Le chant du cygne du bitcoin ?

Rédigé le 27 février 2014 par | Bitcoin et cryptomonnaies, La quotidienne, Nouvelles technologies Imprimer

350 millions de dollars qui s’évaporent en fumée de pixel en quelques instants. Soit 750 000 bitcoins.

C’est ce qui s’est volatilisé dans la nature avec la fermeture, mardi dernier, du site MtGox, une des plus importantes plateformes d’échange de bitcoins au monde.

Pour ceux qui voudraient se mettre à jour sur le bitcoin, son origine, son fonctionnement, vous pouvez lire cette précédente Quotidienne qui lui a été consacrée.

Un peu d’histoire A l’origine, la société MtGox n’était pas dédiée au bitcoin, loin de là. Le site a été créé en 2009 Jed McCaleb comme lieu d’échange de cartes à jouer Magic : l’assemblée (en anglais, Magic : The Gathering). Si vous vous demandiez d’où venait le nom de MtGox, voilà votre réponse : Magic The Gathering Online eXchange.

Juillet 2010, Jed McCaleb découvre le bitcoin et a une idée lumineuse que j’imagine pas mal d’entre nous auraient souhaité avoir : celle de créer un site dédié aux échanges de bitcoins. Après tout, passer de l’échange de cartes de jeu à celui de monnaie virtuelle, pourquoi pas…

McCaleb ayant été assez précurseur en la matière, son site s’est rapidement imposé comme une plateforme de référence concentrant à elle seule, et au sommet de sa gloire, près de 70% des échanges de bitcoins. Depuis, les concurrents se sont multipliés, MtGox a perdu sa position dominante mais est resté une des plateformes qui comptent dans la sphère bitcoin.

En mars 2011, McCaleb revend son site à une société japonaise, Tibanne.

Malgré la reconnaissance dont MtGox jouissait, les états de fait du site n’étaient pas des plus rassurants.

En juin 2011, sa base de données est attaquée et 60 000 noms d’utilisateurs et de mots de passe sont compromis. Quelques jours plus tard, 600 titulaires de comptes MyBitcoin avaient vu leur compte vidé de leurs bitcoins.

2011 à nouveau : nouveau piratage de MtGox. Des milliers de faux ordres de vente sont passés sur la plateforme provoquant un krach du cours de la monnaie, qui passe de 17,50 $ à 0,01 $ avant que la situation soit rétablie.

En mai 2013, MtGox doit cette fois se confronter au gouvernement américain qui lui reproche d’émettre illégalement de la monnaie. Bilan : 5 millions de dollars en bitcoins sont saisis…

Juin 2013 : suspension pendant plusieurs jours des retraits en dollars américains.

Hum… tout cela aurait dû mettre la puce à l’oreille des utilisateurs du site. Remarquez, comment leur jeter la pierre alors que nous laissons tous en dépôt notre salaire et notre épargne à des banques dont les pratiques pourraient (au conditionnel car je ne veux pas m’attirer d’ennuis) être qualifiées de douteuses ou qui disposent de si peu de fonds propres qu’un nouvel ébranlement dans les pays périphériques de la Zone euro risque de les précipiter dans la faillite. Bref, nous avons manifestement l’habitude de confier notre argent en toute confiance à n’importe qui.

Mais revenons aux événements récents. Depuis le début de l’année, le site avait plusieurs fois arrêté puis repris les transactions. L’inquiétude était alors montée d’un cran si bien que le bitcoin échangé MtGox cotait en moyenne 4 fois moins que celui échangé sur d’autres plateformes. Mais mardi 25 février, c’est une page blanche qui accueille les utilisateurs du site. Puis un message indiquant que les transactions sont temporairement suspendues.

Un flou artistique flotte sur les raisons de ce plantage. Problème informatique ? Piratage ? Quoi qu’il en soit, ce sont environ 750 000 bitcoins qui sont pour le moment (?) inaccessibles à leurs légitimes propriétaires. Soit environ 35 millions de dollars au cours officiel du bitcoin.

La fermeture de MtGox n’a pas que des conséquences que pour ses pauvres utilisateurs. Dans la foulée, le cours du bitcoin s’effondrait.

Les derniers jours du bitcoin ? Un coup rude pour la monnaie virtuelle. D’autant plus qu’il n’est que le dernier d’une longue série. Plusieurs membres de la Fondation Bitcoin, une association américaine dont l’objectif est de promouvoir et de défendre la monnaie virtuelle, ont été arrêtés pour blanchiment d’argent. Pas de quoi donner une bonne image de marque au bitcoin.

Outre des problèmes récurrents de sécurité (le bitcoin est régulièrement victime de tentatives ratées ou réussies de piratage et de manipulation) ainsi que les questions de confiance s’est dernière ajoutée une nouvelle menace : celle des Etats.

