Solaire, intelligence artificielle, Internet des objets… 7 nouvelles technologies à mettre en portefeuille

Rédigé le 14 novembre 2016 par | Nouvelles technologies Imprimer

Salon Actionnaria

Quand l’on se penche sur l’histoire de l’économie mondiale depuis la révolution industrielle, les domaines où l’on trouve les meilleurs investissements sautent aux yeux. Pour faire de véritables profits, il faut se positionner sur ce que j’appelle des « mégatendances ». Les transformations mondiales persistantes qui créent, les unes après les autres, une nouvelle vague d’entreprises spectaculaires.

Je vais vous donner quelques exemples. L’arrivée du moteur à explosion a abouti à l’émergence de géants comme Ford, Standard Oil et Shell. Les produits chimiques nous ont donné BASF et DuPont. Les semi-conducteurs ont fini par nous donner Intel, Facebook et Google.

Toutes les mégatendances ne sont pas directement économiques. Parfois, la technologie qui leur donne naissance n’est qu’un secteur industriel modeste. Un bon exemple est la pilule contraceptive : elle a déclenché d’immenses changements sociaux mais, en comparaison, n’a permis que des profits relativement restreints.

Aujourd’hui, je vais tenter de vous lister quelques-unes des mégatendances qui, selon moi, vont profondément modifier nos sociétés, mais aussi vos investissements. Bien sûr, nous n’avons le temps de parler de chacun de ces sujets que brièvement… Mais nous reviendrons sur ces tendances clés dans les prochaines Quotidiennes.

Pour l’instant, je vais me concentrer sur la technologie et l’ingénierie. La médecine fera l’objet d’une autre Quotidienne.

Un avenir sans conducteurs

Il semble aujourd’hui évident que les voitures sans conducteurs deviendront inévitables d’ici quelques années. Mais les petits véhicules routiers ne sont pas les seuls à être concernés : les camions, les tracteurs, les trains, les navires et les avions suivront, entraînant de belles économies pour les opérateurs commerciaux, ce qui permettra d’ouvrir de nouvelles routes et de nouveaux services.

Paradoxalement, l’émergence des véhicules sans conducteurs signifiera que moins de gens seront propriétaires de leur propre voiture. Les taxis deviendront moins chers, plus sûrs et plus pratiques.

Le solaire

L’énergie solaire sera un domaine immense. A moins d’un coup de chance en matière de fusion nucléaire, c’est l’énergie solaire qui alimentera ce siècle. Son coût chute rapidement, et les énergies fossiles seront bientôt mises à l’écart de notre mix énergétique.

Le mouvement est déjà enclenché à la périphérie. Des applications hors réseau comme les parcmètres, sont en avance sur les autres. Ces appareils utilisent de plus en plus souvent le solaire, parce qu’aucune autre source d’énergie n’a de sens.

De même, la révolution est lancée dans le monde en développement : l’énergie solaire hors réseau fournit de l’électricité aux personnes éloignées de l’infrastructure.

Vous noterez que j’ignore le développement à nettement plus grande échelle d’infrastructures électriques dans le monde développé — parce que ce développement est alimenté par les subventions étatiques.

Dans les pays les plus ensoleillés, ces subventions sont désormais inutiles : l’efficacité du solaire y a tellement progressé que ces aides ne sont plus nécessaires et que ces infrastructures sont enfin rentables par elles-mêmes.

Cette efficacité progresse, et bientôt, dans de nombreux pays, le solaire sera autonome.

Le stockage énergétique

Les livres d’histoire ne parlent pas encore du stockage énergétique. Il est clair que les batteries auront un rôle à jouer dans le stockage à court terme.

D’autres technologies, comme l’air comprimé, pourraient aussi s’avérer très utiles, mais nous aurons besoin de stocker l’énergie solaire pendant tout l’hiver et de la transporter dans le monde entier : notre capacité à transformer la lumière du soleil en carburant chimique sera donc l’une des tendances technologiques les plus importantes du XXIe siècle dans le domaine de l’énergie.

