Après les attaques américaines contre la Syrie, les marchés actions dans la tourmente internationale

Rédigé le 7 avril 2017 par | Macro éco et perspectives Imprimer

L’actualité du jour est évidemment dominée par les frappes américaines contre une base militaire du régime syrien. La raison invoquée est l’attaque du 4 avril qui aurait été menée (je vais utiliser beaucoup de conditionnel car, dans une affaire comme celle-ci, aussi médiatisée, les pincettes sont indispensables) à Khan Cheikhoun, une ville sous contrôle des anti-Assad. Cette attaque aurait été menée avec des armes chimiques (le gaz sarin a été évoqué), ou aurait frappé des réserves de gaz chimiques. Attaque qui a fait des dizaines de morts, dont des enfants, et dont les images ont été très largement diffusées.

Ce n’est pas la première fois que le régime de Bachar el-Assad est accusé d’utiliser des armes chimiques contre sa propre population. Leur utilisation, la fameuse ligne rouge tracée puis oubliée par Barack Obama, n’avait jusqu’à présent pas suscité de réaction particulière des Etats-Unis.

La décision de Donald Trump est donc étonnante. D’autant plus que le nouveau président n’a pas ménagé ses efforts pour se rapprocher de la Russie, soutien très officiel du régime syrien.

Reste donc une question : pourquoi cette frappe ? Comme le suggérait Alain Frachon dans Le Monde, cette attaque peut être vue comme une mise en garde des Etats-Unis aux « resquilleurs ». Un rappel de la puissance militaire américaine face aux récentes démonstrations de force de la Corée du Nord (Jim Rickards vous en parlait il y a quelques jours) mais aussi envers l’Iran ou la Russie. Piqûre de rappel d’un président qui a été souvent présenté – et s’est souvent présenté lui-même – comme peu intéressé par l’interventionnisme sur la scène militaire internationale.

Bien, passons maintenant à la réaction des marchés. Les frappes américaines se sont déroulées après la fermetures des marchés américains. Ceux-ci avaient clôturé en petite hausse après la secousse provoquée par les dernières minutes de la Fed. Après y avoir réfléchi, les investisseurs sont parvenus à la même réflexion que nous : cela va être compliqué pour la Banque centrale américaine de réduire son bilan. Et une telle réflexion a évidemment rassuré Wall Street.

Les marchés européens ont quant à eux ouvert dans le rouge ce matin, rendus frileux par la montée des incertitudes géopolitiques. Une rencontre Xi Jinping-Trump + des attaques contre la Syrie, c’est trop, même pour des marchés peu intéressés par ce qui se passe sur la scène internationale.

Ajoutons à cela que les chiffres de l’emploi américain seront publiés aujourd’hui. De ces chiffres pourraient dépendre en partie la vitesse du resserrement monétaire de la Fed. En effet, un quasi plein-emploi est considéré comme inflationniste – et donc nécessite une hausse des taux.

Pas étonnant, avec un tel menu, que les marchés paniquent. A plus long terme, il nous semble qu’une mutation profonde est en cours sur les marchés. Plus que jamais, nos rédacteurs vous conseillent donc de vous diversifier, de vous intéresser aux investissements tangibles, aux métaux précieux, à la débancarisation partielle… autant de points qu’aborde Simone Wapler dans sa Stratégie.

Mots clé : - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire