Le "Grand Plan" de la Chine pour l'or

Rédigé le 22 juillet 2015 par | Macro éco et perspectives, Pays émergents Imprimer

Jim Rickards, rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique

Voici à quoi ressemble l’un des scénarios qui sévit le plus chez les accros de l’or (les gold bugs) et chez ceux qui jouent la chute du dollar.

La Chine et beaucoup de marchés émergents, y compris les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) recherchent un moyen de sortir du système de monnaie fiduciaire actuel.

Actuellement, ce système est dominé par le dollar, ce qui permet aux Etats-Unis d’imposer certains types de comportements en politique étrangère et sur les marchés de l’énergie.

Les pays qui ne se conforment pas aux souhaits des Etats-Unis se retrouvent paralysés, exclus des systèmes de paiement internationaux, leurs banques étant dans l’incapacité d’effectuer des transactions en dollar pour régler les importations nécessaires ou pour encaisser le produit de leurs exportations. La Russie, l’Iran et la Syrie en ont tous fait les frais, récemment.

La Chine n’aime pas ce système, pas plus que la Russie ou l’Iran, mais elle ne souhaite pas affronter les Etats-Unis directement.

A la place, la Chine accumule silencieusement des quantités d’or colossales et met en place de nouveaux établissements financiers, tels que l’AIIB (Asia Infrastructure Investment Bank) et la nouvelle NDB (New Development Bank) créée par les BRICS.

Le moment venu, la Chine divulguera au monde la véritable quantité d’or qu’elle détient et, simultanément, tournera le dos aux institutions de Bretton Woods, telles que le FMI et la Banque mondiale.

La Chine adossera alors sa devise à son or et aura recours à l’AIIB, à la NDB et à d’autres institutions afin de diriger le nouvel ordre financier mondial. La Russie et les autres seront invités à rejoindre la Chine au sein de ce nouveau système monétaire international.

Par conséquent, le dollar s’effondrera, le prix de l’or atteindra des sommets et la Chine sera le nouvel « hégémon » financier mondial. Et les gold bugs vivront heureux à tout jamais.

Le seul problème de ce scénario, c’est que ses parties essentielles sont inexactes. Comme d’habitude, la vérité est bien plus intrigante que la vision populaire.

Voici ce qu’il se passe réellement

Comme pour la plupart des mythes, certaines parties de l’histoire sont justes. La Chine se livre à l’acquisition secrète de milliers de tonnes d’or et est en train de créer des organismes multilatéraux de prêt.

Sans aucun doute, la Chine annoncera une révision à la hausse de ses avoirs en or aux environs de l’année prochaine. En fait, le 20 avril 2015, Bloomberg News a publié sous le gros titre « Le mystère des réserves d’or chinoises sera bientôt résolu », que « la Chine se préparait peut-être à révéler ce qu’elle détenait… »

Mais les raisons justifiant ces acquisitions d’or et la divulgation des stocks réactualisés, si cette dernière se produit, ne sont pas celles auxquelles pensent les membres de la blogosphère.

La Chine n’essaye pas de détruire le « club des anciens élèves », elle essaye d’y entrer. La Chine a compris que malgré la forte croissance et l’énorme dimension de son économie, le yuan n’est pas prêt à constituer une véritable devise de réserve, et ne le sera pas au cours des années à venir.

Il est vrai que l’utilisation du yuan s’accroît dans le cadre des transactions internationales. Mais il représente encore moins de 2% des paiements internationaux alors que le dollar américain en représente plus de 40%.

En ce qui concerne une véritable devise de réserve, son utilisation dans le cadre des paiements ne constitue qu’un de ses signes caractéristiques, et ce n’est pas le plus important. La clé, pour avoir le statut de devise de réserve, ce ne sont pas les paiements mais les investissements. Il faut un marché obligataire important et liquide, libellé dans la devise de réserve. Ainsi, lorsque les pays acquièrent la devise cible dans le cadre de transactions, ils disposent d’un endroit où investir leur surplus.

En ce moment, si vous gagnez des yuans en faisant du commerce avec la Chine, tout ce que vous pouvez en faire, c’est les déposer dans une banque ou bien les dépenser en Chine. Il n’existe aucun grand marché obligataire libellé en yuan sur lequel l’investir.

En plus du marché obligataire, il vous faut ses « circuits ». C’est-à- dire un réseau d’établissements financiers spécialisés (les primary dealers), des outils de protection tels que des contrats à terme et des options, des instruments financiers tels que des accords de « repo », des dérivés, des réseaux de compensation et de bonnes règles juridiques afin de résoudre les litiges, protéger les créditeurs et gérer les faillites.

La Chine ne possède rien de tout cela à l’échelle adéquate, ni le niveau de maturité nécessaire. S’agissant du statut de véritable devise de réserve, le yuan n’est pas prêt à être déployé.

La Chine n’est pas prête non plus à lancer une devise adossée à l’or. Même si elle possède 10 000 tonnes d’or, soit bien plus qu’elle ne veut l’admettre, la valeur de marché de cet or n’est que de 385 milliards de dollars environ.

En avril 2015, la masse monétaire M1 de la Chine était de 5 400 milliards de dollars environ. En d’autres termes, même en établissant des hypothèses très favorables à la Chine, son or ne vaut qu’à peu près 7% de sa masse monétaire. Traditionnellement, les pays souhaitant opérer avec succès un étalon-or doivent détenir 20 à 40% de la masse monétaire en or afin de résister à des paniques bancaires sur le marché.

La Chine pourrait réduire sa masse monétaire afin de parvenir au niveau de 20%, mais ce serait extrêmement déflationniste et précipiterait la Chine dans une dépression qui déclencherait une instabilité politique. Alors cela ne se produira pas.

En bref, la Chine ne peut avoir une devise de réserve car elle ne dispose pas d’un marché obligataire, et elle ne peut avoir une devise adossée à l’or car elle est loin de posséder suffisamment d’or.

Alors, quel est le plan de la Chine ? C’est ce que nous verrons dès demain…

Mots clé : -

Laissez un commentaire