2015, l’année des drones

Rédigé le 24 novembre 2014 par | Nouvelles technologies Imprimer

L’énergie, la surveillance et l’agriculture… 3 secteurs qui ont déjà cédé aux sirènes des drones. Mais l’usage de ces UAV, ces véhicules aériens sans pilote, ne se cantonne pas à ces secteurs.

A ces grands usages, on peut ainsi ajouter, à la marge :
la communication/information/médias : l’utilisation de drones équipés de caméras ou d’appareils photographiques s’est récemment répandue. Télévision, cinéma, films promotionnels, retransmissions sportives… les drones concurrencent sérieusement les prises de vues par avion ou hélicoptère pour des raisons à la fois techniques et économiques ;

les usages environnementaux : surveillance de la faune et de la flore, observation des phénomènes physiques et météorologiques ;

les loisirs : utilisés comme jouet pour petits et grands enfants, le drone a aussi de quoi séduire. Le Français Parrot a fait parler de lui en 2010 en lançant un des premiers drones ludiques, l’AR.Drone. Ce petit appareil capable de prendre des photos ou des vidéos s’est vendu à plus de 700 000 exemplaires depuis son lancement ;

Vous en avez certainement entendu parler, des sociétés comme Amazon ou Google ont fait la Une des médias en annonçant à grand renfort de flonflons des projets de livraison de colis par drones

les services, la livraison : vous en avez certainement entendu parler, des sociétés comme Amazon ou Google ont fait la Une des médias en annonçant à grand renfort de flonflons des projets de livraison de colis par drones. Des annonces clairement à ranger dans la catégorie publicitaire/marketing.

Mais DHL a mis en place le premier projet concret de livraison via UAV. Fin 2014, la société devrait livrer les premiers colis de médicaments aux habitants de l’île de Juist en mer du Nord… Le début d’un nouveau mode de livraison pour les lieux isolés ? Possible…

Un marché en pleine floraison
Le véritable relai de croissance est donc le domaine des drones civils. Sa part dans le marché des drones va progresser dans les années à venir jusqu’à atteindre les 20% d’ici 2021, contre environ 3% aujourd’hui.

Le marché américain des drones civils pèsera 80 milliards de dollars à lui seul sur la période 2015-2025

Selon une étude du cabinet Frost & Sullivan, cela représentera 2 milliards de dollars. Une étude de l’AUVSI révèle quant à elle que le marché américain des drones civils pèsera 80 milliards de dollars à lui seul sur la période 2015-2025.

Les Etats-Unis devraient d’ailleurs rester le principal avec 77% de la demande mondiale au moins jusqu’en 2020.

En France, la Fédération professionnelle du drone civil (FPDC) voit grand. Alors que le marché français pesait moins de 100 M€ en 2013, il devrait passer à près de 300 M€ en 2015, créant au passage entre 5 000 et 7 000 emplois d’ici 2018. Aux Etats-Unis, les créations d’emplois sont estimées à 70 000 dans les 3 ans suivants l’autorisation légale des drones civils et 100 000 dans la décennie.

Pour l’instant, la France a une législation particulièrement innovante en matière de drones

2015, l’année où tout peut changer
Pour l’instant, la France a une législation particulièrement innovante en matière de drones. Alors que de nombreux pays limitent voire interdisent les vols de drones civils sur leur territoire (questions de sécurité, de protection de la vie privée, de cohabitation avec d’autres engins volants), la France a légiféré très tôt, dès 2012, sur l’utilisation de drones civils sur son territoire.

Du coup, cela a posé très clairement le cadre réglementaire et a encouragé leur utilisation et leur développement : « L’absence de réglementation freinait le décollage des drones civils et son adoption en avril 2012 a ouvert de nouveaux horizons », confirme Jean-Marc Masenelli, directeur de Survey Copter, une filiale du groupe EADS, à Challenges. Certes, les drones sont très encadrés.

Quatre scénarios d’utilisation de drones ont été définis et les autorisations de vols sont délivrées par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Je vous renvoie à l’article que j’avais consacré à a législation française sur les drones et que vous pouvez retrouver ici.

La récente affaire du survol des centrales nucléaires françaises pourrait cependant pousser les autorités françaises à renforcer leur législation

La récente affaire du survol des centrales nucléaires françaises pourrait cependant pousser les autorités françaises à renforcer leur législation et surtout à réfléchir à des dispositifs anti-drones pour protéger des sites sensibles ou stratégiques.

Au niveau européen, une législation est attendue pour 2015-2016, et devrait normalement réglementer le vol des drones supérieurs à 25 kg et le vol en plus haute altitude.

Les Etats-Unis, avec du retard sur la France (signalons- le, c’est tellement rare !) se penchent enfin sur le cadre légal. La FAA, la Federal Aviation Administration, a d’ores et déjà délivré des autorisations très ponctuelles, comme celle accordée à BP pour utiliser des drones en Alaska.

Mais la vraie grande loi sur les drones devrait voir le jour l’année prochaine

Mais la vraie grande loi sur les drones devrait voir le jour l’année prochaine. 2015 sera donc une grande année pour les drones civils et les constructeurs de drones américains qui vont voir un tout nouveau et énorme marché s’ouvrir à eux.

Je vous rappelle que les Etats-Unis représenteront à eux-seuls les trois-quarts du marché mondial des drones civils à la fin de la décennie. Les choses étant bien faites, c’est donc sur un constructeur de drones américain en plein virage vers les usages civils que je vous ai recommandé d’investir dans Croissance & Opportunités !

Mots clé : - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’EPHE et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’INTD. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Laissez un commentaire