Quelles conséquences aura pour vous la crise politique allemande ?

Rédigé le 21 novembre 2017 par | A la une, Macro éco et perspectives Imprimer

La crise politique allemande a l’air d’être partie pour durer. Après l’échec d’Angela Merkel (CDU-CSU) à former une alliance avec les Verts et le FDP (libéraux), le pays se retrouve sans gouvernement.

Ce blocage est la conséquence directe de la victoire en demi-teinte de Merkel lors des élections législatives de septembre dernier. Son parti, le CDU-CSU, bien qu’en tête des élections, avait enregistré son plus mauvais score depuis la Seconde Guerre mondiale. Et la montée du parti populiste, et anti-européen, l’AfD, n’avait échappé à personne.

Pour constituer une alliance majoritaire au Parlement, Merkel s’était donc tournée vers les libéraux et les Verts mais les discussions entre les trois partis ont achoppé sur des questions comme celle de l’immigration ou de la transition énergétique.

Les blocages sont tels qu’il semble aujourd’hui impossible que le FDP revienne sur sa décision de ne pas participer à ce gouvernement.

Pas d’alliance, pas de gouvernement… et voilà l’Allemagne plongée dans une crise politique particulièrement étonnante dans un pays qui a eu tendance à privilégier la stabilité politique.

Quelles sont les solutions possibles ?

Elles sont au nombre de trois.

1. Le CDU-CSU décide de former un gouvernement minoritaire, avec les Verts. Angela Merkel, interrogée hier à ce sujet, semblait peu enthousiaste à cette perspective.

2. Merkel cherche de nouveaux alliés. L’alliance avec l’AfD ou l’extrême-gauche (die Linke) n’étant évidemment pas envisageable, la Chancelière pourrait se tourner vers ses meilleurs ennemis du SPD, les sociaux-démocrates. Merkel a déjà gouverné avec eux par deux fois, entre 2005 et 2009 puis de 2013 à cette année. Seulement voilà, les relations entre les deux partis ont tourné au vinaigre, et pour l’instant le SPD semble écarter toute nouvelle alliance.

3. L’organisation de nouvelles élections législatives. C’est une solution qui n’en est pas vraiment une. Et qui prendra un certain temps pour être mise en place. D’ailleurs le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, qui s’est exprimé hier – une intervention particulièrement rare pour un président allemand – a plutôt appelé les partis en présence à assumer leurs responsabilités et à reprendre les négociations pour assurer à l’Allemagne un gouvernement stable. Si de nouvelles élections ne semblent pas sourire à Merkel ou à Steinmeier, c’est que les résultats des urnes pourraient être très proches de ceux de septembre, n’assurant la majorité à aucun parti. En outre, tous craignent que la seule surprise vienne d’une nouvelle progression de l’AfD.

J’ajouterai un quatrième scénario… celui de la patience. Angela Merkel pourrait décider de continuer à assumer un rôle de Chancelière pour les affaires courantes en attendant un déblocage de la situation. Dans tous les cas, elle a exclu une retraite de la vie politique. Lors d’interviews accordées hier, Merkel a annoncé briguer un nouveau mandat en cas de nouvelles élections législatives.

Quelles sont les conséquences de cette crise politique ?

A court terme, l’Allemagne ne va pas tomber dans le chaos. Certes, la situation est inédite dans l’histoire allemande récente, mais d’autres pays européens – les Pays-Bas, l’Italie et, bien sûr, la Belgique – l’ont déjà expérimentée, sans sombrer dans la débâcle totale. En outre, l’économie allemande se porte officiellement bien : la croissance est en hausse, le chômage en baisse, de même que la dette publique…

Pourquoi « officiellement » ? Parce que d’autres chiffres – ceux du taux de pauvreté, du nombre de travailleurs et de retraités « pauvres » – illustrent le coût de la bonne santé économique allemande.

