Apple, Samsung, Huawei : Investissez sur l’émergence des smartphones à neurones

Rédigé le 25 octobre 2017 par | Nouvelles technologies Imprimer

L’intégration de l’intelligence artificielle, d’assistants personnels vocaux de plus en plus intelligents, de la traduction automatique instantanée ou encore de la réalité augmentée dans les smartphones poussent les constructeurs à innover pour augmenter drastiquement les capacités de leurs appareils.

Or comme nous l’avons vu hier, c’est une gageure car les contraintes techniques sont importantes : les processeurs doivent être suffisamment miniaturisés pour intégrer un appareil qui tient dans votre poche. Ils doivent aussi être peu énergivores pour éviter de vider trop rapidement les batteries. Et ils doivent permettre de faire tourner suffisamment d’applications en même temps pour être utilisables au quotidien, dans n’importe quelles circonstances.

Ce dernier point est loin d’être anecdotique. Jusqu’à présent, pour proposer des applications gourmades en puissance et en mémoire, les constructeurs avaient tendance à s’appuyer sur des solutions externes au smartphone, à savoir le cloud. Une solution efficace mais coûteuse en bande passante, en énergie, et qui pouvait entraîner une latence dans l’utilisation des applications.

L’autre possibilité est donc, en parallèle et complément du cloud, d’utiliser les capacités du smartphone lui-même.

Pour rendre leurs smartphones plus intelligents et plus performants, les constructeurs se sont donc tournés vers les processeurs neuronaux… et se sont lancés dans une course à qui commercialiserait, le premier, le premier smartphone « neuronal ».

Cette course vient d’être remportée par un constructeur chinois aux ambitions clairement affichées : Huawei.

Huawei prend une longueur d’avance en matière de puces neuronales

Début septembre, le PDG d’Huawei dévoilait le nouveau smartphone de la marque, le Mate 10, qui, outre les classiques processeurs CPU et GPU, intègrerait un NPU (Neural Processing Unit), le Kirin 970. La commercialisation de ce premier smartphone neuronal a été lancée mi-octobre.

A quoi va servir ce Kirin 970 ? Selon Richard Yu, le PDG d’Huawei, à accélérer les capacités de calcul du smartphone, et ce sans nécessairement recourir à des solutions externes (le cloud), tout en réduisant sa consommation d’électricité.

Pour vous donner une idée de ses capacités, selon des sites spécialisés, un smartphone équipé de ce NPU peut analyser 2 000 images par minute, soit 20 fois plus que ce même smartphone sans NPU.

Les premiers bancs d’essai sont d’ailleurs en train de paraître et confirment tous la supériorité du processeur d’Huawei sur ses principaux concurrents.

Apple et Samsung redoublent d’efforts

L’annonce de Huawei a coupé l’herbe sous le pied d’Apple, qui prévoyait le lancement de son premier smartphone équipé d’un processeur neuronal, l’iPhone X, en novembre.

Celui-ci intégrera en effet des fonctionnalités d’intelligence artificielle. Pour cela, la firme de Tim Cook développe depuis trois ans ses propres processeurs neuronaux, appelés A11 Bionic.

L’objectif de cette puce est de rendre possible, entre autres, l’utilisation de la réalité augmentée mais aussi de la reconnaissance faciale 3D, annoncées comme deux des principales nouveautés de l’iPhone X.

Ces dernières années, Apple a beaucoup investi dans l’intelligence artificielle, et en particulier dans l’intelligence artificielle applicable aux smartphones, tout spécifiquement en matière de reconnaissance d’images et de reconnaissance vocale. Parmi les start-ups sur lesquelles Apple a ainsi mis la main, une entreprise française, Regaind, qui propose des solutions d’analyse d’images.

Fin septembre, on apprenait aussi que Samsung n’avait pas l’intention de se faire distancier par Huawei (et par Apple) et avait prévu d’intégrer ses propres NPU dans ses prochains smartphones. Tout comme Apple ou Huawei, Samsung investit énormément dans l’IA. Le groupe a par exemple investit plusieurs millions dans la start-up britannique Graphcore, spécialisée dans les processeurs à destination du machine learning et qui propose des Intelligent Processing Unit (IPU) – une autre voie pour dépasser les CPU-GPU.

Outre les constructeurs, les fabricants de microprocesseurs comme Intel ou Qualcomm n’ont évidemment pas l’intention de se laisser distancer sur ce qui pourrait devenir le nouveau marché qui ferait décoller leurs ventes. Les deux entreprises ont annoncé la prochaine commercialisation de puces neuronales à destination des appareils mobiles…

Pourquoi une telle bataille pour les puces neuronales ?

Vous l’aurez compris, la concurrence est rude. Et la raison en est simple : constructeurs de smartphones comme fabricants de micro-processeurs sont à la recherche de relais de croissance.

Le marché des smartphones ainsi que celui des tablettes commencent progressivement à s’essouffler. En outre, les modèles dévoilés ces dernières années aussi bien par Samsung que par Apple n’innovent que peu. L’arrivée de nouvelles fonctionnalités – reposant sur l’intelligence artificielle et ses nombreux corollaires – pourraient relancer les ventes, et nous inciter à changer de smartphones plus vite que prévu.

Nous avons vu que tous les constructeurs s’intéressent de très près à la reconnaissance d’images. En plus de la reconnaissance faciale sécurisée qui va équiper l’iPhone X et vous permettra de déverrouiller votre téléphone, mais qui remplacera aussi les mots de passe pour se connecter à un compte ou autoriser un paiement, cette fonctionnalité va vous permettre de faire plus rapidement le tri dans vos photos, voire, à très court terme, vous guider pour réaliser de meilleurs clichés.

Si vous avez un iPhone, vous aurez ainsi remarqué les progrès de la reconnaissance faciale qui crée des albums par sujets identifiés dans votre album photos.

Autre application de l’intelligence artificielle : l’amélioration des réponses fournies par l’assistant personnel intégré dans la plupart des smartphones, que nous parlions de Siri pour Apple, BixBy pour Samsung, Cortana pour Microsoft ou Google Assistant (pour Google).

L’intelligence artificielle pourrait par ailleurs permettre aux constructeurs de proposer très rapidement une traduction instantanée dans leurs appareils.

Au-delà de ces fonctionnalités, c’est aussi une bataille pour des parts de marchés que se livrent les constructeurs. Huawei, qui talonnait Apple depuis des mois, est devenu en juillet dernier le numéro 2 sur le marché des smartphones, derrière Samsung :

smartphone

Je résume : une bataille pour la puissance, une bataille pour les performances, une bataille pour les ventes et les chiffres. Vous savez ce que cela signifie, cher lecteur ? Une nouvelle ère commence pour les smartphones… et pour leurs fournisseurs. C’est une excellente nouvelle pour les investisseurs « technos » que nous sommes. Les entreprises qui sauront prendre ce virage seront celles qui mèneront le Nasdaq dans les années à venir. [NDLR : Ray Blanco, notre spécialiste des nouvelles technologies, fait le pari des fabricants de micro-processeurs et des fournisseurs des grands noms des smartphones. Dans NewTech Insider, il vous a recommandé 2 valeurs pour profiter du lancement de l’iPhone X. A acheter avant novembre, et à découvrir ici…]

Mots clé : - - - -

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Laissez un commentaire