Avec cette technologie, on va doubler les réserves mondiales de pétrole

Rédigé le 24 novembre 2009 par | Macro éco et perspectives Imprimer

Accroître le taux de récupération de pétrole n’est qu’une des activités très intéressantes de Nalco en matière de lien énergie-eau. Ce n’est pas pour rien que Berkshire Hathaway de Warren Buffett en est le plus gros actionnaire !

Quatre sources d’enrichissement possible…
Pour la décennie à venir, je crois sincèrement que la plupart des bonnes opportunités d’investissement vont émerger des quatre ressources naturelles suivantes : l’eau, l’agriculture, l’or et l’énergie.

Certaines de ces opportunités sont une combinaison de plusieurs ressources. La plus étonnantes ? Le lien énergie-eau.

Un lien entre deux liquides précieux
Il faut de l’eau pour produire de l’énergie et de l’énergie pour produire de l’eau potable.

Vous remarquerez que souvent, une entreprise qui possède les compétences en matière de traitement d’eau possède aussi les compétences en matière d’énergie.

Mais le lien entre ces deux liquides précieux est en train de changer.

65% de "déchet pétrolier". Une honte !
Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais deux tiers du pétrole découvert reste dans le sol. Le taux de récupération est de seulement 35%.

Et si nous pouvions accroître le taux de récupération de notre précieux pétrole ?

On doublerait les réserves de brut d’un coup de baguette magique
Si le taux de récupération passait à 50%, la quantité de pétrole récupérable dans le monde augmenterait de 1 200 milliards de barils. Selon l’AIE, cela doublerait les réserves confirmées d’aujourd’hui.

Une telle quantité de pétrole ferait briller l’oeil d’un vieux pétrolier cynique.

De nombreux gros cerveaux bouillonnent nuit et jour pour tenter de régler ce problème.

"C’est la récompense du prochain demi-siècle"
C’est ce qu’a déclaré Howard Mayson, vice-président du secteur technologie chez le géant britannique du pétrole, BP, cité dans le Wall Street Journal.

BP mise énormément sur les méthodes de récupération du pétrole.

Quelles sont ces méthodes ?

La bonne vieille méthode est de remplir le réservoir d’eau
L’idée étant de créer suffisamment de pression pour qu’il soit plus facile de pomper le pétrole. Mais il devient aussi plus difficile de s’assurer un approvisionnement en eau. C’est la raison pour laquelle les entreprises pétrolières achètent des droits de captation d’eau. En ce moment, l’extraction d’huile de schiste consomme énormément d’eau.

Aujourd’hui, place au dioxyde de carbone
Plutôt que d’utiliser de l’eau, certaines entreprises remplissent les réservoirs de dioxyde de carbone. Les entreprises ont pour habitude de stocker du dioxyde de carbone dans de vieux réservoirs inutilisés. BP utilise cette méthode dans son réservoir de Prudhoe Bay, et c’est efficace. Les taux de récupération est de 60%. Prudhoe Bay, que l’on pensait dans les années 80 voir cesser d’extraire du pétrole dans les 30 ans à venir, semble reparti pour encore 50 ans !

Mieux : la méthode "pop corn"
L’idée ? Remplir les réservoirs de polymère qui gonfle comme du pop-corn quand il entre en contact avec les pierres chaudes, et fait ressortir plus de pétrole des recoins difficiles à atteindre.

Le nom de ce polymère, c’est BrightWater. Une entreprise possède un brevet sur ce matériau et s’en sert à bon escient. Cette entreprise, c’est Nalco Holding (NLC : NYSE).

BP utilise BrightWater en Argentine et au Pakistan et que le pétrole supplémentaire produit grâce à ces nouvelles technologies au cours des vingt prochaines années serait équivalent à la découverte d’un nouveau gisement majeur !

"Nalco ?", dites-vous.
Nalco n’est elle pas l’une des plus grandes entreprises du monde en matière de purification de l’eau pour les industries ? C’est ce que nous voulions dire quand nous parlions de lien énergie-eau. Les deux sont étroitement liées. Et Nalco est à cheval sur les deux.

L’année dernière, le secteur "services en énergie" de Nalco a vu ses ventes augmenter de 17% malgré le plongeon du prix du pétrole.

"Nous sommes en discussion avec beaucoup d’entreprises pétrolières," nous dit son PDG Eric Fyrwald. "Nous pensons qu’avec la hausse du prix du pétrole, la récupération de pétrole est une excellente opportunité de croissance."

Evidemment, la récupération de pétrole n’est qu’une des choses très intéressantes que Nalco fait en matière de lien énergie-eau. Ce n’est pas pour rien que Berkshire Hathaway de Warren Buffett en est le plus gros actionnaire !

[NDLR : Dans l’avant-dernier numéro de Matières à Profits, Sylvain Mathon — spécialiste des investissements matières premières — expliquait à une poignée de privilégiés comment profiter des nouvelles technologies pour accroitre la production de gaz dans les sous sols. En ce qui concerne le pétrole, Sylvain peut vous dénicher des opportunités de ce genre — peu connues des investisseurs mais ultra-profitables : pour en savoir plus…]

Mots clé : - - - - -

Chris Mayer
Chris Mayer
Rédacteur en Chef de Capital & Crisis et Crisis Point Trader

Chris Mayer s’occupe de la lettre d’information Capital & Crisis, ainsi que du système de trading Crisis Point Trader. Ses analyses pertinentes et précises des problématiques financières ont été reprises souvent dans de nombreuses publications, et notamment dans le très réputé Grant’s Interest Rate Observer.

Les commentaires sont fermés !