Allemagne

Plus globalement, l’échec de Merkel est un coup rude pour l’Union européenne. C’est ce que remarque toute la presse depuis le début de la semaine. L’Allemagne s’est imposée au cours des dernières années – et ce rôle s’est encore accentué depuis la crise de l’euro – comme le principal moteur aussi bien de l’UE que de la zone euro. Certains ont pu dénoncer une Europe à l’heure allemande. Il est vrai qu’aussi bien qu’économiquement que politiquement, l’Allemagne a pris un rôle grandissant.

C’est aussi sur le soutien de l’Allemagne que comptait Emmanuel Macron pour proposer une accélération des réformes dans la zone euro. Comme le rappelle le Financial Times, la crise allemande va particulièrement peser sur la réunion de l’eurozone prévue pour décembre :

Une préoccupation immédiate est le sort du sommet des dirigeants de l’UE en décembre, censé galvaniser les efforts de renforcement de l’économie de la zone euro, faire avancer les discussions sur la gestion des réfugiés et, potentiellement, relancer les discussions sur les relations entre la Grande-Bretagne et l’UE après le Brexit.

A plus long terme, la crise allemande pourrait avoir des répercussions sur le résultat des élections législatives italiennes, prévues pour le printemps 2018. Certains espéraient qu’une relance du projet européen et de la zone euro permette de contrebalancer la montée du sentiment anti-européen en Italie, et limite le pouvoir grandissant du parti Cinque Stelle.

Il est vrai que l’échec de Merkel et la montée de l’AfD illustrent une fois de plus l’érosion de l’adhésion au projet européen en Europe, aussi bien dans les pays du Sud plongés dans la crise économique que dans des pays – l’Allemagne, la France… – qui en sont considérés comme moteurs.

Fin 2016, je vous disais que 2017 serait une année de désintégration politique, et cela se confirme au fil des élections. [NDLR : Risques de décrochage dans la zone euro ? Simone Wapler vous explique comment prendre vos précautions, et protéger votre épargne et vos investissements. Une stratégie à découvrir ici…]

Quelles conséquences sur les marchés ?

Les répercussions immédiates ont été un décrochage de l’euro mais aussi un léger recul des marchés européens.

A moyen terme, l’euro pourrait être le plus touché par la crise politique allemande. En effet, l’Allemagne incarne la principale opposition à la politique accommodante de Mario Draghi. Le pays, par la voix de la Bundesbank ou de ses ministres de l’économie, a plusieurs fois critiqué la politique d’euro faible menée par le président de la BCE, et appelé de ses voeux un resserrement monétaire.

Les difficultés internes pourraient inciter les responsables allemands à être plus conciliants, ou moins concernés, par la politique menée par Draghi. Et celui-ci a manifestement décidé de maintenir l’euro faible, et de poursuivre le plus longtemps possible sa politique de rachats d’actifs (quantitative easing européen). A-t-il les mains un peu plus libres maintenant que les Allemands ont à gérer une crise interne ? C’est fort possible !

Cette faiblesse de l’euro pourrait d’ailleurs profiter aux marchés actions, et tout particulièrement allemands. Comme vous le savez, un euro faible favorise les entreprises exportatrices, dont l’Allemagne s’est fait une spécialité.

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Un commentaire pour “Quelles conséquences aura pour vous la crise politique allemande ?”

  1. Bravo pour toutes ces renseignements concernant les nouvelles technologies qui permettraient, semble-t-il, de rendre l’humain quasiment infaillible en toute circonstance courante à condition de faire fi de la sensibilité profonde de chacun et de ses expériences intimement perçues, de son état d’Âme, de son humeur du moment? L’ Intelligence artificielle pourra-t-elle intégrer ces nouveaux éléments ou doit-on passer devant une sorte de confessionnal pour créer un logiciel de « vécu » artificiel? Telles sont les questions que je me pose en grattant le bois et les pierres glanés sur mon chemin et en tentant d’y souffler mon opinion . Que peut être la cote de ma très lente production et de mon questionnement actuel? J’attends avec grand intérêt votre avis aussi franc soit-il et vous en remercie par avance. Cordialement
    Pierre

Laissez un commentaire