Les entreprises technologiques britanniques favorables au Brexit ? Jamais de la vie…

Rédigé le 22 juin 2016 par | Macro éco et perspectives, Nouvelles technologies Imprimer

Je commencerai ma chronique de ce jour sur un potentiel Brexit par une citation. Il s’agit du contenu publié par Iain Black sur Facebook et qui est devenu viral :

Je sais qu’il y a des problèmes avec l’UE mais quelqu’un peut-il m’expliquer clairement ce qui est prévu si on en sort ?

Nous avons tous rencontré un jour un type dans un bar qui nous a dit : « ça pue ici, tirons-nous ailleurs. »

Mais lorsque vous partez, vous vous rendez compte qu’il n’a aucune idée de l’endroit où aller et que vous ne pouvez plus revenir à l’endroit où vous étiez.

Sans un véritable plan de suivi, un vote pour sortir de l’UE verrait le Royaume-Uni finir dans un kebab se demandant la faute à qui.

Qu’est-ce que cela a à voir avec les entreprises technologiques ? En fait, Iain Black résume le sentiment de beaucoup de monde envers le Brexit. Le secteur technologique du Royaume-Uni soutient avec passion le vote « Remain » (le maintien au sein de l’UE) – entre 70% et 87% selon plusieurs sondages.

Pourquoi ? Voici un échantillon des réponses des sondés : – Accès à un grand marché unique, avec des régulations harmonisées – Libre circulation des travailleurs, ce qui donne accès à une main-d’oeuvre de talent – Avoir « un siège à table » – Stabilité et sécurité

Mais qui s’intéresse à ce que pensent les experts en technologie ?

Soyons clairs : la technologie est une industrie qui compte (énormément) dans l’économie britannique. Elle représente un chiffre d’affaires de plus de 100 milliards de livres sterling par an et plus d’un million d’emplois. Ce secteur affiche une croissance supérieure en dizaines de pourcents par rapport à l’économie dans son ensemble.

Brexit : Pourquoi le secteur technologique est si important pour l’économie britannique

Comment est-il parvenu à ce point de développement ? En fait, le Royaume-Uni est actuellement un super endroit pour établir une entreprise technologique. Le pays capte un tiers du capital risque total investi dans l’économie technologique de l’UE. Londres est aujourd’hui la capitale mondiale des fintech, devançant même les Etats-Unis.

Même « l’Establishment » a remarqué ce qui a été accompli. Le choix des récents médaillés lors de la cérémonie des Queen’s Birthday Honours montre à quel point la technologie compte dans l’entreprise Grande-Bretagne.

L’une des personnes récemment décorées est Mike Butcher, de TechCrunch. Pour ceux qui ne connaissent pas TechCrunch, il s’agit d’un blog qui poste des informations sur ce qui se passe dans les entreprises technologiques – les embauches, les renvois, les levées de fonds et les caractéristiques, plus un peu de futurologie et quelques chroniques et commentaires.

Mike a ainsi acquis un statut inhabituel, non officiel, comparable à celui de la Reine : il est devenu une figure de proue de l’industrie technologique.

J’ai récemment rencontré Mike lors de la cérémonie des Europas Awards, la plus importante et la plus prestigieuse du secteur. Personnellement, je ne suis pas fan de ces cérémonies de récompenses. Typiquement, il s’agit de s’auto-congratuler, c’est très narcissique – tout en faisant un bon repas.

Néanmoins, cela offre une très bonne vision transverse de l’industrie. Lorsque je me rends à ce genre d’événements, j’en apprends souvent moins de ce qui se dit que de l’atmosphère qui y règne : comment sont habillés les gens ? Sont-ils timides ou sûrs d’eux ? Qui applaudissent-ils ? De quoi parlent-ils autour d’un verre ?

Au début de la cérémonie, Mike a clamé haut et fort son soutien à la campagne du « Remain ». Un grondement d’assentiment s’est fait entendre dans le public. Il n’y a pas eu de huées – malgré l’alcool. Et ce n‘était pas là une marque de respect poli, cela ressemblait plutôt aux acclamations d’une équipe de foot. C’était un soutien collectif, véritable, passionné pour le camp du « Remain ».

Ce sentiment s’est répété lors de tous les événements technologiques auxquels j’ai assisté, sans exception. Le soutien pour le « Remain » est constant et majoritaire. Ceux qui discutent du Brexit le font avec consternation et perplexité – il y a une réelle peur des conséquences pour le secteur.

Pourquoi ce soutien est-il si majoritaire ? Certains facteurs sont évidents. La communauté tech est jeune, urbaine, basée à Londres et instruite – tous ces facteurs correspondent fortement à un soutien du « Remain. » Mais cela explique-t-il ce mouvement massif, majoritaire ? Je ne le pense pas…

Alors qu’est-ce qui l’explique ?

Selon moi, il existe un facteur supplémentaire, essentiel. La migration européenne a eu un effet transformationnel sur le secteur technologique britannique. L’industrie récolte les bénéfices d’une politique d’ouverture des frontières, très controversée au Royaume-Uni.

Andrew Lockley

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire