Assistons-nous au dégonflement de la bulle du cuivre ?

Rédigé le 29 novembre 2007 par | Nouvelles technologies Imprimer

La récente chute du cours du métal rouge peut faire penser que la bulle sur le cuivre est en train de se résorber. Faut-il s’en inquiéter ? Pas vraiment si l’investissement sur les minières de ce secteur se fait en connaissance de cause. Allons voir ce qu’il en est…

Pourquoi s’intéresser au cuivre ? Eh bien, le cuivre est le 3ème métal le plus utilisé dans le monde. La construction, les télécommunications ou encore les transports sont autant de secteurs qui ne peuvent s’en passer. Vous comprenez donc que le développement industriel mondial est largement dépendant du cuivre.

Encore plus fort, le niveau de sa consommation est considéré à juste titre comme un baromètre de l’expansion économique. C’est pourquoi le métal rouge attire tous les regards et quand on regarde sa performance depuis 4 ans, on comprend pourquoi !

Le cuivre perd actuellement de sa superbe Quelles sont les raisons qui tirent le cuivre vers le bas à l’instant où je vous parle ?

Evoquons en premier lieu la prise de conscience par les marchés de la hausse des stocks de cuivre. Cela entraîne mécaniquement la baisse du cours. Or les volumes de cuivre détenus par le LME (London Metal Exchange) ont doublé sur le dernier semestre 2006.

Vous êtes préoccupé par la vente massive de stocks de cuivre par la Chine qui tire artificiellement le cours vers le bas tout en occultant une partie de la demande chinoise ? Figurez-vous que le marché l’est aussi ! Et bien malin qui peut dire quand cela va s’arrêter.

Vous pensez que le ralentissement de la construction américaine a déjà été « pricé » par le marché ? Logiquement oui, mais alors pourquoi le cours continue à descendre ? Et surtout va-t-il s’effondrer ?

Il est clair que le prix du cuivre sur-réagit par rapport aux changements des fondamentaux. Cependant, bien que le cuivre ait perdu 18% de sa valeur en un mois et environ un tiers de sa valeur record du mois de mai de l’année dernière, son prix à trois mois s’établit au niveau toujours élevé de 5 600 $ la tonne.

Ce qui m’amène à penser que même si le métal rouge se stabilise en 2007, son prix moyen restera bien au-dessus de ses moyennes historiques.

Quelle évolution du cours pour 2007 ? L’offre est bien orientée et sauf accident, le surplus de production (phénomène que l’on n’avait pas observé depuis 2002 !) annoncé pour l’année 2007 semble suffisant pour pallier les éventuelles tensions au niveau de l’équilibre offre/demande. Dans ces conditions le prix moyen pour 2007 ne retrouvera pas ses niveaux records de 2006, et donc une certaine modération devrait prévaloir.

En fait, le principal facteur d’incertitude concerne les accidents ou les grèves dans les mines qui créent immanquablement des chocs sur l’offre de métal rouge. Les graves problèmes sociaux de 2006 au Chili, 1er producteur mondial de loin, ne semblent pas devoir se renouveler. Néanmoins, dès qu’un important producteur comme le chilien Codelco subit des contretemps, des tensions apparaissent. Le moindre accroc affecte directement l’offre du marché car la marge offre/demande reste mince.

Un autre phénomène qui pourrait bien impacter fortement le cours du cuivre cette année est la sous-estimation de la demande mondiale, principalement causée par la Chine. Eh oui, la Chine a puisé dans ses stocks ces trois dernières années pour faire face à l’augmentation de sa consommation à moindre coût. Mais la situation a changé. En effet, l’utilisation de ce cuivre de substitution d’une qualité inférieure appelé « scrap » devient moins intéressante à mesure que le prix du cuivre standard baisse. Et c’est précisément la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. La Chine pourrait donc se remettre à acheter car le cuivre devient relativement bon marché si l’on considère les 9 derniers mois. En retour, devinez quoi ? Le cours repartirait à la hausse !

Autre exemple qui irait dans le sens d’une hausse, les Etats-Unis sont le 2ème consommateur de cuivre au monde derrière la Chine. Or le secteur résidentiel, qui était déprimé, montre des signes de reprise. Cela entraînera à coup sur un raffermissement de la demande de cuivre.

Donc on peut être « bullish » sur le cuivre ? Mais oui, puisque je vous le dis !

Alors, peut-on jouer les minières ? La minière Rio Tinto représente un achat intéressant si vous considérez un investissement sur les non-ferreux, avec un potentiel de hausse de l’ordre de 25%. Je vous conseille de regarder aussi la minière Cumerio, européenne spécialisée dans le cuivre. Ces deux titres sont dans un trend baissier pour le moment car l’incertitude est grande sur les marchés mais ce sont les minières que je jouerais à moyen terme.

Surtout, veillez à suivre de près l’évolution des stocks ainsi que le rapport entre offre et demande en ce début d’année. Si, conformément à la majorité des prévisions, 2007 s’avère être une année de surplus de production, alors jouer le cuivre sera délicat car la volatilité de ce marché est explosive. Finalement, n’oubliez pas d’autres facteurs tels que l’attitude des hedge funds ou encore le taux d’utilisation des capacités de raffinage et d’extraction.

Mots clé : - - -

Damien Ricard
Damien Ricard

Les commentaires sont fermés !