Bons du Trésor, or… Signaux contradictoires sur les marchés

Rédigé le 21 mars 2017 par | Indices & Actions Imprimer

Hier, le Nasdaq (à 5 912 points) a franchi un nouveau sommet historique, tiré par Apple qui bénéficie d’un cortège de recommandations positives de la part d’analystes.

Du côté français, les marchés estiment que Marine Le Pen a un peu moins de chance d’emporter la présidentielle et voit déjà Emmanuel Macron en grand gagnant. Le CAC 40 apprécie – le secteur bancaire aussi – si bien que l’indice parisien se maintient au-dessus des 5 000 points ce matin.

Je déteste jouer ainsi les Cassandre mais il m’est difficile d’ignorer les appels répétés à la prudence de mes collègues des Publications Agora. Tous vous recommandent de ne pas céder à l’appel des plus hauts et de mesurer vos prises de risque.

Cette prudence ne repose pas que sur un pessimisme fondamental mais aussi sur les signaux contradictoires envoyés par le marché obligataire (tout particulièrement les bons du Trésor) et l’or.

En effet, malgré la récente hausse des taux par la Fed, le métal jaune s’offre un étonnant rally haussier ? Etonnant car généralement, les investisseurs ont tendance à bouder l’or en période de resserrement monétaire. Le moindre risque d’inflation les détourne de cette protection naturelle contre l’inflation qu’est le métal jaune.

Mais ce n’est pas ce à quoi nous assistons. Pourquoi ?

Pour Jim Rickards, hausse du rendement des bons du Trésor et hausse de l’or sont le signal des inquiétudes profondes des marchés – et c’est ce qu’il vous expliquait dans Trades Confidentiels :

Juste après la hausse des taux de la Fed, l’or a connu son plus grand rally depuis plusieurs semaines. Des taux d’intérêt plus élevés sont censés être un handicap pour l’or… Alors, pourquoi cette hausse ?

La réponse est que le marché de l’or voit ce que je vois. La mission kamikaze de la Fed d’augmenter les taux finira mal et se traduira par une nouvelle phase d’assouplissement par l’intermédiaire des forward guidance. Cette phase d’assouplissement enverra un signal d’appétit pour le risque, va soulever des craintes inflationnistes et stimuler l’or. Le marché de l’or est juste en train d’anticiper l’avenir et commence à monter dès maintenant. Les investisseurs devraient acheter de l’or à ces niveaux encore raisonnables, tant qu’ils le peuvent. La prochaine résistance sera à 1 300 $ l’once.

L’instinct primaire des investisseurs est programmé pour appuyer sur le bouton « Achat » dès que les facteurs de risque sont hors de vue. Cette semaine, la réunion de la Fed était un catalyseur potentiellement négatif. Dès qu’il a appartenu au passé, les actions ont fortement augmenté, et sont en train de re-tester les plus hauts récents.

Mais en dehors du marché boursier, deux autres marchés – celui de l’or et des Bons du Trésor américains – émettent des signaux plus mitigés. Si l’or et les T-Bonds augmentent après une hausse de taux, c’est un signal que la Fed est en train de tester certaines limites et de stresser les investisseurs : de combien peut-elle encore resserrer les conditions monétaires d’une économie américaine basée principalement sur la finance ?

Inquiétudes qui se concentreraient donc sur l’état réel de la croissance américaine :

Le problème est que l’économie n’est pas « assez bonne ». En fait, elle n’est même pas « bonne » du tout. Elle est faible. La Fed pourrait relever les taux en juin, mais d’ici l’été, nous verrons apparaître des données économiques faibles, une désinflation et peut-être même une récession. Nous verrons également apparaitre des retards dans la mise en place du programme de Trump et une absence de croissance (même si le Congrès valide son programme) : les marchés actions risquent alors de sanctionner ces délais.

Jim mise donc sur une poursuite de la hausse de l’or et des rendements des bons du Trésor (et vous propose de le suivre dans ces paris, dans Trades Confidentiels).

Je ne sais pas si l’économie américaine est si faible que cela. Ce que je vois, c’est que le comportement de l’or et des bons du Trésor nous indique qu’il y a un « hic », un petit pois sous le matelas de la princesse…

Pour Simone Wapler, ce comportement de l’or peut être en partie expliqué par les craintes liées à l’inflation :

Que se passe-t-il donc pour que les « investisseurs » décident subitement d’aimer la « relique barbare » alors même que la Fed augmente ses taux ? Qui pourrait avoir besoin d’or ?

Des gens qui craignent l’inflation nous dit L’Agefi.

Ha mais voyons, s’il y avait de l’inflation, les banquiers centraux omniscients sauraient très bien quoi faire. Ils augmenteraient les taux, non ? Les investisseurs manqueraient-ils de foi ?

Mais aussi par les achats massifs d’or par les Indiens (échaudés par les dernières innovations monétaires de leur gouvernement).

Quoi qu’il en soit, (1) mettre de l’or et des minières en portefeuille ne nous semble pas une mauvaise idée. Simone a d’ailleurs déniché une étonnante minière qui sait récompenser ses actionnaires… Et (2), nous demeurons prudents face à ces marchés.

Mots clé : - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire