L’Arabie saoudite, le Qatar… et l’or

Rédigé le 7 juin 2017 par | Macro éco et perspectives, Matières premières & Energie Imprimer

Je vous le disais hier : les incertitudes politiques et géopolitiques pèsent (même si légèrement) sur les marchés. Les ingrédients sont les mêmes : l’audition de James Comey, l’ex-président du FBI sur les liens entre l’administration Trump et la Russie, les législatives de demain au Royaume-Uni, les attentats (Londres, Paris, Téhéran…), les tensions grandissantes entre pays du Golfe…

A ce propos, Yannick Colleu revenait hier, dans Crise, Or & Opportunités, sur la mise au ban du Qatar par l’Arabie saoudite et ses alliés :

Rien ne va plus entre l’Arabie saoudite et le Qatar, nous apprennent les journaux pendant ce long week-end.

Les Saoudiens, suivis par les Emiratis, les Egyptiens et les Bahreïnis, accusent les Qataris de « soutenir le terrorisme ». En lisant ce titre j’ai d’abord cru à une plaisanterie de 1er avril !

Imaginez, l’Arabie saoudite accusant le Qatar de soutenir le terrorisme, c’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité !

En lisant plus attentivement les griefs retenus à l’égard du Qatar, je découvre que Riyad reproche au Qatar de soutenir « les activités de groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province d’Al-Qatif [située dans la partie orientale de l’Arabie Saoudite] ».

Al-Qatif est précisément, avec le nord-est de l’Arabie saoudite, la région où se concentre la minorité chiite saoudienne. La pratique du culte chiite est tout juste tolérée dans ce pays où le sunnisme est religion d’Etat, avec en prime une importante discrimination pour l’accès aux emplois publics ou du secteur pétrolier. Idem pour le micro Etat de Bahreïn où la population est à majorité chiite (60 à 70%) dans un pays dirigé par une monarchie sunnite étroitement dépendante des Saoudiens qui ne manquent pas de proposer leur aide à chaque émeute de la minorité chiite.

Si vous aviez cru un bref instant que cette déclaration marquait un soupçon de début de commencement d’une implication des Saoudiens contre le terrorisme, vous vous trompez.

Cela n’est qu’un nouvel épisode de la guerre froide que se livrent Iran et Arabie saoudite (je vous invite à lire le prochain numéro de Crise, Or et Opportunités qui sortira ce jeudi, ma rubrique est consacrée à ce sujet). Le Qatar paie aujourd’hui son rapprochement avec l’Iran. Pour les Saoudiens, le Rubicon a été franchi !

Du côté des marchés, le pétrole n’a pas vraiment réagi à cette rupture diplomatique. Il est vrai que le Qatar produit essentiellement du gaz et que, pour l’instant, aucun embargo n’a été imposé sur ses méthaniers.

Seul l’or, à près de 1 300 $, semble vraiment sensible à ce regain de tensions. Mathieu Lebrun vous a d’ailleurs proposé hier deux trades pour profiter de la tendance haussière de l’once. Parmi eux un ETF regroupant les principales minières aurifères de la planète. Deux trades à retrouver sans plus tarder dans La Bourse au Quotidien Pro, que vous pouvez découvrir gratuitement pendant 14 jours ici

Dans la Quotidienne du jour, nous allons revenir à nos sujets de prédilection… la croissance… et la robotisation.

Aujourd’hui, Etienne Henri s’intéresse à une introduction en Bourse (IPO) qui fait l’actualité, celui du spécialiste français de la logistique robotisée, Balyo. Sur le papier cette IPO a tout pour plaire, d’autant que la gestion automatisée des entrepôts est en pleine explosion. Mais en y regardant de plus près, cette introduction en Bourse est moins prévisible qu’attendu.

Vous connaissez notre méfiance presque atavique envers les IPO : nous les fuyons généralement comme la peste. Mais chaque règle a son exception. Et récemment Etienne en a fait une pour l’introduction en Bourse de Prodways, la filiale dédiée à l’impression 3D de Groupe Gorgé. Nous gagnons près de 25% depuis le 11 mai dernier… Est-il encore temps de mettre Prodways en portefeuille ? Qu’attendre de la valeur dans les mois qui viennent ? Toutes les réponses sont dans NewTech Insider

Mots clé : - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’EPHE et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’INTD. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Laissez un commentaire