L’hydrogène sera sans doute la colonne vertébrale de ces nouvelles infrastructures, mais nous pourrions aussi voir des carburants plus conventionnels, comme le pétrole, être fabriqués à partir de la lumière du soleil.

L’espace : quel ennui !

Les fusées récupérables de SpaceX annoncent une nouvelle ère, où voyager hors atmosphère sera sûr et peu coûteux. Au départ, il s’agira de mettre des satellites en orbite à des coûts de plus en plus intéressants. Mais ensuite le tourisme, les mines et les voyages intercontinentaux s’engouffreront dans la brèche. Dans les prochaines décennies, le vol spatial pourrait devenir aussi commun et routinier que prendre le métro.

L’intelligence artificielle

Les voitures sans conducteurs ne sont qu’une application parmi d’autres des machines intelligentes. Cette technologie s’infiltre aujourd’hui dans tous les domaines.

Ajouter de l’intelligence artificielle (IA) à des produits électroniques du quotidien est aujourd’hui extrêmement simple — les changements vont donc très vite. Suggestions d’achats, amis suggérés sur les médias sociaux ou autorisations pour un prêt bancaire… toutes ces applications utilisent aujourd’hui les informations fournies par l’IA.

Avec le temps, nous constateront une accélération radicale de cette technologie. Il est inévitable que les ordinateurs dépassent l’intelligence humaine — pas forcément pour toutes les tâches, mais pour nombre d’entre elles.

Même des tâches très qualifiées, dans le domaine légal, par exemple, pourraient être effectuées en grande partie par l’IA. Pourquoi payer un avocat quand un ordinateur est moins cher, plus rapide et plus fiable ?

L’Internet des objets

« L’Internet des objets » est une phrase que l’on entend partout, mais son jour n’est pas encore venu. Cependant, nous nous dirigeons rapidement vers un monde où tout sera en réseau, des voitures aux ampoules.

C’est une excellente nouvelle en matière de contrôle mais, d’un autre côté, il faut se méfier de nouveaux risques liés à la sécurité et à la vie privée. Nous avons déjà vu des frigos envoyer du spam, et des voitures être piratées. Ce nouvel avenir est plein de défis et fait parfois passer 1984 pour le summum de la vie privée.
[NDLR : Comment protéger votre vie privée ou votre entreprise des nouvelles cyber-menaces ? C’est la question à laquelle répond Ray Blanco en vous proposant d’investir sur une entreprise de cyber-sécurité spécialisée dans la lutte contre une des formes les plus courantes — et les plus ravageuses — de cyber-attaques. A retrouver dans le nouveau numéro de NewTech Insider… pour un gain potentiel à 3 chiffres]

La guerre virtuelle

Les premiers combats ont déjà eu lieu. La Russie et l’Estonie se sont livré une petite guerre virtuelle il y a plusieurs années. Le programme nucléaire iranien a été endommagé par une attaque de Stuxnet.

Aujourd’hui, les conflits internationaux se jouent de plus en plus souvent dans le cyberespace.

Ce que nous n’avons pas encore vu, c’est une cyberguerre majeure. Lorsqu’elle adviendra, elle impliquera des black-out à grande échelle et la destruction d’infrastructures bien réelles.

A quoi pourrait ressembler ce genre de conflit ? Des avions pourraient s’écraser. Des barrages pourraient être ouverts, ce qui provoquerait des inondations de très grande ampleur. Les réseaux électriques et de communication pourraient être mis hors service, risquant de faire mourir de faim les habitants des grandes villes.

Dans les cas les plus extrêmes, nous pourrions même imaginer que les armes nucléaires d’un pays soient utilisées contre sa population. Et vous pourriez ne jamais découvrir qui est à l’origine de l’attaque…

Je me doute que j’ai oublié d’inclure certaines grandes tendances technologiques dans cette liste — après tout, l’erreur est humaine et je ne suis pas encore doté d’une intelligence artificielle. Alors, n’hésitez pas à nous envoyer vos propres mégatendances !

Mots clé : - -

Andrew Lockley
Andrew Lockley

Laissez un commentaire