Comment survivre à la folie cryptomonnaie ?

Rédigé le 30 novembre 2017 par | A la une, Bitcoin et cryptomonnaies, Mode d'emploi, Nouvelles technologies Imprimer

bitcoin bullz crypto monnaies cours hausse

Depuis que le bitcoin a franchi la barre des 10 000 $, puis celle 11 000 $ (24 heures après) la folie crypto s’est abattue sur le monde. Kim Jong-un peut bien menacer les Etats-Unis avec son arme nucléaire, les cryptomaniaques continuent à acheter des bitcoins. Vous ouvrez un site Internet, le bitcoin est en Une. Les sites boursiers ne bruissent plus que de conseils sur les cryptos, et même votre chien semble vouloir sa part de blockchain.

Joe Kennedy, le père de JFK, aurait, selon la légende, sauvé l’essentiel de sa fortune en vendant des actions quand un cireur de chaussures lui a donné des conseils boursiers. Nous étions alors à quelques encablures du krach de 1929.

Cette histoire est certainement apocryphe mais elle reflète une certaine vérité : quand tout le monde vous parle d’un investissement, c’est qu’il est trop tard, et que la bulle ne va pas tarder à exploser.

La semaine dernière, un de mes amis est allé se faire couper les cheveux. Le seul et unique sujet de conversation dans le salon de coiffure ? Le bitcoin.

Hum.

Bulle ou pas bulle ?

La crypto la plus célèbre du monde a vu son cours augmenter de 1 000%… depuis le début de l’année. Impressionnant, sidérant…

cours du bitcoin sur un an 2017 cryptomonnaies graphique $ usd dollar courbe prevision

Cours du bitcoin sur un an

Peut-on dire que le bitcoin est en situation de bulle ?

On peut, oui, tout à fait raisonnablement.

Va-t-elle bientôt éclater ?

Tâchons de réunir quelques éléments de réponse.

Une monnaie pour remplacer toutes les autres ?

Un des principaux arguments des partisans du bitcoin est que la cryptomonnaie – et la blockchain – va transformer la monnaie, remplacer les monnaies fiduciaires et permettre de mettre en place un nouveau système financier.

N’oublions pas que le bitcoin est né en 2009, après la crise des subprime. Son ou ses créateurs (qui se cachent derrière le nom de Satoshi Nakamoto) ont manifestement été marqués par ce krach et le comportement des banques centrales.

Alors que celles-ci se lançaient dans ce qui s’est avéré la plus longue période d’assouplissement monétaire de l’Histoire, le bitcoin a séduit une poignée d’idéalistes technophiles qui rêvaient d’une monnaie décentralisée, échappant aux manipulations des banques centrales. Ces idéalistes sont encore en partie là, mais ils sont loin d’être la majorité.

Cela m’étonnerait grandement que 95% des utilisateurs du bitcoin aient des revendications sur la politique des banques centrales et aient l’intention de militer pour une monnaie décentralisée capable de mettre à terre les monnaies fiduciaires.

En outre, les récents développements et hard fork qui ont secoué la cryptomonnaie tendent à démontrer que si le bitcoin n’est pas géré par une banque centrale, sa gestion n’est pas complètement décentralisée. En tant qu’utilisateur lambda, vous n’avez aucune voix au chapitre de son futur. Il n’en est pas de même pour les « pools » (regroupements) de mineurs, ou encore les différentes communautés qui tiennent le destin de la crypto entre leurs mains.

Les utilisateurs s’emparent des cryptos

Après avoir conquis les libertariens et affiliés, le bitcoin a ensuite séduit tous ceux qui souhaitaient pouvoir effectuer des transactions financières en dehors des sentiers battus. Nous parlons là de commerce illicite, de Dark web, de cybercriminalité et de trafics en tout genre. Ils ont permis au bitcoin de gagner une certaine – et douteuse – popularité mais ne me semblent pas être les seuls et uniques responsables de la flambée de son cours.

Ils vont en tout cas servir d’excellent prétexte aux Etats pour tenter de légiférer et d’encadrer les cryptomonnaies. Après tout, le prétexte de la lutte contre le terrorisme est déjà utilisé pour limiter le recours à la monnaie physique (pièces et billets). Alors les cryptos…

A ces usagers du commerce illégal sont venus se rajouter d’autres utilisateurs, attirés par les atouts du bitcoin pour les transferts d’argent rapides, peu coûteux. Parmi eux, je compte des particuliers mais aussi, de plus en plus, des banques qui s’intéressent soit au bitcoin, soit à la blockchain, et qui développent de nouvelles solutions de transfert d’argent.

C’est sur ces utilisateurs que repose un autre argument haussier : celui du nombre limité de bitcoins. Dès sa création, Satoshi Nakamoto a en effet prévu que seuls 21 millions de bitcoins pourraient être mis en circulation, et ce progressivement. Actuellement 16 millions d’entre eux ont été « minés » et le dernier bitcoin devrait l’être vers 2040. A cela, il faut ajouter les dizaines voire les centaines de milliers de bitcoins qui ont disparu dans la nature, victimes de hackage, effacés par erreur de leur plateforme de sauvegarde, dont la clé d’accès a été égarée, etc.

Le nombre de bitcoins étant limité, et le nombre d’utilisateurs ne cessant de grandir, logiquement, le cours du bitcoin devrait augmenter.

Mais, encore une fois, est-ce ces utilisateurs qui font aujourd’hui flamber le cours du bitcoin ? Je ne crois pas.

La bulle de spéculation… nourrie par les banques centrales

La bulle actuelle est nourrie par les spéculateurs.

N’y voyez aucun jugement de valeur. Après tout, ils ont raison de chercher du rendement, d’autant que ce rendement a été détruit par les banques centrales.

Nous revenons une nouvelle fois à elles. Leur politique accommodante a artificiellement fait baisser les rendements obligataires, et poussé les investisseurs vers les marchés boursiers. Mais alors que ceux-ci stagnent à la hausse, que les niveaux de valorisation inquiètent, les investisseurs sont partis à la recherche d’une nouvelle source de profits.

Et ils ont trouvé les cryptomonnaies.

Vous pouvez enrober cet enthousiasme de longs développements sur le potentiel du bitcoin, des altcoins ou de la blockchain (potentiel que je ne nie d’ailleurs pas) mais soyons honnête un instant : ce qui alimente la folie actuelle, c’est la recherche de profits.

Et nos voici donc avec une bulle spéculative et auto-alimentée.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Cela signifie que quand la bulle va exploser, quand les investisseurs vont prendre peur, quand ils vont douter de leur capacité à revendre leurs bitcoins à quelqu’un d’autre et pour un prix plus élevé, tous ces spéculateurs vont s’évanouir dans la nature.

Ne resterons que les adeptes des monnaies décentralisées et les utilisateurs (à des fins légales ou illégales). Cela sera-t-il suffisant pour maintenir le cours à un niveau actuel ? L’enthousiaste des Chinois, des Japonais, etc. pour le bitcoin comme monnaie ou comme moyen de transfert financier justifie-t-il un cours à 11 000 $ ?

Cela signifie aussi que lâché par les spéculateurs, le bitcoin va s’effondrer. La cryptomonnaie a déjà connu cinq krachs de plus de 80% depuis sa création, et il est fort possible qu’elle en connaisse un sixième. Depuis le début de l’année, elle a déjà connu trois corrections majeures, entre 20% et 36%. Même si le cours du bitcoin ne perd pas 80% de sa valeur, une correction de 30% est plus que possible, je dirai même qu’elle est inévitable.

Dans le premier cas, le cours du Bitcoin (en partant de l’actuel niveau de valorisation) serait ramené à 2 200 $.

Dans le second, autour de 7 700 $.

Soyez prêts à cela.

Après chaque correction majeure, le bitcoin s’est repris, plutôt rapidement. Ces corrections pourraient donc être d’excellentes occasions d’en acheter. Car si je ne suis pas sûre que le bitcoin mérite actuellement de dépasser les 11 000 $, il me semble bien parti pour s’installer dans le temps, pour durer… et mérite d’avoir une place dans votre portefeuille. Mais peut-être pas au prix actuel ? [NDLR : Profiter de la bulle sur les cryptomonnaies sans en toucher une seule ? C’est le tour de force que vous propose Ray Blanco. Il vous explique tout ici…]

 

Mots clé : - - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire