C’est le moment de gagner de l’argent avec l’argent

Rédigé le 7 décembre 2010 par | La quotidienne Imprimer

Je ne vais pas vous parler de finance créative, simplement de l’argent métal.

Je suis une nouvelle convertie !

Cela fait une décennie que je m’intéresse à l’or, ayant adhéré à la « transaction de la décennie » suggérée par Bill Bonner au lendemain du krach des nouvelles technologies. Je n’ai pas eu à me plaindre : de moins de 280 $ (260 euros) à plus de 1 400 $ (1 070 euros), la montée fut rude, mais agréable !

Durant cette décennie, l’argent ne m’intéressait pas : marché trop volatil, trop étroit, demande industrielle en perdition (la photo numérique a tué la photo argentique). Enfin, l’argent n’avait aucune raison de se remonétiser.

« Montrez-moi un banquier central qui a de l’argent dans ses coffres ! », vociférais-je à l’adresse des argentophiles qui me soutenaient que l’argent EST monnaie et envahissaient ma tanière dans l’espoir de me convaincre. Ils repartaient penauds, sans avoir un seul nom à me donner. S’il y avait un banquier central qui avait de l’argent dans ses coffres, c’était celui de l’Inekhsistan !

Mais j’ai changé… Toutes les décennies, femme varie et bien fol qui s’y fie…

Le premier déclic, arriva, quand ma collègue Camille Chen me signala que les Chinois s’intéressaient à l’or. Les Chinois… mmmmmm… ça fait du monde. Mieux, ces Chinois ne s’amusent pas avec des bouts de papier, des contrats à terme, me précisa Camille qui me mettait sous le nez pleins de papiers avec des idéogrammes chinois. Ils achètent des pièces. Des pièces : vous savez, ces petits disques faits avec du vrai métal. Ce que l’on appelle les espèces sonnantes et trébuchantes. Mmmmm… ça en fait des pièces et du métal.

Le deuxième déclic arriva avec QE2. Vous savez ces opérations « prix cassés sur le dollar – 10 dollars pour le prix du papier » que lance régulièrement Ben Bernanke, le patron de la Fed. 600 milliards de dollars, pour la dernière. Le marché de l’argent ne pèse que 24 milliards de dollars. Une partie des 600 milliards de dollars de QE2 vont se porter sur l’or et les matières premières, dont l’argent.

Et si un infime 1% de QE2 va sur l’argent, cela fait… mmmmm… 25% de la taille de ce marché. ENORME ! Merci Ben. Tu n’as pas d’argent dans tes coffres (d’ailleurs, on se demande même si tu as tout l’or que tu dis) mais je te remercie chaleureusement. Je pense que je vais me faire faire un T-shirt avec « j’aime Ben, l’or et l’argent ».

Le troisième déclic arriva de façon lumineuse au fond de ma sombre tanière… un titre insipide d’une dépêche, a priori ennuyeuse, de Kitco. Mais voyez-vous, les a priori sont très dangereux. De cette dépêche, la lumière jaillit enfin dans ma cervelle embrumée. « La génération montante des panneaux solaires signifie un accroissement de la demande industrielle pour l’argent », disait-elle. Ce qui signifie : un RETOURNEMENT. La demande industrielle était de 19 millions d’once en 2009. Il est prévu qu’elle passe entre 70 et 85 millions d’onces en 2020, selon CPM Group et VM.

Voilà qu’avec toutes ces créations monétaires, l’argent s’était déjà réveillé, que depuis cet été sa progression est phénoménale. Et maintenant, l’industrie en réclame à nouveau !

Le plus merveilleux, c’est que quand on sait investir dans l’or, on sait comment investir dans l’argent. Il n’y a rien de plus agréable que de surfer sur une bonne tendance, bien établie…


Pour aller plus loin aujourd’hui :
– Les Chinois aiment l’or, sous toutes ses formes. C’est ce que nous avions expliqué en août dernier dans la Quotidienne.

Isabelle Mouilleseaux fait quant à elle un point sur les nouvelles pratiques d’achat d’or des Chinois. ETF, or physique… l’appétit chinois pourrait propulser à l’or à 1 500 $ l’once. Un article à découvrir sur moneyweek.fr


Photo : Christian Frausto Bernal – Flickr

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire