Dérivés : un marché de 708 000 milliards de dollars, soit onze fois le PIB mondial !

Rédigé le 22 mars 2012 par | La quotidienne Imprimer

Quand on compare le montant nominal des produits dérivés OTC (over-the-counter) de 708 000 milliards de dollars (583 000 milliards en juin 2007) avec le PIB mondial d’environ 62 000 milliards, on comprend très vite l’énorme risque que représente ce secteur pour les marchés financiers.

En dépit de la crise financière, ce secteur de la finance continue de croître de façon exponentielle par rapport à l’économie réelle. Le plus grand problème posé par les produits dérivés est le manque de liquidité de la plupart d’entre eux. On peut maintenant se poser la question de savoir quand sera atteint le million de milliards ?

Graphique des montants global du marché des dérivés

La Banque des règlements Internationaux (BRI) a publié un montant global du marché des dérivés au 30 juin 2011 : tous types de contrats confondus, la valeur nominale à fin juin a augmenté, en six mois, de 107 000 milliards de dollars. La valeur du marché brut, qui mesure le coût total de replacement de tous les contrats existants et qui permet de mieux apprécier le risque que la mesure en valeur nominale, a baissé de 1 800 milliards, s’établissant à 19 500 milliards (juin 2007 : 24 700 milliards), ce qui est considérablement plus que le PIB des Etats-Unis (15 000 milliards de dollars).

Les souscriptions de contrats à terme et optionnels sur les taux d’intérêt ont crû très rapidement depuis le début du millénaire. La BRI s’abstient de tout commentaire sur ces évolutions, mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il apparaît clairement que toutes les déclarations proposant de réglementer les marchés financiers sont des paroles en l’air. Tout contrôle des activités spéculatives et la limitation de leurs excès restent une vue de l’esprit.

Conclusion : l’ampleur des montants échangés sous forme de dérivés reflète le niveau important de risque que les acteurs du marché sont prêts à prendre. Les marchés financiers jouent à la loterie en faisant des paris sur le futur et ne remplissent plus leur rôle d’encadrement du risque. Malgré la crise des marchés financiers, au second semestre 2011, qui a accru l’aversion au risque, le montant des positions ouvertes reste encore très élevé et pourrait très bien être la source de quelques nouvelles crises, encore plus mauvaises que les précédentes.

Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d’expérience des marchés et de l’économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de

Mots clé : - - - -

Un commentaire pour “Dérivés : un marché de 708 000 milliards de dollars, soit onze fois le PIB mondial !”

  1. […] Je vous conseille d’ailleurs cet article d’Eberhardt Unger paru dans La Quotidienne d’Agora sur les produits dérivés qui représentent onze fois le PIB […]

Laissez un commentaire