ci-dessous). Ces ordres rencontraient de nombreuses contreparties à l’achat dont 800 ordres de protection (ordres stop).

Les portefeuilles insuffisamment garnis faisaient immédiatement l’objet d’appels de marge de la part du « courtier » comme il est de coutume dans ces circonstances. A l’instar d’une boule de neige lancée du haut de la colline, les liquidations ont engendré des baisses de prix et de nouvelles liquidations sont venues grossir le flot des ventes alimentant à leur tour la baisse du cours.

Au final le prix s’est arrêté à 0,10 $ avant de rebondir quelques instants avant que GDAX ne bloque les transactions le temps d’investiguer si le système pouvait être mis en cause.

Une baisse donc de 99,97%. Mazette !

Ether

Le système lui-même n’est pas en cause. La conclusion de GDAX est claire, tout a fonctionné à merveille ajoutant : « il est important de noter que ces transactions sont définitives, conformément à nos règles de négociation GDAX (section 3.1). Honorer correctement des ordres exécutés est essentiel pour maintenir l’intégrité d’une place d’échanges« .

Bien évidemment la colère des clients s’est fait entendre immédiatement. La puissance de celle-ci était à la hauteur de leur soif de profit. Le casino doit rembourser !

GDAX est aujourd’hui un opérateur important sur ce marché des jeux à base de transactions de monnaies virtuelles. Il ne s’agit donc pas de prêter le flan à la concurrence en traitant les clients par le dédain. Aussi vendredi dernier, 23 juin, GDAX annonçait son intention d’indemniser certains clients : ceux qui avaient un ordre de protection placé dans cette zone retrouveraient leurs économies. De toute façon, en les gardant en vie financièrement, ces clients continueront ainsi de rapporter une rente à GDAX.

Sur les forums, les explications sur l’origine de cet « incident » vont bon train. En revanche personne n’imagine un instant qu’un « joueur » disposant d’un gros capital et connaissant parfaitement les règles de fonctionnement de ces sites de négociations puisse avoir tenté une belle opération : tapis !

Cet « incident » ne sera pas le dernier. Faites un tour sur les forums : vous y découvrirez un engouement qui ressemble étrangement à celui que nous avons connu en 2000.

Ether

Tout le monde commence à en parler. Le sujet est abordé dans des forums qui n’ont absolument rien à voir avec les monnaies virtuelles. Les performances passées attirent les joueurs en mal de gain rapide quel qu’en soit le risque.

Une bulle se forme, une de plus !

Mots clé : -

Yannick Colleu
Yannick Colleu
Ingénieur

Yannick Colleu, de formation Ingénieur et IAE de Paris, est l’auteur d’un guide reconnu sur l’investissement aurifère : Guide d’investissement sur le marché de l’or (éditions Gualino – 2008). Il a également signé l’ouvrage Investir dans les métaux précieux- Le guide complet  aux éditions Eyrolles (2014).
En phase avec les grandes idées d’investissement des Publications Agora, il intervient régulièrement dans nos chroniques et lors de nos conférences. Spécialiste des métaux précieux, Yannick Colleu est notamment rédacteur de la rubrique « Le coin du physique » de Crise, Or & Opportunités

Laissez un commentaire