La Russie et la Chine viennent ainsi de déclarer la guerre au bitcoin.

Début février, le Procureur général de la Russie a déclaré que « l’introduction sur le territoire de Russie d’autres monnaies est interdite ». En gros, le bitcoin est interdit en Russie, aussi bien pour les particuliers que les entreprises. Une ligne dure…

La Chine, en janvier, avait elle aussi limité l’utilisation de la monnaie virtuelle en interdisant aux banques de proposer des services liés à elle — les particuliers étant toujours libres de l’utiliser. Certains sites, comme Baidu, avaient alors décidé de bannir le bitcoin. Des décisions qui avaient provoqué un krach du bitcoin en yuan.

Est-ce pour autant la fin du bitcoin ? Des pays comme les Etats-Unis ont reconnu son potentiel et son utilité, l’Allemagne l’a même reconnu officiellement. La France et l’Union européenne gardent quant à elles des positions mitigées, soulignant les dangers de cette monnaie. Mais pas d’interdiction en vue pour le moment.

Dans Atlantico, l’étude du profil type des utilisateurs de bitcoins s’avère en fait plutôt rassurant :

« 88% des détenteurs de bitcoins les gardent, 8% les convertissent pour les dépenser. Une étude avait récemment montré que 80% des bitcoins ne circulent pas, c’est-à-dire sont thésaurisés. Cela pose des problèmes de liquidité, et donc de volatilité, mais indique aussi la forte confiance des utilisateurs dans l’avenir de cette monnaie« .

Devez-vous vous détourner du bitcoin ? Le principal avantage de cette monnaie, c’est qu’elle permet d’éviter les frais de change, comme vous l’expliquait hier Simone Wapler dans sa Stratégie :

Les Etats et la finance détestent le bitcoin car c’est une épine dans le pied du monopole étatique de la monnaie et des juteuses taxes et commissions que cela rapporte.

Supposez que vous vouliez transférez 1 000 euros à votre fils en Australie. Vous achetez pour 1 000 euros de bitcoins (0 euro de commission bancaire et frais de change).

Vous les lui transférez par Internet (0 euro de timbre + 0 euro de frais de transfert). Il les change en dollars australiens (0 $ de commission bancaire et frais de change). Vous voyez comme le bitcoin est horrible et nuisible.

Quelques conseils cependant pour ceux d’entre vous qui voudraient utiliser le bitcoin – Le bitcoin n’est pas, du moins selon moi, un instrument de spéculation. Laissez cela à ceux qui ont le coeur bien accroché et envie de se faire rincer par plus fort qu’eux.

Tout comme l’or, le bitcoin est aussi un moyen de vous protéger contre la manipulation des monnaies fiduciaires. Personnellement, je continue à préférer — et de loin — l’or pour cette utilisation, du moins l’or physique, mais c’est une opinion toute personnelle. Je préfère le concret ! Alors, oui, le bitcoin enthousiasme les libertaires et ceux qui rêvent d’une suppression du contrôle de l’Etat… bon… ne me sentant pas particulièrement menacée avec l’idée d’Etat, je ne place donc pas le bitcoin sur un piédestal.

Par contre, comme moyen d’échange en dehors du circuit traditionnel, le bitcoin s’avère un bon outil. Pas de frais de change, pas d’intermédiaire bancaire, le rêve dans un monde dans le lequel les transferts d’argents internationaux sont la norme. Un petit conseil, ne stockez tout de même pas trop longtemps votre argent en bitcoin vu l’importance des fluctuations actuelles sur son cours. Et n’oubliez pas Paypal.

– Préférez les plateformes d’échange dont l’historique est moins sujet à caution que des sites tels que MtGox. Parmi elles : Bitstamp, Bitpay, Coinbase ou Bittylicious. Soyez prudent, encore plus que vous devez l’être pour vos dépôts bancaires (qui eux, sont, dans une certaine mesure du moins, protégés par le Fonds de garantie des dépôts. Pour en savoir plus sur les banques et les produits d’épargne à éviter, c’est ici, avec les recommandations et conseils de Mory Doré). Renseignez-vous sur les forums auprès d’autres utilisateurs de ces plateformes. Rappelez-vous que les monnaies virtuelles sont assez récentes, qu’elles attirent beaucoup de spéculateurs et autres assoiffés d’argent facile.

Pour résumer, il faut bien séparer l’idée de la réalité. Aussi intéressante que puisse être l’idée d’une monnaie qui échappe au contrôle et aux manipulations des banques centrales ou qui vous évitent les frais de change et autres commissions, ce n’est pas parce que le bitcoin répond à ces deux critères qu’il est, concrètement et actuellement, le meilleur outil. Mais peut-être gagnera-t-il en crédibilité dans les années qui viennent…

Mots clé : - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire